Des scientifiques documentent les blessures oculaires causées par la police en France

Durée de lecture : 3 minutes

5 novembre 2019



Dans une lettre publié par le journal scientifique médical The Lancet, des chercheurs français ont documenté le nombre de blessures à l’oeil provoqués en France depuis 2016 par les armes utilisées par la police, LBD (lanceur de balle de défense) et grenades. Ils constatent une forte augmentation de ces blessures graves en 2018 et 2019, coïncidant avec la répression brutale du mouvement des Gilets jaunes. Voici la traduction de leur lettre :

« Depuis l’introduction des armes dites moins meurtrières en France à la fin des années 1990, il n’existe aucune obligation légale de collecter des données sur les blessures induites par des projectiles à impact cinétique, et aucune enquête épidémiologique n’est prévue. Pour estimer le nombre de patients atteints de lésions oculaires causées par l’utilisation de ces outils de défense, une enquête rétrospective a été envoyée à tous les directeurs de départements d’ophtalmologie des hôpitaux universitaires français, où sont traités les cas les plus sévères. Les données démographiques, la date du traumatisme, l’examen ophtalmologique initial et toute investigation spécialisée, la prise en charge chirurgicale initiale et immédiate de la blessure, le suivi et le pronostic visuel ont été documentés et transmis anonymement.

Nous avons compilé les données des patients vus entre février 2016 et août 2019 (figure). 43 cas ont été identifiés, dont 20 (47 %) ont été gérés à Paris. Les cas comprenaient 38 hommes et cinq femmes, dont l’âge médian était de 26 ans (de 15 à 59 ans). »

Lésions oculaires d’impact cinétique provoquées par des projectiles en France entre février 2016 et août 2019 : « bruising », contusion, « open globe » : globe oculaire ouvert.

« Les lésions oculaires étaient unilatérales et touchaient toutes les parties de l’œil. Les armes moins meurtrières (lance-projectiles en caoutchouc de 40 mm et grenades à balles piquantes) étaient la cause présumée de la plupart des lésions oculaires, avec 25 cas de lésions au lobe ouvert et 18 cas de contusions. Les principaux types de lésions oculaires contondantes étaient les ecchymoses rétiniennes (n=10), l’hyphème (n=10), l’iridodialyse (n=3), la dislocation du cristallin (n=1) et la cataracte (n=2).

Les tomodensitogrammes ont révélé 25 cas de fractures orbitales, 12 cas de fractures faciales simples ou complexes et deux cas de lésions cérébrales. Il est à noter que tous les patients ayant subi une lésion à lobe ouvert n’avaient aucune perception de la lumière au moment de l’aiguillage. L’acuité visuelle initiale était inférieure à 20/100 pour les autres patients, à l’exception de cinq personnes qui avaient conservé leur acuité visuelle. 30 des 43 patients blessés ont dû subir une ou plusieurs interventions chirurgicales pour réparer le globe oculaire, les paupières, l’orbite ou la tête. Une chirurgie oculaire retardée a été nécessaire dans 15 cas, y compris l’énucléation (n = 9), la chirurgie de la rétine (n = 3), la chirurgie de la cataracte (n = 2) et le lambeau conjonctival (n = 1).

L’augmentation du nombre de traumatismes oculaires graves, aveuglants et traumatiques en France au cours des 10 derniers mois pourrait être liée à l’utilisation d’armes à feu pour contrôler la foule.
Des projectiles à impact cinétique ont été signalés comme des armes potentiellement dangereuses pour l’œil dans divers pays et régions, notamment aux États-Unis, au Moyen-Orient, en Europe et en Chine2.

A ce jour, ces résultats n’ont pas conduit à un moratoire sur l’utilisation de ces armes. »

- Source : The Lancet

- Photo : Jérôme Rodrigues (©Emilie Massemin/Reporterre)





Lire aussi : La Suisse pourrait interdire la vente de LBD à la France


26 février 2021
La Convention citoyenne va juger l’action du gouvernement
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
La militante Valérie Murat condamnée à payer 125.000 euros pour avoir dénoncé la présence de pesticides dans du vin
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
Coup dur pour Total : le Conseil d’État interdit l’usage d’huile de palme dans les biocarburants
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
Le gouvernement promeut une autoroute en Haute-Savoie malgré les protestations de la Suisse
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
En Haute-Loire, le tribunal autorise la poursuite des travaux destructeurs de la RN88
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
119 élus européens dénoncent les failles dans l’évaluation des pesticides
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
La France ne respectera pas ses objectifs climat pour 2030 selon une nouvelle étude
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
Des jeunes Québécois veulent poursuivre le gouvernement canadien pour inaction climatique
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
Pesticides : la justice est saisie pour empêcher le retour des néonicotinoïdes
Lire sur reporterre.net
23 février 2021
Incendie de Rouen : Lubrizol tente d’éviter son procès
Lire sur reporterre.net
23 février 2021
La nouvelle piscine d’entreposage des combustibles usés d’EDF coûtera 1,25 milliard d’euros
Lire sur reporterre.net
23 février 2021
La Zad de Gonesse expulsée
Lire sur reporterre.net
22 février 2021
Israël souillé par une marée noire de grande ampleur
Lire sur reporterre.net
22 février 2021
Origine du Covid : les experts de l’OMS recommandent d’enquêter sur les visons et animaux à fourrure
Lire sur reporterre.net
20 février 2021
Les militants anti-Cigéo enfin libres de vivre normalement
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Libertés
25 février 2021
Barbara Pompili : « Loi Climat : je n’accepterai aucune baisse d’ambition à l’Assemblée nationale »
Entretien
26 février 2021
Pour protéger la Camargue, il faut lui donner une personnalité juridique
Tribune
26 février 2021
Donner des droits à la nature : une idée qui fait son chemin
Enquête


Sur les mêmes thèmes       Libertés