La Fête à Macron sera puissante et paisible, espèrent les organisateurs

2 mai 2018

Les organisateurs de la Fête à Macron, prévue samedi 5 mai à Paris, ont tenu une conférence de presse ce mercredi 2 mai afin de présenter les motivations et les modalités d’organisation de cette marche qu’ils souhaitent « puissante et paisible », « festive et conviviale ».

François Ruffin n’était pas présent, mais une dizaine de personnes - syndicalistes, associatifs, militants - participaient à l’organisation de ce rassemblement, qui n’aura finalement pas lieu au carrousel du Louvre, faute d’autorisation du musée, mais certainement place de l’Opéra.

« On a besoin de se retrouver toutes celles et ceux qui subissent cette logique de privatisation, de sape des statuts, a expliqué Catherine, infirmière de Sud Santé 91. Face à cette politique qui nous écrase, on a du mal à faire entendre nos revendications. Pour être entendu, nous devons être unis et nombreux. »

Pour Loïc Canitrot, de la compagnie Jolie môme, la marche a deux objectifs : « Rendre visibles les centaines de luttes en cours et dont on entend jamais parler », et « faire entrer dans la lutte de nouvelles personnes, puisque nous sommes encore des millions à ne pas être entrés dans la lutte, alors que nous avons des raisons de le faire ».

« Il y a un nombre sans précédent de secteurs de la société et de groupes sociaux qui sont jetés dans des souffrances et des colères inouïes, a ajouté Frédéric Lordon. Il est temps que ces groupes, ces individus cessent de souffrir chacun par devers soi et qu’il leur soit proposé quelque chose pour se rassembler. » D’après le chercheur, c’est le but de la Fête à Macron : « Dégager une cause commune, refuser la cohérence globale et violente des politiques publiques menées par le pouvoir », car « notre société va a sa perte, et depuis l’élection de Macron, elle y va en marche accélérée ». Et il ajoute : « Si nous voulons gagner, nous devons décheminotiser le conflit des cheminots, sans rien retirer à leurs revendications, mais en élargissant : notre combat, c’est contre Macron et son monde ».

Et justement, pour montrer ce « monde de Macron », les organisateurs ont prévu un dispositif original : quatre chars représentant tour à tour Jupiter (« le côté bling-bling, impérialiste »), Dracula (« le côté il pompe tout le monde »), Napoléon (« la dimension guerrière ») et enfin un char mettant en scène les différentes formes de résistances. Des prises de parole auront lieu depuis les chars, tout au long de la marche d’Opéra à Bastille. Un carré des luttes, un cortège climat et un carré pour les organisations politiques sont également prévus.

« Pas une manif de plus, mais une manif de mieux »

Quant au risque de débordement martelé par les journalistes présents, les organisateurs ont rappelé la présence d’un service d’ordre intersyndical ainsi qu’un service d’ordre « à la Nuit debout ». « Nous mettons tout en place pour que l’événement se passe dans de bonnes conditions, mais tout ne dépend pas de nous », ont-ils insisté.

Et après ? « On en discute entre organisations, des rencontres sont prévues ». Mais les organisateurs, à l’instar de Frédéric Lordon, démentent l’idée d’une « manif de plus » : « Toutes les occasions d’expression politique sont bonnes à saisir, ce sera non pas une manif de plus mais une manif de mieux. En plus elle aura lieu un samedi, à un moment où tous et toutes peuvent venir, et ce faisant, elle a vocation à livrer un message d’une généralité qui n’est pas celle des manifs de grève. »

Jeudi 3 mai, une ultime réunion « logistique et animation » est organisée à la Bourse du Travail de Paris, à 18h30.

- Source  : Lorène Lavocat pour Reporterre.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Lancement dans l’enthousiasme du « Grand débordement » du 5 mai


17 novembre 2018
70 parlementaires demandent à M. Macron le moratoire sur le GCO
Lire sur reporterre.net
16 novembre 2018
Pour le nouveau ministre brésilien des affaires étrangères, le changement climatique est un dogme pour étouffer la croissance des pays occidentaux
Lire sur reporterre.net
16 novembre 2018
Le gouvernement confirme qu’il continuera à piller le budget des Agences de l’eau
Lire sur reporterre.net
16 novembre 2018
Le bilan de l’incendie en Californie s’alourdit à 63 morts
Lire sur reporterre.net
15 novembre 2018
GCO : la grève de la faim reste déterminée, tandis que les gendarmes se livrent à des violences
Lire sur reporterre.net
14 novembre 2018
La répression contre les militants anti-Cigéo devant la Cour de cassation
Lire sur reporterre.net
13 novembre 2018
Gaspard d’Allens est relaxé à Bar-le-Duc
Lire sur reporterre.net
12 novembre 2018
Près de 50.000 manifestants pour le climat au Québec
Lire sur reporterre.net
12 novembre 2018
Les incendies en Californie ont déja causé 31 morts et 228 disparus
Lire sur reporterre.net
10 novembre 2018
Une première victoire juridique pour les défenseurs de la forêt de Romainville
Lire sur reporterre.net
9 novembre 2018
Les opposants au projet GCO ont manifesté chez Vinci et au ministère des Transports
Lire sur reporterre.net
9 novembre 2018
Débat public sur les déchets nucléaires : la CNDP rappelle le gouvernement à ses devoirs
Lire sur reporterre.net
9 novembre 2018
Le potentiel de développement durable de la Guyane n’est pas dans l’or
Lire sur reporterre.net
8 novembre 2018
Un Français « consommerait » 352 m2 de forêt tropicale par an
Lire sur reporterre.net
7 novembre 2018
12 h de garde à vue pour avoir peint des coquelicots
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Luttes Politique
17 novembre 2018
Ils roulent en vélo cargo et en sont très heureux
Alternative
16 novembre 2018
Matthieu Auzanneau : « Augmenter les taxes sur l’essence sans proposer d’alternative cohérente, c’est faire le lit du fascisme »
Entretien
16 novembre 2018
L’écologie et la justice sociale doivent être les carburants du XXIe siècle
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Luttes Politique