Les plateformes de livraison n’indemnisent pas tous les livreurs malades

Durée de lecture : 2 minutes

23 mars 2020 / Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)



Les plateformes de livraison Deliveroo et UberEats avaient annoncé, ces derniers jours, qu’elles indemniseraient les livreurs contaminés par le coronavirus.

« Ce qu’elles ne disent pas aux médias, dénonce Jérôme Pimot, cofondateur du Clap (Collectif des livreurs autonomes parisiens), c’est qu’il faut avoir fait 130 euros hebdomadaires pendant quatre semaines pour y prétendre ».

Marine, livreuse Deliveroo à Strasbourg, a été diagnostiquée positive au coronavirus. Le vendredi 20 mars, elle a contacté Deliveroo pour obtenir son indemnité « d’un montant de 230 euros » selon ses informations. A la suite de sa démarche, son compte a été bloqué pour quatorze jours, elle ne pouvait plus travailler. Jusque là, rien d’anormal, « on ne peut pas prendre le risque de contaminer d’autres personnes » dit Marine, contactée par Reporterre.

Là où le bât blesse, c’est que sa demande d’indemnisation a été rejetée. « Nous sommes au regret de vous annoncer que vous ne pouvez pas prétendre à l’indemnisation prévue par notre fond de secours pour les livreurs », a répondu Deliveroo, précisant que « ce fond a été mis en place pour soutenir les livreurs qui roulent régulièrement pour nous ».

« Ces dernières semaines je n’ai effectivement bossé que quelques heures par semaine, mais je n’ai pas été inactive !, s’offusque Marine. Ça fait un an et demi que je bosse pour eux, dont une longue période à plein temps où j’ai touché jusqu’à 2.000 euros par mois. Ces conditions d’accès à l’indemnité n’ont jamais été communiquées aux livreurs. Voilà comment on nous remercie, même cette indemnité dérisoire on ne nous l’accorde pas... » Alors même, estime-t-elle, qu’« il y a de grandes chances que j’ai été contaminée par le biais de mon travail de livreuse : on croise plein de gens et on est très exposés. » Aujourd’hui, elle se demande « comment les livreurs contaminés vont bien pourvoir payer leurs factures ».





Lire aussi : Coronavirus : les livreurs, travailleurs sacrifiés « pour des pizzas et des burgers »

Source : Alexandre-Reza Kokabi pour Reporterre

Photo : NnoMan pour Reporterre



21 octobre 2020
Monsanto définitivement reconnu coupable des dommages causés à l’agriculteur Paul François
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
L’entreprise Nokia va déployer la 4G sur la Lune
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Le gouvernement suspend l’utilisation des masques Dim
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
Avec l’uranium appauvri, le volume des déchets radioactifs français grossit encore, estime l’ASN
Lire sur reporterre.net
21 octobre 2020
La pollution de l’air coûte 943 euros par an et par Français
Lire sur reporterre.net
20 octobre 2020
Agriculture, urbanisation : le déclin de la biodiversité se poursuit en Europe
Lire sur reporterre.net
20 octobre 2020
Ardèche : la préfète limite l’affluence dans les marchés, mais pas dans les grandes surfaces
Lire sur reporterre.net
20 octobre 2020
L’Anses va expertiser les masques à la zéolithe d’argent et de cuivre
Lire sur reporterre.net
19 octobre 2020
A Montpellier, une Maison des résistances contre un projet routier
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2020
"Nous refusons le couvre-feu", écrivent des « cerveaux non disponibles »
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2020
Les professionnels de plus en plus exposés aux rayons ionisants en France
Lire sur reporterre.net
16 octobre 2020
Les sans-papiers en marche vers l’Élysée
Lire sur reporterre.net
15 octobre 2020
Les gendarmes ont expulsé la Zad du Village du Peuple, près de Saint-Nazaire
Lire sur reporterre.net
14 octobre 2020
Première action du collectif La Ronce contre les lobbies du sucre
Lire sur reporterre.net
14 octobre 2020
L’expansion du commerce en ligne pourrait détruire plus d’un million d’emplois aux États-Unis
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Covid-19

21 octobre 2020
Contre les Center Parcs « qui veulent remplacer la nature », les opposants se regroupent
Reportage
17 octobre 2020
On traite les pauvres comme on traite la nature : mal
Tribune
21 octobre 2020
Au prétexte du Covid, toujours plus de jetable et de gâchis à l’hôpital
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Covid-19





Du même auteur       Alexandre-Reza Kokabi (Reporterre)