L214 dénonce la compagnie Lidl pour les conditions d’élevage de ses poulets

Durée de lecture : 4 minutes

21 juillet 2020 / par Justine Guitton-Boussion



L’association L214 a lancé mardi 21 juillet une campagne publique contre Lidl. Après « plus d’un an de dialogue infructueux » avec l’enseigne de distribution, l’association de défense des animaux dénonce aujourd’hui l’absence d’engagement de la marque pour les conditions d’élevage et d’abattage des poulets de chair.

L214 « souhaite que le groupe [Lidl] s’engage à respecter au minimum les critères du European Chicken Commitment (ECC) pour ses approvisionnements en viande de poulet de chair. Baisse des densités dans les élevages, poulets à croissance moins rapide, lumière naturelle, enrichissement du milieu de vie, abandon de l’accrochage des poulets vivants à l’abattoir : ces critères, soutenus par une trentaine d’associations de défense des animaux en Europe, dont L214 en France, visent à faire disparaître les pires pratiques d’élevage et d’abattage des poulets », écrit l’association dans un communiqué. Elle demande également qu’au moins 20 % des approvisionnements en viande de poulet de Lidl proviennent d’élevages en plein air.

Il y a quelques jours, vendredi 17 juillet, Lidl a annoncé « se donner tous les moyens pour remplir les critères définis par l’ECC pour 100 % de ses approvisionnements à marque distributeur sur les produits contenant au moins 50 % de viande de poulet d’ici 2026 ». Toutefois, l’enseigne a ensuite précisé qu’après consultation des fournisseurs et producteurs partenaires, elle a constaté que « deux des neufs objectifs [de l’ECC], que sont les questions de densité (30 kg/m2 au lieu de 42 kg/m2 actuellement) et de souches à croissance plus lente, sont difficilement envisageables voire inatteignables pour 100 % des approvisionnements d’ici 2026. »

« C’est une tentative désespérée de Lidl de sauver la face. On les soupçonne d’avoir eu vent de l’action prévue ce 21 juillet », estime Léo Le Ster de L214, joint par Reporterre. Pour l’association, ce n’est donc pas un engagement satisfaisant. « On est face à un communiqué qui d’une part ne mentionne aucun accès au plein air pour les poulets et qui, d’autre part, annonce s’engager dans un premier paragraphe, puis dans un deuxième paragraphe plus long et plus étayé, se désavoue en expliquant qu’ils ne seront pas capables de s’engager », regrette Léo Le Ster.

« [Notre] engagement existant pour l’European Chicken Commitment est sans équivoque », se défend Lidl, joint par Reporterre. La compagnie justifie sa réticence envers les questions de densité et de souches à croissance plus lente en assurant que c’est un constat fait avec le monde agricole. « L’ECC implique beaucoup pour les éleveurs, poursuit l’enseigne. Nous sommes dans une démarche de transparence et nous voulons accompagner les éleveurs au mieux dans cette transition. Nous pensons qu’une transition est possible mais dans un calendrier et des conditions qui pourraient être définis avec l’ensemble des parties prenantes. »

Sur la question de l’accès au plein air, Lidl répond que « ce point ne figure pas dans le cahier des charges de l’European Chicken Commitment, défini par une trentaine d’ONG européennes. En revanche, il est pleinement intégré dans nos objectifs de qualité produits. En 2018, nous étions déjà à 14% des volumes de poulet ayant accès au plein air. Dès 2021, nous aurons plus de 20% de nos volumes de poulet avec un accès au plein air, soit bien avant 2026. »

L214 a donc prévu différents différentes actions, partout en France, mardi 21 juillet. Dans la journée, des groupes locaux distribueront dans 25 villes (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Caen, Rennes…) des tracts parodiant les publicités de l’enseigne, et dénonçant les conditions d’élevage et d’abattage des poulets de chair. Dans huit villes, notamment à Rungis, où se trouve le siège national de Lidl, des camions publicitaires seront également mobilisés.

D’après Brigitte Gothière, porte-parole de l’association L214, il n’y a pas de raison que Lidl ne se fixe pas les mêmes objectifs que d’autres enseignes. « De nombreuses entreprises de la grande distribution telles que Carrefour, Intermarché, Netto, Cora, Système U ou encore Auchan sont aujourd’hui engagées à éradiquer les pires pratiques d’élevage et d’abattage des poulets, souligne-t-elle dans le communiqué de L214. Il est inacceptable que Lidl, qui tente de changer de positionnement et d’image auprès du public en jouant sur la qualité, n’en fasse pas partie. »

  • Source : Reporterre, mise à jour le mardi 21 juillet à 14h20 avec l’ajout de la réaction de Lidl.




Lire aussi : Politiques, grands patrons, paysans... « La cause animale est transpartisane »


23 octobre 2020
Le Colorado ravagé par le plus grand incendie de son histoire
Lire sur reporterre.net
23 octobre 2020
Face au déclin du vivant, des scientifiques demandent aux dirigeants de prendre des engagements plus ambitieux
Lire sur reporterre.net
23 octobre 2020
Le Parlement européen veut mettre fin à la déforestation mondiale provoquée par l’UE
Lire sur reporterre.net
23 octobre 2020
Sénateurs et députés s’accordent sur la loi Asap, une nouvelle entaille dans le droit de l’environnement
Lire sur reporterre.net
23 octobre 2020
Changement d’heure : des ONG demandent un retour à « l’heure naturelle »
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
À Montpellier, la « Maison de l’écologie et des résistances » expulsée
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
Attentat de Conflans : associations et syndicats appellent à plus de solidarité et de justice sociale
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
Aux États-Unis, les opérateurs de gaz de schiste laissent fuir le méthane, suite au Covid
Lire sur reporterre.net
22 octobre 2020
Des inondations ont tué au moins 111 personnes au Vietnam
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Monsanto définitivement reconnu coupable des dommages causés à l’agriculteur Paul François
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
L’entreprise Nokia va déployer la 4G sur la Lune
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Le gouvernement suspend l’utilisation des masques Dim
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Avec l’uranium appauvri, le volume des déchets radioactifs français grossit encore, estime l’ASN
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
La pollution de l’air coûte 943 euros par an et par Français
Lire sur reporterre.net
20 octobre 2020
Agriculture, urbanisation : le déclin de la biodiversité se poursuit en Europe
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Animaux

17 octobre 2020
On traite les pauvres comme on traite la nature : mal
Tribune
17 octobre 2020
« Pour éradiquer la pauvreté, il faut donner de l’argent aux pauvres »
Entretien
22 septembre 2020
La betterave, cheval de Troie des néonicotinoïdes
Reportage


Dans les mêmes dossiers       Animaux



Du même auteur       Justine Guitton-Boussion