Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Forêts

En Gironde, la forêt ravagée par deux incendies

Incendie à La Teste-de-Buch, le 12 juillet 2022.

1 700 hectares étaient déjà partis en fumée le 13 juillet à 9 heures, dans deux incendies distincts dans les pinèdes de Gironde. De nouvelles images de brasiers et de dévastation, quelques jours à peine après un incendie massif dans le Gard.

Le premier feu, qui s’est déclaré le 12 juillet en fin d’après-midi près de La Teste-de-Buch à proximité du bassin d’Arcachon, a déjà ravagé 700 hectares. Quelque 6 000 vacanciers de cinq campings du secteur de la zone du Pilat ont été évacués par précaution dans la nuit, et accueillis dans la galerie marchande d’un hypermarché et au parc des expositions de La Teste. Une centaine de camping-cars ont été dirigés vers Biscarosse.

Le second, qui a débuté un peu plus tard à Landiras à une quarantaine de kilomètres au sud de Bordeaux, a réduit en centre un millier d’hectares. 500 habitants de la commune voisine de Guillos et des hameaux alentour ont été évacués préventivement. « Aucune habitation n’a été touchée à Guillos. Sauf une grange, mais qui était vide, a précisé à l’AFP la maire de la commune Mylène Doreau. Il y avait des flammes à la cime des arbres à 30 mètres de haut, on les voyait arriver vers le village, c’était très impressionnant. » Quinze habitants de Landiras ont également dû quitter leur logement, et 200 de Louchats ont passé une partie de la nuit dans la salle des fêtes de la commune.

Aucun des deux incendies n’était maîtrisé ce mercredi matin, ont indiqué les pompiers. « Ce sont des feux importants, pas des mégafeux », a précisé la préfète de Nouvelle-Aquitaine Fabienne Buccio lors d’un point presse mercredi matin, après un survol de la zone en hélicoptère. Elle a évoqué « un front de feu de 5 km ». « Le problème, c’est [que les deux incendies] ont lieu en même temps » et que les feux sont alimentés « par une végétation sèche, notamment les sous-bois » ; « évidemment, la chaleur n’aide pas », a estimé la préfète. Quelque 600 sapeurs-pompiers sont engagés sur ces incendies, aidés de deux Canadair et deux avions Dash. Cinq d’entre eux ont été incommodés par les fumées, mais aucun n’a été blessé. Des renforts nationaux supplémentaires étaient attendus dans la matinée.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende