Hulot encadré par une cadre de Veolia et un politicien néo-libéral

23 juin 2017 / Fabrice Nicolino (Reporterre)



Le remaniement gouvernemental a imposé au ministre Hulot deux secrétaires d’Etat au pedigree bien peu environnemental : Mme Poirson a été une responsable de Veolia en Inde, société qui a reçu le prix Pinocchio désignant les multinationales aux mauvaises actions environnementales. M. Lecornu est un jeune politicien proche de Bruno Le Maire, et sans intérêt connu pour la question écologique.

Le remaniement ministériel du 21 juin 2017 change fortement la donne pour le ministre en charge de la Transition écologique, Nicolas Hulot. Car le voilà maintenant flanqué de deux secrétaires d’État, Brune Poirson et Sébastien Lecornu. On ne connaît pas encore leurs attributions précises, mais leur itinéraire commande de poser quelques questions.

Brune Poirson, de Veolia, entreprise lauréate du prix Pinocchio pour son action en Inde

Brune Poirson, 34 ans, est devenue députée du Vaucluse sous l’étiquette REM (République en marche), après avoir battu au second tour Hervé de Lépinau, qui prenait la suite, dans la circonscription, de Marion Maréchal-Le Pen. Sur le site officiel du parti macroniste, où elle présente sa candidature, Brune Poirson note : « Désireuse de participer à la vie publique de mon pays, j’ai intégré Sciences Po à Aix-en-Provence où j’ai acquis une solide connaissance des institutions nationales et régionales de notre pays. Puis je suis partie à Londres pour étudier une année d’études (sic) à la London School of Economics. »

La London School of Economics, cette LSE que tous les étudiants en économie connaissent de réputation, est tenue pour l’une des vitrines intellectuelles du néo-libéralisme dans le monde. L’Autrichien Friedrich Hayek, théoricien et militant de cette école de pensée, y exerça une influence déterminante pendant des décennies, à partir des années Trente du siècle écoulé.

Mais continuons avec l’exposé de madame Poirson : « Puis j’ai été portée par un engagement social. Je me suis engagée (re-sic) en Inde, aux côtés des plus démunis. J’ai été en charge de gérer des projets de distribution d’eau dans les bidonvilles. J’ai pris la mesure de l’importance cruciale de la bonne gestion des ressources environnementales dans le contexte du réchauffement climatique. » La réalité du passage de madame Poirson en Inde peut se lire tout autrement, car elle y été directrice du développement durable et de la responsabilité sociale d’une filiale de Veolia, Veolia Water India, dans la grande ville de Delhi, jusqu’en 2014.

Les habitants des bidonvilles, qui n’étaient pas les seuls destinataires de l’eau distribuée et vendue par Veolia, en ont-ils été satisfaits ? Tel n’a pas été l’avis des Amis de la Terre, qui organisent chaque année la remise du « prix Pinocchio du développement durable », destiné à récompenser les entreprises adeptes du storytelling. En novembre 2013, 41 000 internautes ont décerné le prix à Veolia, dans la catégorie « Une pour tous, tout pour moi », pour avoir œuvré à la privatisation de l’eau dans des villes de l’Inde, dont Dehli, avec des effets très discutables sur les populations. Commentaire général des Amis de la Terre, qui reposent selon elle sur des faits inexacts. Elle estime qu’à Delhi, « le consortium [conduit par Veolia] a été sélectionné (…) en fonction de critères strictement techniques et opérationnels, ainsi que financiers avec l’évaluation du coût des travaux ».

Sébastien Lecornu, un jeune ambitieux bien à droite

La nomination de Sébastien Lecornu, qui sera donc, lui aussi, secrétaire d’État auprès de Nicolas Hulot, est pour le moins inattendue. Car monsieur Lecornu est avant tout un professionnel de la « politique d’avant », pour reprendre une expression en vogue dans les milieux macronistes. Ce jeune homme de 31 ans a adhéré dès l’âge de 16 ans à l’UMP, puis a rejoint une structure de l’Eure très militante, Jeunes de Droite de la région de Vernon (JDV).

Plus jeune assistant parlementaire de l’Assemblée nationale, il est à 22 ans conseiller de Bruno Le Maire en 2008, quand ce dernier devient secrétaire d’État des Affaires européennes dans le gouvernement de François Fillon.
Monsieur Lecornu commence une carrière au pas de course, devenant maire de Vernon (Eure) et président à 28 ans du conseil départemental de l’Eure, précisément le département de Bruno Le Maire, dont il devient un ami proche. Il codirigera en 2013 la campagne de ce dernier pour la présidence de l’UMP. Président du musée des Impressionnismes de Giverny, président du conseil d’administration du Service départemental d’incendie et de secours de l’Eure, monsieur Lecornu semble ne s’être jamais intéressé à la nature, à l’écologie, à la biodiversité, à la crise climatique, à la qualité de l’air, aux pesticides, à l’agriculture biologique, aux forêts, aux océans, à l’élevage industriel, à la condition animale, à la pollution des rivières et des nappes phréatiques.

Mais que vont-ils faire ?

Pour quelle raison le président Macron a-t-il décidé d’adjoindre deux secrétaires d’État à Nicolas Hulot ? À ce stade, il est impossible de le savoir. Reporterre a interrogé les services de presse du ministère de la Transition écologique et de Matignon, qui n’ont donné aucune information sur les attributions de ces secrétaires d’Etat.

Mais la personnalité des deux nouveaux venus intrigue. Ne s’agit-il pas d’un encadrement très pensé des futures activités du ministre en titre ? Madame Poirson incarne en effet une vision libérale de l’économie, au moment même où cette idéologie est largement mise en cause dans l’aggravation de la crise écologique planétaire. Quant à monsieur Lecornu, son extrême proximité avec monsieur Le Maire, qui est rappelons-le ministre de l’économie – la fameuse « forteresse de Bercy » -, peut faire craindre un retour plus rapide qu’attendu à un « réalisme » budgétaire, nécessairement raboteur de projets ambitieux. Monsieur Hulot est-il encore libre dans son ministère, ou déjà encerclé ?


  • Complément d’info : Interrogé vendredi 23 juin sur BFM TV, Nicolas Hulot a précisé le rôle éventuel de ses nouveaux secrétaires d’Etat : "Pour ce qui concerne Brune Poirson, la mer, la biodiversité, les océans sont des sujets qui vont lui être rapidement et spontanément familiers. Quant à notre camarade Sébastien [Lecornu], sa connaissance des territoires est très importante, parce que la transformation écologique, énergétique, agricole, est conditionnée par la dynamique des territoires. Il peut être l’homme du dialogue et de la concertation."



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Hulot est un homme d’une rare naïveté, pour rester poli

Source : Fabrice Nicolino pour Reporterre

Photos : Wikipedia.

THEMATIQUE    Politique
20 juillet 2017
À Barcelone, la mairie alternative tâche de maîtriser le tourisme qui chasse les habitants
Reportage
24 juin 2017
Un paysan a été tué par les gendarmes
Reportage
20 juillet 2017
Les états généraux de l’alimentation placent l’écologie au second plan
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Fabrice Nicolino (Reporterre)