Greenpeace dénonce les attaques d’un exploitant forestier

Durée de lecture : 2 minutes

17 mai 2017

Dans un nouveau rapport intitulé « Couper le droit de parole » mis en ligne mardi 16 mai, Greenpeace dénonce les conséquences des attaques juridiques portées par l’exploitant Produits forestiers Résolu contre ceux qui osent le critiquer, ces procédures n’ayant d’autre but que de criminaliser l’activisme. « Au lieu d’adopter des méthodes d’exploitation forestière durables, d’investir dans la santé des forêts et de créer des emplois, l’entreprise Résolu tente d’intimider ceux qui la critiquent, notamment Greenpeace, en les poursuivant en justice pour leur réclamer des millions de dollars de dommages-intérêts, menaçant ainsi le droit à la liberté d’expression », dénonce l’ONG.

En mai 2016, Résolu a engagé des poursuites aux États-Unis contre plusieurs bureaux de Greenpeace, l’association Stand.earth et des militants, notamment pour « racket », et leur réclame plus de 300 millions de dollars canadiens de dommages et intérêts. Dans une autre affaire toujours en cours, Résolu a porté plainte en 2013 pour diffamation contre Greenpeace Canada et deux membres de son personnel, leur réclamant sept millions de dollars canadiens. L’entreprise a également eu recours au même type de tactique, que ce soit devant la justice ou en matière de communication, contre d’autres organisations dont la Rainforest Alliance, un organisme indépendant de certification.

Le rapport révèle également que de grandes maisons d’édition internationales dont Penguin Random House, HarperCollins, Simon & Schuster et Hachette, s’approvisionnent en produits papier auprès de Résolu. Greenpeace invite ces éditeurs à rejoindre son appel pour protéger la liberté d’expression et le droit de se mobiliser collectivement sur des enjeux d’intérêt public, comme la préservation des forêts.



Lire aussi : Quand les puissants tentent de bâillonner l’information


11 octobre 2019
Marcos Tulio Cruz, leader paysan assassiné au Honduras
Lire sur reporterre.net
11 octobre 2019
La loi Alimentation est « un échec » pour les paysans comme pour les consommateurs
Lire sur reporterre.net
10 octobre 2019
En Équateur, les manifestants protestent massivement contre la hausse du prix de l’essence
Lire sur reporterre.net
9 octobre 2019
Trois activistes antipub en garde à vue, un autre en procès, à Lyon
Lire sur reporterre.net
9 octobre 2019
Port de Brétignolles : les opposants ont bloqué le chantier
Lire sur reporterre.net
9 octobre 2019
EPR de Flamanville : la facture s’alourdit de 1,5 milliard
Lire sur reporterre.net
9 octobre 2019
Lubrizol : les indices de dysfonctionnements et de failles dans la surveillance s’accumulent
Lire sur reporterre.net
9 octobre 2019
En Bolivie, des milliers de manifestants contre les feux de forêt
Lire sur reporterre.net
8 octobre 2019
Les gendarmes expulsent les occupants de l’Amassada, opposés au méga-transformateur électrique
Lire sur reporterre.net
8 octobre 2019
Des activistes d’Extinction Rebellion ont dénoncé la pollution des océans
Lire sur reporterre.net
7 octobre 2019
Les activistes de Extinction Rebellion bloquent le centre de Paris
Lire sur reporterre.net
7 octobre 2019
Les débris de pneus constituent les principaux microplastiques retrouvés dans l’eau
Lire sur reporterre.net
7 octobre 2019
Ségolène Royal appelle à réprimer très rapidement Extinction Rebellion
Lire sur reporterre.net
7 octobre 2019
De nombreux bateaux trichent pour pouvoir polluer
Lire sur reporterre.net
4 octobre 2019
Gaël Giraud demande la gratuité des articles sur le climat
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Forêt

THEMATIQUE    Libertés
11 octobre 2019
Équateur : un pays révolté par « le retour du FMI dans la politique »
Entretien
10 octobre 2019
Apaiser les tensions, discuter avec la police, gérer la communication... Le blocage selon Extinction Rebellion
Reportage
10 octobre 2019
Lubrizol : la vie suspendue des agriculteurs
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Forêt



Sur les mêmes thèmes       Libertés