Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Forêts

Abandon du projet de mégascierie dans les Pyrénées

Hêtraies sapinières sur la commune d’Arette, dans les Pyrénées-Atlantiques, où l’entreprise Florian prévoyait de s'implanter.

Un gros ouf de soulagement pour les opposants et la perspective de pouvoir croître en paix pour les hêtres des Pyrénées. Le 17 août, la préfecture des Hautes-Pyrénées a indiqué que le groupe italien Florian renonçait à son projet de scierie géante à Lannemezan (Hautes-Pyrénées). Cette décision fait suite aux résultats de l’étude de concertation, dévoilés en juillet dernier.

Pour rentabiliser sa scierie, la multinationale du bois envisageait de couper 50 000 m3 de grumes de bois d’œuvre de hêtre de bonne qualité par an, impliquant ainsi l’abatage de 450 000 à 500 000 m3 de hêtres toutes qualités confondues.

« C’est une super nouvelle d’apprendre que cette ressource va être préservée, a réagi Philippe Falbet, membre du regroupement d’associations locales SOS Forêt Pyrénées, interrogé par France Bleu. Sachant qu’il y avait énormément de forestiers, de professionnels du bois qui disaient qu’il n’y avait pas la ressource et que cette mégascierie ne devait pas s’installer. Ce projet allait dépecer notre forêt. Il est abandonné, les hêtres respirent, et nous aussi. »

Dès son dévoilement en 2019, ce projet avait suscité l’inquiétude d’habitants, de professionnels de la filière bois et d’élus locaux. Un collectif de plus de cinquante associations, Touche pas à ma forêt, s’était constitué en février 2020 pour dénoncer « un projet démesuré et dévastateur pour la forêt pyrénéenne, à contresens de la transition écologique ».

Pour autant, le projet d’intensifier l’exploitation du hêtre dans les Pyrénées n’est pas abandonné. Les deux inspecteurs généraux du ministère de l’Agriculture en charge de la concertation ont ainsi été priés de « finaliser leur mission en retenant une approche à l’échelle du massif », précise le communiqué de la préfecture. Reste à savoir s’ils prendront en considération le projet d’alternative forestière présenté par les opposants lors d’une manifestation en mai dernier.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende