Mille vaches : Ramery tente le coup de force, plus de 50 bovins sont arrivés dans la nuit

Durée de lecture : 5 minutes

13 septembre 2014 / par Camille Martin (Reporterre)

A la ferme-usine des Mille vaches, en Picardie, l’entreprise Ramery a convoyé cette nuit, sous la protection des gendarmes, plus de cinquante vaches pour les installer. Les opposants sont sur pied.


- Lundi 15 septembre - Ségolène Royal a déclaré que « les Mille vaches ne sont pas notre modèle économique ni écologique ». Les opposants espèrent par ailleurs bloquer le départ du lait.

- Samedi 13 septembre - 14 h 08 - Communiqué d’élus EELV : "Nous nous devons d’être solidaire de l’action des syndicalistes, des citoyens et des citoyennes qui se battent sur place pour un modèle agricole durable, contre un projet destructeur de notre environnement et du milieu rural.

François Veillerette, conseiller régional, écologiste picard, rappelle que ’ la Picardie et l’Europe ont besoin d’élevages de haute qualité qui respectent l’environnement et le bien-être animal, maintiennent des surfaces en herbes importantes et des haies, contribuant ainsi à l’équilibre environnemental, à la beauté des paysages, à une production alimentaire de qualité qui valorise bien les produits et crée de l’emploi. Le projet des mille vaches c’est l’exact contraire de ceci ! C’est pourquoi, malgré le coup de force de l’industriel porteur du projet, nous rejetons plus que jamais ce projet nuisible au territoire et à ses habitants !’
Karima Delli députée européenne EELV réaffirme son soutien à Novissem et à la confédération paysanne qui luttent contre ce projet inutile.
’Le projet des 1000 vaches est le symbole d’un modèle agricole productiviste gouverné par l’agro-business dont nous ne voulons ni à Drucat ni en Europe, tant il met en danger notre environnement et le devenir des agriculteurs. Ce projet ne peut pas se faire dans le dos des citoyens, des riverains et des paysans locaux. Il est grand temps de dire haut et fort non à ce projet aberrant.’
Selon Thierry Brochot, Conseiller régional écologiste,
’cette ferme-usine qui méprise le bien-être animal fait peser une menace sur la santé des riverains et des consommateurs par l’insuffisance de la capacité d’épandage des déjections et les risques accrus d’épizootie liés à la concentration du bétail"

Alors que le gouvernement avait affirmé que ce genre de modèle industriel n’était pas un modèle à choisir pour le monde agricole français, nous demandons une intervention forte et immédiate des ministres en charge de ce dossier afin de condamner définitivement ces actes inconséquents.’

- 12 h 00 - France Info, journal de midi - Selon la correspondante de France Bleue Picardie, le opposants, qui sont une cinquantaine sur place, envisagent de bloquer la sortie du lait. Par ailleurs, Michel Kfoury, de Novissen, et le maire de Drucat, discutent en ce moment avec la sous-préfète de la Somme dans son bureau d’Abbeville.

- 11 h 30 - La direction de l’entreprise Ramery a confirmé dans un communiqué à l’AFP l’arrivée des vaches : « Ce matin, la ferme dite des 1.000 vaches (...) a accueilli une première partie de son troupeau. 150 des 500 vaches ont ainsi rejoint l’étable dans un climat serein, après un transfert organisé durant la nuit afin de garantir la sécurité des hommes et le confort des animaux ».

« La gendarmerie était présente, une de ses patrouilles ayant notamment questionné certains de nos membres sur place », a précisé à l’AFP le président de Novissen, Michel Kfoury, également arrivé sur les lieux. De son côté, un responsable de la ferme a indiqué que la gendarmerie était effectivement sur les lieux pour « surveiller l’opération ».

- 10 h 45 - Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, au téléphone - lui-même n’est pas sur place, mais est informé au téléphone : "On savait que des vaches pourraient arriver cette nuit et des militants ont veillé. L’association Novissen bloque les accès du site. Cinquante vaches sont arrivées dans la nuit. Ils ont fait des essais de la machine à traire, semble-t-il. Un deuxième camion de cinquante vaches est bloqué par Novissen. Des millitants arrivent sur place.

Ramery a l’autorisation d’installer cinq cents vaches. Mais il y a de nombreuses irrégularités dans ce premier convoi et un référé a été déposé en début de semaine"

Conférence de presse de la Confédération paysanne cet après-midi à la Fête de l’Humanité.

- 10 h 19 - Texto : "Ramery installe illégalement ses vaches dans son usine. Opération stoppée illico par @novissen et @ConfPaysanne. Tous à Drucat. Besoin de soutiens #1000vaches"


- Confédération paysanne

Vers 5 h du matin [samedi 13 septembre], les premières vaches sont arrivées dans l’usine de Drucat-le-Plessiel en Picardie. Michel Ramery a profité de la nuit, contourné la veille des riverains de l’association Novissen, et obtenu la protection de la gendarmerie pour cette installation illégale (tourne à gauche, clôture…) !

La mobilisation s’est immédiatement organisée et ne va faire que grossir pendant les heures qui viennent. L’Etat doit prendre ses responsabilités pour empêcher une traite illégale au lieu de protéger cet industriel qui s’octroie tous les droits !

- Confédération paysanne


- Voir la vidéo tournée par Novissen :

"En pleine nuit entre 4h et 4h30 du matin ce samedi 13 septembre 2014, près d’une centaine de vaches ont été transportées et sont arrivées dans la ferme usine de Ramery. A l’abri des regards mais pas de Novissen qui assurait une veille depuis quelques jours."

- Novissen


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : Courriels et textos à Reporterre, tweets.

Consulter aussi le Dossier de la Ferme-usine des Mille vaches


Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Mille Vaches et fermes-usines

25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
9 juillet 2019
À Marseille, les quartiers nord ont aussi droit aux légumes bios
Reportage
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique


Dans les mêmes dossiers       Mille Vaches et fermes-usines



Du même auteur       Camille Martin (Reporterre)