L214 dénonce la compagnie Lidl pour les conditions d’élevage de ses poulets

Durée de lecture : 4 minutes

21 juillet 2020 / par Justine Guitton-Boussion



L’association L214 a lancé mardi 21 juillet une campagne publique contre Lidl. Après « plus d’un an de dialogue infructueux » avec l’enseigne de distribution, l’association de défense des animaux dénonce aujourd’hui l’absence d’engagement de la marque pour les conditions d’élevage et d’abattage des poulets de chair.

L214 « souhaite que le groupe [Lidl] s’engage à respecter au minimum les critères du European Chicken Commitment (ECC) pour ses approvisionnements en viande de poulet de chair. Baisse des densités dans les élevages, poulets à croissance moins rapide, lumière naturelle, enrichissement du milieu de vie, abandon de l’accrochage des poulets vivants à l’abattoir : ces critères, soutenus par une trentaine d’associations de défense des animaux en Europe, dont L214 en France, visent à faire disparaître les pires pratiques d’élevage et d’abattage des poulets », écrit l’association dans un communiqué. Elle demande également qu’au moins 20 % des approvisionnements en viande de poulet de Lidl proviennent d’élevages en plein air.

Il y a quelques jours, vendredi 17 juillet, Lidl a annoncé « se donner tous les moyens pour remplir les critères définis par l’ECC pour 100 % de ses approvisionnements à marque distributeur sur les produits contenant au moins 50 % de viande de poulet d’ici 2026 ». Toutefois, l’enseigne a ensuite précisé qu’après consultation des fournisseurs et producteurs partenaires, elle a constaté que « deux des neufs objectifs [de l’ECC], que sont les questions de densité (30 kg/m2 au lieu de 42 kg/m2 actuellement) et de souches à croissance plus lente, sont difficilement envisageables voire inatteignables pour 100 % des approvisionnements d’ici 2026. »

« C’est une tentative désespérée de Lidl de sauver la face. On les soupçonne d’avoir eu vent de l’action prévue ce 21 juillet », estime Léo Le Ster de L214, joint par Reporterre. Pour l’association, ce n’est donc pas un engagement satisfaisant. « On est face à un communiqué qui d’une part ne mentionne aucun accès au plein air pour les poulets et qui, d’autre part, annonce s’engager dans un premier paragraphe, puis dans un deuxième paragraphe plus long et plus étayé, se désavoue en expliquant qu’ils ne seront pas capables de s’engager », regrette Léo Le Ster.

« [Notre] engagement existant pour l’European Chicken Commitment est sans équivoque », se défend Lidl, joint par Reporterre. La compagnie justifie sa réticence envers les questions de densité et de souches à croissance plus lente en assurant que c’est un constat fait avec le monde agricole. « L’ECC implique beaucoup pour les éleveurs, poursuit l’enseigne. Nous sommes dans une démarche de transparence et nous voulons accompagner les éleveurs au mieux dans cette transition. Nous pensons qu’une transition est possible mais dans un calendrier et des conditions qui pourraient être définis avec l’ensemble des parties prenantes. »

Sur la question de l’accès au plein air, Lidl répond que « ce point ne figure pas dans le cahier des charges de l’European Chicken Commitment, défini par une trentaine d’ONG européennes. En revanche, il est pleinement intégré dans nos objectifs de qualité produits. En 2018, nous étions déjà à 14% des volumes de poulet ayant accès au plein air. Dès 2021, nous aurons plus de 20% de nos volumes de poulet avec un accès au plein air, soit bien avant 2026. »

L214 a donc prévu différents différentes actions, partout en France, mardi 21 juillet. Dans la journée, des groupes locaux distribueront dans 25 villes (Paris, Marseille, Lyon, Toulouse, Caen, Rennes…) des tracts parodiant les publicités de l’enseigne, et dénonçant les conditions d’élevage et d’abattage des poulets de chair. Dans huit villes, notamment à Rungis, où se trouve le siège national de Lidl, des camions publicitaires seront également mobilisés.

D’après Brigitte Gothière, porte-parole de l’association L214, il n’y a pas de raison que Lidl ne se fixe pas les mêmes objectifs que d’autres enseignes. « De nombreuses entreprises de la grande distribution telles que Carrefour, Intermarché, Netto, Cora, Système U ou encore Auchan sont aujourd’hui engagées à éradiquer les pires pratiques d’élevage et d’abattage des poulets, souligne-t-elle dans le communiqué de L214. Il est inacceptable que Lidl, qui tente de changer de positionnement et d’image auprès du public en jouant sur la qualité, n’en fasse pas partie. »

  • Source : Reporterre, mise à jour le mardi 21 juillet à 14h20 avec l’ajout de la réaction de Lidl.




Lire aussi : Politiques, grands patrons, paysans... « La cause animale est transpartisane »


16 janvier 2021
Black Rock, premier fonds financier mondial, investit massivement dans le charbon
Lire sur reporterre.net
15 janvier 2021
Le décret sur l’indécence énergétique ne concerne que 2 % des passoires thermiques
Lire sur reporterre.net
15 janvier 2021
Le ministre de l’Agriculture veut banaliser les nouveaux OGM
Lire sur reporterre.net
15 janvier 2021
Aux États-Unis, les Afro-Américains et les Latinos sont les premières victimes du Covid-19
Lire sur reporterre.net
14 janvier 2021
Le 16 janvier, pour nos libertés, manifestons contre le projet de loi de sécurité globale
Lire sur reporterre.net
13 janvier 2021
« Beauvau de la sécurité » : le ministre de l’Intérieur s’engage sur des peines minimales en cas d’agression de policier
Lire sur reporterre.net
13 janvier 2021
L’incendie d’une antenne près de Limoges revendiqué par un collectif anti 5G
Lire sur reporterre.net
13 janvier 2021
En Haute-Marne, le projet de laverie nucléaire toujours à l’arrêt
Lire sur reporterre.net
13 janvier 2021
La Confédération paysanne demande un moratoire sur la méthanisation
Lire sur reporterre.net
13 janvier 2021
Un rapport parlementaire propose l’interdiction des nitrites, cancérigènes, dans la charcuterie
Lire sur reporterre.net
13 janvier 2021
L’agroindustrie est la principale bénéficiaire des aides européennes à l’agriculture
Lire sur reporterre.net
13 janvier 2021
La déforestation tropicale s’accélère
Lire sur reporterre.net
12 janvier 2021
L’État français va devoir payer 10 millions d’euros pour pollution de l’air
Lire sur reporterre.net
12 janvier 2021
Le One planet summit à Paris : du « bla bla », selon Greta Thunberg
Lire sur reporterre.net
12 janvier 2021
Le Mexique bannit le glyphosate et le maïs transgénique
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Animaux

15 janvier 2021
Grippe aviaire : des couacs dans la gestion par l’État inquiètent les éleveurs
Reportages
15 janvier 2021
Déchets nucléaires : une note « explosive » souligne les lacunes du projet Cigéo
Info
16 janvier 2021
Vanessa Codaccioni : « L’État nous pousse à agir comme la police »
Entretien


Dans les mêmes dossiers       Animaux



Du même auteur       Justine Guitton-Boussion