Les Gilets jaunes contraints de lever le camp face à Monsanto, dans l’Aude

Durée de lecture : 3 minutes

17 décembre 2018

- Actualisation du mardi 18 décembre :

Le groupe des Gilets jaunes présents à Trèbes devant l’usine Monsanto a dû quitter le camp hier lundi 17 décembre au soir, le propriétaire du terrain privé ayant reçu de nombreuses pressions pour lever son autorisation d’occuper son champ. « Nous n’étions pas assez pour résister à une charge sur le site » déplore C., l’une de Gilets jaunes mobilisée depuis le début du mouvement. Tous s’accordent néanmoins pour dire que la partie n’est pas terminée et que ce groupe audois compte bien venir déranger à nouveau le semencier. « Ce n’était que l’acte 1… Nous avons réussi le pari fou de réunir un bon nombre de personnes — qui avaient, à la base, un sacré a priori par rapport aux « gilets jaunes » — autour d’un sujet commun : l’écologie. Monsanto nous empoisonne alors que l’écologie nous “soigne”. Et nous, nous sommes censés la financer avec la taxe carbone à la place de ces multinationales qui ne paient pas d’impôts en France... Les Gilets jaunes, ce n’est pas QUE le pouvoir d’achat, c’est un package. Voilà ce qu’on a démontré durant la semaine avec Monsanto/Bayer. On reviendra plus forts ».


- Trèbes (Aude), reportage

Lundi midi 17 décembre, devant le site de Monsanto à Trèbes dans l’Aude. Déjà une semaine que les Gilets jaunes se sont installés sur un terrain privé face à l’usine du semencier. Au plus fort, ce camp de fortune, gardé jour et nuit par certains mobilisés depuis le 17 novembre, a accueilli près de 200 personnes. Dimanche, un membre du groupe HK et les Saltimbanques est venu chanter sur le camp et réchauffer le moral du groupe. Ce week-end, l’entreprise Monsanto aurait donné des jours chômés à leurs employés qui font les 3/8...

Lundi matin, vers huit heures, un petit groupe à tenté de bloquer la route qui permet aux camions d’accéder au site. La réponse ne s’est pas faite attendre. Un car de la gendarmerie mobile et un car de CRS sont très rapidement venus les déloger. "Nous voulions juste dévier les camions et non pas les bloquer", explique Pascal, un Gilet jaune mobilisé depuis le début du mouvement. "J’ai averti les faucheurs volontaires présents avec nous et cinq minutes après, nous avons dû nous replier vers le camp." Pour ce gilet jaune, c’est l’incompréhension : « Depuis un mois, nous avons bloqué trois centres commerciaux, occupé les ronds-points sans jamais être délogés. Là, nous restons pacifiquement devant l’usine, sans bloquer la route et en cinq minutes, les bleus sont là ! Même le commandant de gendarmerie me l’a dit : reprenez plutôt les ronds-points !" »

Les discussions vont bon train sur le camp. Les Gilets jaunes présents veulent plus que jamais poursuivre l’occupation car ils se sentent soutenus par la population. "Le gouvernement demande au petit peuple qui n’en a pas les moyens de financer la transition écologique. Pour moi, c’est aux grosses entreprises comme Monsanto ou Total de payer la facture, pas à nous !", dit Pascal. Tant que cela ne sera pas le cas, nous continuerons à prendre ces sites d’assaut."

La vie suit son cours sur le camp de fortune ; certains cuisinent, d’autres construisent de nouveaux abris... Des faucheurs volontaires, des paysans et des citoyens sans gilets jaunes viennent peu à peu grossir les rangs, mais pas suffisamment encore d’après Pascal : "Ici notre lutte est sociale et écologique. Nous appelons à la relève car il faudrait en permanence une centaine de personnes sur le site d’autant que nous risquons à chaque instant de nous faire expulser."



Lire aussi : Gilets jaunes : le dossier pour comprendre la révolte

Source : Pascaline Pavard, de Nature et progrès, courriel à Reporterre

Photo : ©Idriss Bigou-Gilles/Hans Lucas.



18 septembre 2019
Feux de forêt : Human Rights Watch accuse le gouvernement brésilien de laisser faire les « réseaux criminels »
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2019
Une étude montre la perte vertigineuse des glaciers andins
Lire sur reporterre.net
18 septembre 2019
48 heures de garde à vue pour avoir fabriqué un homard géant
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Les vifs incendies en Indonésie enfument la Malaisie et tuent les éléphants
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Bercy veut supprimer 1.700 postes au ministère de l’Écologie en 2020
Lire sur reporterre.net
17 septembre 2019
Mobilisation contre le projet de blanchisserie nucléaire de Joinville
Lire sur reporterre.net
16 septembre 2019
À Lyon, les « décrocheurs » de portraits de Macron ont été relaxés
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Mort de Steve : « Les mesures prises par le commissaire divisionnaire ont manqué de discernement »
Lire sur reporterre.net
13 septembre 2019
Deux écologistes assassinés au Honduras
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
La loi énergie - climat définitivement adoptée, des ONG déçues
Lire sur reporterre.net
12 septembre 2019
À Besançon, mobilisation pour soutenir deux journalistes injustement accusés
Lire sur reporterre.net
11 septembre 2019
Pont sur la Loire : déboisement en cours, des opposants face aux machines
Lire sur reporterre.net
11 septembre 2019
De nombreux soutiens au procès parisien des « décrocheurs » de portrait de Macron
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Le Val-de-Marne, premier département à prendre un arrêté antipesticides
Lire sur reporterre.net
10 septembre 2019
Des écoféministes décrochent un portrait de Macron
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    OGM

THEMATIQUE    Luttes
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête
18 septembre 2019
Les travailleurs sous-traitants du nucléaire en grève car « la sécurité se dégrade »
Entretien
20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative


Dans les mêmes dossiers       OGM



Sur les mêmes thèmes       Luttes