Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Agriculture

La filière bio interpelle les candidats à la présidentielle

Mercredi 8 février, la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab), la commission bio de Coop de France et le Synabio ont invité les candidats à l’élection présidentielle à signer leur « Pacte pour une agriculture et une alimentation d’intérêt général ».

Cet appel à « faire de la France le premier pays bio en Europe » à l’horizon 2022 propose plusieurs pistes pour atteindre cet objectif. Par exemple, « prendre des mesures adaptées et suffisantes au sein de la PAC [politique agricole commune, NDLR] aujourd’hui (2017) et demain (2020) » qui valoriseraient les externalités positives de la bio (qualité de l’eau, santé, fertilité des sols, etc.) et « développer des outils de financement adaptés » en réorientant les outils de financement institutionnels, comme le programme d’investissement d’avenir et le livret de développement durable, vers la production et la distribution de produits bio.

Les organisations réclament également « l’introduction significative de produits bio dans la restauration collective » et regrettent la décision du Conseil constitutionnel de censurer l’article 192 de la loi Egalité et Citoyenneté, qui obligeait la restauration collective publique à introduire au minimum 20 % d’alimentation bio et locale dans leurs menus.

Les candidats à l’élection présidentielle ont tout intérêt à s’engager dans le développement d’une filière très porteuse, martèlent les organisations. « Il existe une forte mobilisation pour l’agriculture biologique sur les territoires, témoigne Stéphanie Pageot, productrice de lait bio en Loire-Atlantique et présidente de la Fnab. Vingt-et-une fermes passent en bio chaque jour ! » « Un magasin spécialisé bio ouvre tous les deux jours », renchérit Jean Verdier, président du Synabio.

Déjà plus de 100.000 emplois dans la filière bio

Pour Christophe Lécuyer, producteur céréalier bio dans le Centre et président de la section bio de Coop de France, le développement de la filière pourrait créer de nombreux emplois : « L’agriculture biologique emploie 1,5 à 2 fois plus de personnes que l’agriculture conventionnelle, rappelle-t-il. A partir du moment où l’on ne dispose que de peu de traitements phytosanitaires, on est obligé de faire de la prévention en introduisant de nouvelles rotations de cultures, en mélangeant les variétés... Avec, à chaque fois, une surcharge de travail qui incite à l’embauche. » Selon l’Agence bio, la bio fournirait déjà « plus de 100.000 emplois dans les fermes, le conseil, la transformation et la distribution spécialisée ». Les organisations, elles, tablent sur des « dizaines de milliers d’emplois non délocalisables dans les années à venir ».

Mais la route est encore longue avant d’atteindre cet objectif. « Il est nécessaire de débloquer des budgets stables, incitatifs et cohérents, plaide Mme Pageot. Aujourd’hui, ce n’est pas le cas : certains agriculteurs qui ont initié leur conversion en 2015 n’ont toujours pas reçu leurs aides ! » La vigilance est également de mise face aux velléités de prédation. « La filière œufs bio est parfois assez intégrée, avec des grandes surfaces qui baissent les prix d’achat aux producteurs alors que la demande est là, s’inquiète l’agricultrice. Il faut éviter de tomber dans l’écueil de ce qui se passe dans le conventionnel. Le développement, oui, mais pas dans n’importe quelles conditions. »

Des six principaux candidats à l’élection présidentielle, seul Yannick Jadot a fait le déplacement, les autres ayant envoyé des représentants. Mais Mme Pageot est optimiste : mis en ligne le 26 janvier dernier, l’appel comptait déjà 611 signatures d’élus mercredi à 17 h. « Notre objectif était de rassembler 500 signatures pendant le salon de l’agriculture, un but déjà largement dépassé, se réjouit la présidente de la Fnab. On ambitionne maintenant de le doubler, voire de le tripler ! »

  • Source : Emilie Massemin (Reporterre)
  • Photo : champ de blé en agriculture biologique à Fromenteau (Côte d’Or) (Luc Leguay).

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende