Le pire n’est jamais sûr : les bonnes nouvelles d’Autriche et des Etats-Unis

Durée de lecture : 1 minute

5 décembre 2016 / par kempf

La victoire en Autriche du candidat venu de l’écologie et la victoire des peuples autochtones contre l’oléoduc géant aux Etats-Unis montrent que l’on peut renverser le courant de la régression.

Trump, Fillon, montée de l’extrême-droite... l’ambiance politique des derniers mois pourrait laisser croire que la pente est fatale vers une terrible régression. Deux belles nouvelles, ce week-end, montrent que rien n’est sûr, et que moins que jamais, il ne faut se laisser aller au fatalisme.

En Autriche, le candidat Alexander Van der Bellen, ex-président des Verts, l’a emporté nettement face au candidat d’extrême-droite, Norbert Hoffer. Une victoire gagnée par une belle mobilisation des Autrichiennes et Autrichiens partisans de l’Europe, de l’ouverture, du refus de la stigmatisation des immigrés.

Ecologiste, européen, Alexander Van Der Bellen l’a emporté en Autriche

Aux États-Unis, la lutte des peuples autochtones du Dakota du Nord contre un oléoduc géant a remporté une belle victoire dimanche 4 décembre : le gouvernement fédéral, par la voix de l’US Army, a annoncé que le trajet envisagé pour l’oléoduc ne serait pas autorisé et qu’un autre itinéraire devrait être envisagé. C’est un fort coup d’arrêt à ce projet qui suscitait une farouche résistance des peuples autochtones et des écologistes aux États-Unis, que Reporterre vous a raconté (en novembre et dès septembre).

Eh oui, il y a de bonnes nouvelles ! Et pour les faire venir, c’est simple dans le principe : il faut se battre, être ferme sur les valeurs, tenace dans la bataille.

Bonne semaine !


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : En Autriche, l’extrême-droite cultive les thèmes écologistes

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photos :
. Activistes autochtones au Dakota du nord (IEN Earth).
. "Ensemble pour Van Der Bellen (Manfred Werner).

THEMATIQUE    International
14 novembre 2019
La démocratie renaîtra à l’échelle locale
13 novembre 2019
En Alsace, le village de Muttersholtz montre la voie de l’écologie
14 novembre 2019
Le mystère de la mort d’abeilles près d’un champ expérimental de Bayer-Monsanto


Sur les mêmes thèmes       International



Du même auteur       kempf