Les députés s’apprêtent à financer les grandes entreprises polluantes, sans conditions

Durée de lecture : 4 minutes

17 avril 2020



- Actualisation - Samedi 18 avril - Tard dans la nuit de vendredi à samedi 18 avril, dans le cadre du vote sur le projet de loi de finances rectificative à l’Assemblée nationale, le gouvernement et les députés de la majorité ont refusé de conditionner l’aide financière de 20 milliards d’euros, en cas de recapitalisation d’entreprises polluantes, à un changement en profondeur de leur modèle économique. - Détail ici.


- Vendredi 17 avril - Le projet de loi de finances rectificative 2020, qui doit être voté ce vendredi 17 avril à l’Assemblée nationale, met à disposition 20 milliards d’euros pour le sauvetage de grandes entreprises dites « stratégiques », telles qu’Air France, Renault ou le parapétrolier Vallourec. Dans un communiqué, les Amis de la Terre, Greenpeace et Oxfam se sont alarmés qu’« aucune condition ne soit posée au versement de ces aides publiques, alors qu’elles pourraient renflouer des entreprises polluantes, qui contribuent fortement au dérèglement climatique ».

Pour les ONG, « alors qu’il est en position d’imposer des transformations fortes des secteurs qu’il renfloue, le gouvernement choisit la voie du “business as usual”, comme si l’urgence climatique n’existait pas ». Jeudi 16 avril, un amendement déposé par Matthieu Orphelin et 10 autres députés demandant des contreparties à l’augmentation des participations de l’État dans de grandes entreprises a été rejeté en commission des finances. Les députés de la majorité ont plutôt proposé d’exiger des entreprises soutenues la mise en place d’une politique de responsabilité sociale et environnementale (RSE). Insuffisant selon les ONG.

Pour Clément Sénéchal, chargé de campagne Politiques climatiques à Greenpeace : « Le sauvetage inconditionnel d’entreprises responsables de l’urgence climatique est tout simplement dangereux pour l’avenir des populations. En choisissant cette réponse à la crise économique, le gouvernement démontre qu’il ne prend toujours pas au sérieux la question écologique, c’est-à-dire le monde d’après. Pire, il prend prétexte de cette crise sanitaire pour blanchir son alliance indéfectible avec les lobbies, au moment où les citoyen-nes réclament au contraire une société résiliente et des lendemains tournés vers l’intérêt général ».

« Soutenir à bout de bras et sans condition des multinationales qui devront de toute façon se transformer, c’est rendre leurs salariés encore plus vulnérables aux prochaines crises », a aussi déclaré Cécile Marchand, chargée de campagne climat et acteurs publics aux Amis de la Terre. « Personne ne comprendrait aujourd’hui que l’on fasse un chèque en blanc à des modèles économiques qui nous amènent dans le mur », a dit Alexandre Poidatz, chargé du financement de la transition énergétique chez Oxfam.

Pour les ONG, « le soutien de l’État doit avoir pour seuls objectifs le maintien de l’emploi et la transition écologique ».

Une autre voie est possible, apprend-on par ailleurs : en Autriche, l’aide de l’Etat autrichien à la compagnie Austrian Airlines, que le gouvernement négocie actuellement avec la maison-mère Lufthansa, doit être conditionnée à des objectifs liés à la lutte contre le changement climatique, a déclaré jeudi 16 avril la ministre autrichienne de l’Environnement.

- Source : Reporterre avec Oxfam et L’Usine nouvelle.

- Photo : Wikimedia





Lire aussi : Crise sanitaire : les propositions se multiplient pour penser un après plus écologique


26 mai 2020
Les travaux du Charles-de-Gaulle Express ont repris, ceux des lignes RER B et D sont reportés
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Dieselgate : la justice allemande condamne Volkswagen à un remboursement partiel
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Quarante millions de professionnels de santé demandent le respect de l’environnement
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Les petits pêcheurs demandent une répartition équitable des quotas de thon rouge
Lire sur reporterre.net
26 mai 2020
Des associations proposent 34 mesures pour une relance écologique et sociale
Lire sur reporterre.net
25 mai 2020
L’épandage aérien de fongicide autorisé dans l’Aude et l’Hérault
Lire sur reporterre.net
25 mai 2020
Le gouvernement poursuivi en justice pour obtenir l’ouverture des parcs et jardins
Lire sur reporterre.net
25 mai 2020
Le changement climatique menace la capacité de stockage du carbone des forêts tropicales
Lire sur reporterre.net
25 mai 2020
Fin de la grève de la faim contre l’inaction climatique de l’État
Lire sur reporterre.net
23 mai 2020
La Nouvelle-Zélande réfléchit à la semaine de quatre jours pour relancer l’économie
Lire sur reporterre.net
23 mai 2020
Des firmes multinationales songent à être compensées des mesures prises pendant la pandémie
Lire sur reporterre.net
20 mai 2020
En Chine, la pollution est plus forte qu’avant le confinement
Lire sur reporterre.net
20 mai 2020
Australie : de jeunes activistes attaquent une mine de charbon en justice
Lire sur reporterre.net
20 mai 2020
L’exploitation minière du fond des océans menace gravement les écosystèmes, selon un rapport
Lire sur reporterre.net
20 mai 2020
Plusieurs abattoirs sont des foyers épidémiques du Covid-19
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Coronavirus

THEMATIQUE    Économie Politique
26 mai 2020
Pour un plan de sortie de crise écologique, « il faut doubler le nombre de paysans »
Entretien
14 avril 2020
La solidarité, vaccin et remède contre la pandémie
Tribune
25 mai 2020
Pour éviter les pandémies, cessons l’élevage industriel
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Coronavirus



Sur les mêmes thèmes       Économie Politique