François Ruffin : « L’alliance entre l’écologie et une politique sociale est une nécessité »

24 juin 2017 / Entretien avec François Ruffin



Après une campagne de longue haleine, François Ruffin a remporté la 1re circonscription de la Somme en unissant la gauche et les écologistes. Entretien.

Journaliste engagé, et le revendiquant, François Ruffin est rédacteur en chef deFakir et réalisateur du film Merci Patron. Plus enclin à parler aux employés de supermarchés ou aux joueurs de football amateurs qu’aux ministres ou aux patrons, il plaide pour un protectionnisme environnemental et social. Depuis le 18 juin, il est député de la 1re circonscription de la Somme.



Reporterre — Que représente cette victoire pour vous ?

François Ruffin — Au premier tour, nous avons réussi à plomber le Front national. Au deuxième, nous avons démasqué Macron. C’est une double victoire et le début de la reconquête des classes populaires pour les ramener à gauche. Nous avons démontré qu’avec une gauche de combat, nous pouvons gagner et retourner les communes qui se tournaient vers le Front national pour exprimer leur colère. Et nous avons prouvé au second tour qu’il suffit d’un travail de terrain, d’un travail de fourmi pour venir démasquer ce qu’est Macron : la suppression de 125.000 postes de fonctionnaires, la suppression de l’impôt sur la fortune pour les actionnaires, la baisse des petites retraites… Macron, c’est Robin des Bois à l’envers, c’est prendre aux pauvres pour donner aux riches. Les gens ne veulent pas de ça ! Nous avons prouvé qu’en une semaine de combat sur le terrain, nous pouvions faire tomber l’un des représentants du macronisme. On nous avait dit qu’ils avaient sorti le meilleur. Et bien le meilleur, il a été tapé. Peut-être que demain, ou dans quinze jours, ou dans six mois, Macron risque lui aussi de s’écrouler comme un château de sable.


L’alliance entre l’écologie et une politique sociale a-t-elle encore un sens aujourd’hui ?

C’est même une nécessité. Le social ça va, ça vient. Tu perds, tu peux le regagner. Le problème de l’écologie est que ce qui est perdu ne peut pas être reconstruit. De toute façon, c’est une urgence. Mais ni l’écologie ni le social ne peuvent aller mieux si nous laissons les maîtres de l’argent, les maîtres de l’informatique, de l’électroménager décider pour nous. C’est ce que j’avais dit à propos de Whirlpool : il ne s’agit pas seulement de sauver les sèche-linges. Mais qu’on puisse se poser ensemble la question de ce que nous voulons produire. Je pense qu’un sèche-linge, ce n’est pas utile. Par contre, ce qui était produit auparavant sur le site d’Amiens, c’était une usine de machines à laver. Et ça, je ne vois plus comment m’en passer. Il faut que nous trouvions le moyen de reprendre prise face à l’argent, à la fois pour les salariés, pour qu’ils ne soient pas délocalisés, mais aussi savoir les productions qui nous paraissent utiles et qu’on en finisse avec les productions qui nous paraissent inutiles. De toute façon, tout ça, c’est le même combat contre l’oligarchie.

Dimanche 18 juin, à Flixecourt, dans la Somme.


Comment imaginez-vous l’avenir de l’écologie et du socialisme ?

La question est celle du peuple. On sait très bien que, quand le peuple veut faire quelque chose, il est tellement massif que, de toute façon, on fait ce que veut le peuple. Il faut que le peuple reprenne vie, qu’il reprenne confiance et conscience. Il faut qu’on le remette debout et qu’il croie que des changements sont possibles. Moi, ce que je fais, ce n’est pas me demander quel est l’horizon génial vers lequel nous pouvons aller, mais quel est le premier pas que nous pouvons faire ensemble, et qui va redonner cette confiance aux gens. Et ce que nous montrons avec ma victoire, c’est que nous pouvons reprendre en main notre destin commun. On se dit : « Si ça marche à petite échelle, pourquoi ça ne marcherait pas à plus grosse échelle ? » Si on commence à allumer une lumière dans le tunnel, peut-être les gens vont-ils avoir envie d’aller vers cette lumière.


Comment imaginez-vous que Macron gouvernera ?

Il commence à gouverner avec autorité, mais je n’en sais rien, moi. Pour vous dire la réalité, j’ai décroché de la politique nationale. Là, je me suis bagarré village après village. Mon combat a été là : rencontrer les gens et aller les chercher les uns après les autres. Ce qu’il se passait dans les cieux de l’Olympe jupitérien… [soupir]. Je ne regardais pas trop.

Que pensez-vous de la politique de la France insoumise d’imposer ses conditions avant toute alliance ?

Je n’en parle pas, ce n’est pas mon business. Moi, je sais qu’ici [dans la Somme], nous avons réussi une belle unité, et cette belle unité était une condition nécessaire, mais insuffisante de la victoire. Nous ne pouvions pas gagner sans cette unité. S’il y avait eu un candidat communiste face à un candidat France insoumise, et que j’ai eu seulement une des deux étiquettes, nous aurions fait des scores qui ne nous auraient pas permis de gagner. Donc oui, l’unité était nécessaire, mais pas suffisante : tu gagnes parce que tu te bagarres. Parce que tu construis quelque chose au jour le jour : une force.

  • Propos recueillis à Flixecourt (Somme) par Moran Kérinec



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : L’exemplaire victoire de François Ruffin

Source : Moran Kérinec pour Reporterre

Photos : © Moran Kérinec/Reporterre
. chapô : François Ruffin, dimanche 18 juin 2017.

THEMATIQUE    Politique
20 juillet 2017
Quand Valérie Pécresse pique le titre d’un film écolo pour nommer son mouvement
Tribune
24 juin 2017
Un paysan a été tué par les gendarmes
Reportage
19 juillet 2017
Le Parlement prépare la fin de l’état d’urgence en faisant reculer les libertés
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Entretien avec François Ruffin