Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Sivens

Pour M. Mélenchon, un procès ferait « éclater la vérité » sur la mort de Rémi Fraisse

Lors d’une conférence de presse qu’il a tenue mardi 30 mai, Jean-Luc Mélenchon s’est expliqué sur ses propos concernant l’ex-ministre socialiste de l’Intérieur Bernard Cazeneuve. Il l’avait désigné comme « le gars qui s’est occupé de l’assassinat de Rémi Fraisse » lors d’un déplacement à Montreuil, la semaine dernière. Le jeune homme a été tué par une grenade lors d’une intervention de la gendarmerie sur le site de Sivens dans la nuit du 25 au 26 octobre 2014.

Le chef de file de la France insoumise a déclaré qu’il était « d’accord pour requalifier » ses propos et parler d’« homicide » plutôt que d’« assassinat » — ce dernier terme désignant un meurtre avec préméditation. Il a précisé qu’il avait souhaité dire qu’il lui aurait « semblé normal que les ministres concernés démissionnent, comme lors de l’affaire de Malik Oussekine ». « Je n’ai pas cherché cette polémique », a-t-il ajouté.

M. Mélenchon à également répondu à Bernard Cazeneuve, qui a indiqué qu’il déposerait une plainte en diffamation s’il n’avait pas d’excuses : « Qu’il m’assigne en diffamation. C’est la seule occasion qu’on a d’amener devant un prétoire cette affaire-là, donc d’inviter à témoigner tous ceux qui ont enquêté sur la mort de Rémi Fraisse. Et alors, on verra que M. Cazeneuve est l’homme qui a mis en place des méthodes d’intervention d’une violence extrême. Par conséquent, je ne crois pas qu’il ait à gagner à ce procès. Celui-ci pourrait faire éclater la vérité et être dissuasif pour les suivants. »

S’adressant aux journalistes, le leader de la France insoumise a appelé à une « trêve médiatique » à son égard, s’estimant victime dun « Mélenchon bashing ». Concernant les élections législatives, il a déclaré qu’il était très difficile d’estimer combien de députés pouvait espérer obtenir son mouvement : « Selon les résultats de la présidentielle, nous pourrions être au deuxième tour dans 78 % des circonscriptions. Mais personne ne peut prévoir les reports de voix. »

  • Source : Reporterre
  • Complément d’info : Voir la vidéo de la conférence de presse :

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende