La Fête à Macron sera puissante et paisible, espèrent les organisateurs

Durée de lecture : 3 minutes

2 mai 2018

Les organisateurs de la Fête à Macron, prévue samedi 5 mai à Paris, ont tenu une conférence de presse ce mercredi 2 mai afin de présenter les motivations et les modalités d’organisation de cette marche qu’ils souhaitent « puissante et paisible », « festive et conviviale ».

François Ruffin n’était pas présent, mais une dizaine de personnes - syndicalistes, associatifs, militants - participaient à l’organisation de ce rassemblement, qui n’aura finalement pas lieu au carrousel du Louvre, faute d’autorisation du musée, mais certainement place de l’Opéra.

« On a besoin de se retrouver toutes celles et ceux qui subissent cette logique de privatisation, de sape des statuts, a expliqué Catherine, infirmière de Sud Santé 91. Face à cette politique qui nous écrase, on a du mal à faire entendre nos revendications. Pour être entendu, nous devons être unis et nombreux. »

Pour Loïc Canitrot, de la compagnie Jolie môme, la marche a deux objectifs : « Rendre visibles les centaines de luttes en cours et dont on entend jamais parler », et « faire entrer dans la lutte de nouvelles personnes, puisque nous sommes encore des millions à ne pas être entrés dans la lutte, alors que nous avons des raisons de le faire ».

« Il y a un nombre sans précédent de secteurs de la société et de groupes sociaux qui sont jetés dans des souffrances et des colères inouïes, a ajouté Frédéric Lordon. Il est temps que ces groupes, ces individus cessent de souffrir chacun par devers soi et qu’il leur soit proposé quelque chose pour se rassembler. » D’après le chercheur, c’est le but de la Fête à Macron : « Dégager une cause commune, refuser la cohérence globale et violente des politiques publiques menées par le pouvoir », car « notre société va a sa perte, et depuis l’élection de Macron, elle y va en marche accélérée ». Et il ajoute : « Si nous voulons gagner, nous devons décheminotiser le conflit des cheminots, sans rien retirer à leurs revendications, mais en élargissant : notre combat, c’est contre Macron et son monde ».

Et justement, pour montrer ce « monde de Macron », les organisateurs ont prévu un dispositif original : quatre chars représentant tour à tour Jupiter (« le côté bling-bling, impérialiste »), Dracula (« le côté il pompe tout le monde »), Napoléon (« la dimension guerrière ») et enfin un char mettant en scène les différentes formes de résistances. Des prises de parole auront lieu depuis les chars, tout au long de la marche d’Opéra à Bastille. Un carré des luttes, un cortège climat et un carré pour les organisations politiques sont également prévus.

« Pas une manif de plus, mais une manif de mieux »

Quant au risque de débordement martelé par les journalistes présents, les organisateurs ont rappelé la présence d’un service d’ordre intersyndical ainsi qu’un service d’ordre « à la Nuit debout ». « Nous mettons tout en place pour que l’événement se passe dans de bonnes conditions, mais tout ne dépend pas de nous », ont-ils insisté.

Et après ? « On en discute entre organisations, des rencontres sont prévues ». Mais les organisateurs, à l’instar de Frédéric Lordon, démentent l’idée d’une « manif de plus » : « Toutes les occasions d’expression politique sont bonnes à saisir, ce sera non pas une manif de plus mais une manif de mieux. En plus elle aura lieu un samedi, à un moment où tous et toutes peuvent venir, et ce faisant, elle a vocation à livrer un message d’une généralité qui n’est pas celle des manifs de grève. »

Jeudi 3 mai, une ultime réunion « logistique et animation » est organisée à la Bourse du Travail de Paris, à 18h30.

- Source  : Lorène Lavocat pour Reporterre.



Lire aussi : Lancement dans l’enthousiasme du « Grand débordement » du 5 mai


18 septembre 2019
Feux de forêt : Human Rights Watch accuse le gouvernement brésilien de laisser faire les « réseaux criminels »
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2019
Une étude montre la perte vertigineuse des glaciers andins
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2019
48 heures de garde à vue pour avoir fabriqué un homard géant
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Les vifs incendies en Indonésie enfument la Malaisie et tuent les éléphants
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Bercy veut supprimer 1.700 postes au ministère de l’Écologie en 2020
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Mobilisation contre le projet de blanchisserie nucléaire de Joinville
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2019
À Lyon, les « décrocheurs » de portraits de Macron ont été relaxés
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Mort de Steve : « Les mesures prises par le commissaire divisionnaire ont manqué de discernement »
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Deux écologistes assassinés au Honduras
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
La loi énergie - climat définitivement adoptée, des ONG déçues
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
À Besançon, mobilisation pour soutenir deux journalistes injustement accusés
Lire sur reporterre.net
11 septembre 2019
Pont sur la Loire : déboisement en cours, des opposants face aux machines
Lire sur reporterre.net
11 septembre 2019
De nombreux soutiens au procès parisien des « décrocheurs » de portrait de Macron
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Le Val-de-Marne, premier département à prendre un arrêté antipesticides
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Des écoféministes décrochent un portrait de Macron
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Luttes Politique
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative


Sur les mêmes thèmes       Luttes Politique