La Fête à Macron sera puissante et paisible, espèrent les organisateurs

2 mai 2018

Les organisateurs de la Fête à Macron, prévue samedi 5 mai à Paris, ont tenu une conférence de presse ce mercredi 2 mai afin de présenter les motivations et les modalités d’organisation de cette marche qu’ils souhaitent « puissante et paisible », « festive et conviviale ».

François Ruffin n’était pas présent, mais une dizaine de personnes - syndicalistes, associatifs, militants - participaient à l’organisation de ce rassemblement, qui n’aura finalement pas lieu au carrousel du Louvre, faute d’autorisation du musée, mais certainement place de l’Opéra.

« On a besoin de se retrouver toutes celles et ceux qui subissent cette logique de privatisation, de sape des statuts, a expliqué Catherine, infirmière de Sud Santé 91. Face à cette politique qui nous écrase, on a du mal à faire entendre nos revendications. Pour être entendu, nous devons être unis et nombreux. »

Pour Loïc Canitrot, de la compagnie Jolie môme, la marche a deux objectifs : « Rendre visibles les centaines de luttes en cours et dont on entend jamais parler », et « faire entrer dans la lutte de nouvelles personnes, puisque nous sommes encore des millions à ne pas être entrés dans la lutte, alors que nous avons des raisons de le faire ».

« Il y a un nombre sans précédent de secteurs de la société et de groupes sociaux qui sont jetés dans des souffrances et des colères inouïes, a ajouté Frédéric Lordon. Il est temps que ces groupes, ces individus cessent de souffrir chacun par devers soi et qu’il leur soit proposé quelque chose pour se rassembler. » D’après le chercheur, c’est le but de la Fête à Macron : « Dégager une cause commune, refuser la cohérence globale et violente des politiques publiques menées par le pouvoir », car « notre société va a sa perte, et depuis l’élection de Macron, elle y va en marche accélérée ». Et il ajoute : « Si nous voulons gagner, nous devons décheminotiser le conflit des cheminots, sans rien retirer à leurs revendications, mais en élargissant : notre combat, c’est contre Macron et son monde ».

Et justement, pour montrer ce « monde de Macron », les organisateurs ont prévu un dispositif original : quatre chars représentant tour à tour Jupiter (« le côté bling-bling, impérialiste »), Dracula (« le côté il pompe tout le monde »), Napoléon (« la dimension guerrière ») et enfin un char mettant en scène les différentes formes de résistances. Des prises de parole auront lieu depuis les chars, tout au long de la marche d’Opéra à Bastille. Un carré des luttes, un cortège climat et un carré pour les organisations politiques sont également prévus.

« Pas une manif de plus, mais une manif de mieux »

Quant au risque de débordement martelé par les journalistes présents, les organisateurs ont rappelé la présence d’un service d’ordre intersyndical ainsi qu’un service d’ordre « à la Nuit debout ». « Nous mettons tout en place pour que l’événement se passe dans de bonnes conditions, mais tout ne dépend pas de nous », ont-ils insisté.

Et après ? « On en discute entre organisations, des rencontres sont prévues ». Mais les organisateurs, à l’instar de Frédéric Lordon, démentent l’idée d’une « manif de plus » : « Toutes les occasions d’expression politique sont bonnes à saisir, ce sera non pas une manif de plus mais une manif de mieux. En plus elle aura lieu un samedi, à un moment où tous et toutes peuvent venir, et ce faisant, elle a vocation à livrer un message d’une généralité qui n’est pas celle des manifs de grève. »

Jeudi 3 mai, une ultime réunion « logistique et animation » est organisée à la Bourse du Travail de Paris, à 18h30.

- Source  : Lorène Lavocat pour Reporterre.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Lancement dans l’enthousiasme du « Grand débordement » du 5 mai



18 mai 2019
San Francisco interdit la reconnaissance faciale
Lire sur reporterre.net
18 mai 2019
Les subventions aux fossiles responsables de 28 % des émissions de CO2
Lire sur reporterre.net
17 mai 2019
Dans l’Aude, des Faucheurs volontaires occupent l’usine de Monsanto
Lire sur reporterre.net
17 mai 2019
Une chaleur exceptionnelle frappe l’Arctique
Lire sur reporterre.net
17 mai 2019
La France n’est pas préparée au « choc climatique », selon un rapport sénatorial
Lire sur reporterre.net
16 mai 2019
« En France, il n’y a pas de pressions de lobbyistes de Monsanto », selon le ministre de l’Agriculture
Lire sur reporterre.net
15 mai 2019
L’Andra finance une campagne de communication contre les déchets radioactifs
Lire sur reporterre.net
15 mai 2019
Stocamine : le jugement sera rendu le 5 juin
Lire sur reporterre.net
14 mai 2019
Roundup : Bayer-Monsanto condamné à verser 2 milliards de dollars à un couple atteint d’un cancer
Lire sur reporterre.net
13 mai 2019
Le sénateur pro-glyphosate démenti par ses pairs
Lire sur reporterre.net
13 mai 2019
La justice s’acharne contre les militants du climat à Nancy
Lire sur reporterre.net
10 mai 2019
À Montpellier, des activistes anti-pub en procès
Lire sur reporterre.net
10 mai 2019
Les émissions de CO2 en baisse en Europe
Lire sur reporterre.net
10 mai 2019
À partir du 10 mai, l’Union européenne aura épuisé les ressources que la planète peut lui offrir
Lire sur reporterre.net
9 mai 2019
Grève au ministère de l’Écologie contre les suppressions de postes
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Luttes Politique
17 mai 2019
En prison depuis quatre mois. Son crime ? Être anarchiste
Info
18 mai 2019
« Les normes injustes engendrent une disparition des paysans »
Entretien
17 mai 2019
Un paradis naturel bulgare menacé par une autoroute européenne
Reportage


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Luttes Politique