EXCLUSIF - Ségolène Royal : « Les Mille Vaches ne sont pas notre modèle agricole »

Durée de lecture : 2 minutes

15 septembre 2014 / Hervé Kempf (Reporterre)

Pour Mme Royal, « les Mille vaches ne sont pas notre modèle économique ni écologique. Ce n’est pas notre modèle énergétique ».


C’était le trente juillet dernier. La ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, présentait à l’Elysée le projet de loi sur la transition énergétique, en compagnie de Stéphane Le Foll, ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement.

Dans la transition énergétique, il y a la méthanisation. Et dans la méthanisation, une question : la ministre a-t-elle l’intention de plafonner la puissance de ces méthaniseurs, ou pas ? Comme il s’agit d’une technique produisant de l’énergie à partir de rebuts agricoles, la puissance de ces installations peut avoir une grande importance sur la structuration de l’activité paysanne.

Et logiquement, du plafond des méthaniseurs, on est conduit à s’interroger sur la ferme-usine des Mille vaches. C’est donc la question qu’a posé Reporterre à Mme Royal : "Il n’y a pas de plafond de puissance dans la loi. Est-ce que cela veut dire que vont se multiplier des installations industrielles telles que la ferme-usine des Mille vaches, près d’Abbeville ?"

- Ecouter ici :

Réponse de Mme Royal : "Les Mille vaches, ce n’est pas notre modèle. Ce n’est pas notre modèle économique, ni notre modèle écologique, voilà. Et donc on va regarder effectivement comment on peut... d’abord Stéphane Le Foll l’a déjà fait dans la loi sur l’avenir de l’agriculture pour qu’il soit bien clair que ce n’est pas notre modèle énergétique".

- Ségolène Royal -

Il reste à la ministre de l’Ecologie à mettre ses actes en accord avec ses paroles, et à peser pour que le projet de ferme-usine des Mille vaches soit ré-examiné sereinement.

Dans la nuit de vendredi à samedi, le promoteur du projet, M. Ramery, a tenté le coup de force en amenant sur place près de cent cinquante vaches. Depuis, la mobilisation s’est faite à l’initiative de l’association Novissen et de la Confédération paysanne, pour tenter de bloquer l’arrivée de nouveaux animaux et la sortie du lait.

« Pour l’instant, nous empêchons les camions et les bovins d’entrer ou de sortir du site mais nous laissons passer le personnel. Si d’ici à lundi soir, le promoteur de la ferme, Michel Ramery, ne s’engage pas par écrit à limiter à 500 le nombre de vaches laitières, le blocage deviendra total », a déclaré le président de l’association locale d’opposants Novissen, Michel Kfoury, entouré d’une vingtaine de militants.

- Laurent Pinatel -

Pour Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, interrogé samedi 13 septembre par Reporterre, il faut "un grand débat citoyen et parlementaire sur l’avenir de l’agriculture et de l’alimentation" pour savoir si l’on veut faire "l’’alimentation des citoyens dans des usines ou dans des fermes". Il demande une table ronde avec la préfecture, pour que "soit gravée dans le marbre qu’il n’y aura jamais mille vaches dans cette usine".

- Ecouter ici :


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source et photos : Hervé Kempf pour Reporterre.

Montage audio : Lorène Lavocat

Consulter aussi le Dossier de la Ferme-usine des Mille vaches


Cet article a été réalisé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :



Documents disponibles

  Sans titre   Sans titre
DOSSIER    Mille Vaches et fermes-usines

THEMATIQUE    Agriculture
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
17 septembre 2019
Huit trucs pour se passer de téléphone portable
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Mille Vaches et fermes-usines



Sur les mêmes thèmes       Agriculture





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)