Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Reportage — Présidentielle

Présidentielle : la tristesse et la détermination des militants écolos

Dimanche 10 avril, à La Base, à Paris.

Des larmes à l’envie de s’engager plus encore. À La Base, haut lieu de la mobilisation citoyenne pour la justice climatique et sociale, l’annonce du second tour entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen a secoué les militants présents pour l’alter-soirée électorale organisée par Reporterre.

Paris (10e), reportage

Parfois, les formules les plus simples sont aussi les plus justes. Adossée à même le sol contre la devanture de La Base, QG de la mobilisation citoyenne pour la justice climatique et sociale (Paris Xe), et où Reporterre a organisé une Alter-soirée, électorale Julie, en larmes, résume bien le sentiment de toutes les personnes qui sont venues : « Au secours ! »

Il est un peu plus de 20 heures dimanche 10 avril, et les résultats du premier tour de l’élection présidentielle viennent d’être dévoilés : le président sortant, Emmanuel Macron (La République en marche, LREM, 27,60 %), et Marine Le Pen (Rassemblement national, RN, 23,41 %) sont qualifiés au second tour, Jean-Luc Mélenchon arrivant en troisième position (La France insoumise, LFI, 21,95 %). « On a perdu l’occasion de changer les choses. C’est terrible », dit l’infirmière de 27 ans, qui a voté pour le leader de l’Union populaire.

À l’intérieur des lieux, largement acquis à l’Insoumis pour ce scrutin, les visages sont fermés. Plusieurs personnes se prennent longuement dans les bras, d’autres se dirigent fébrilement vers le bar — « On va vraiment avoir besoin de boire un coup », dit un jeune homme, de toute évidence au bout du rouleau. La gueule de bois s’annonce énorme : comme l’a rappelé le directeur de Greenpeace, Jean-François Julliard, au micro de Reporterre, le quinquennat de Macron a été celui de la montée des inégalités sociales et de la « trahison écologique ». Sans parler du programme de Le Pen, qui, outre son contenu xénophobe et autoritariste, a été jugé déplorable — inexistant — par les associations écolos.

Jean-François Julliard, de Greenpeace. © Tiphaine Blot/Reporterre

« Maintenant, Mélenchon incarne l’écologie. Que vont devenir Jadot et les Verts ? »

La troisième place de Mélenchon, dont la candidature suscitait beaucoup d’espoir au regard de sa dynamique électorale de ces derniers jours, laisse un goût amer aux nombreuses personnes s’étant déplacées à La Base. Une jeune femme regrette ainsi que la gauche ne se soit pas rangée derrière un candidat unique — ce que dit également Alain Coulombel, porte-parole d’Europe Écologie-Les Verts (EELV), estimant que son parti a manqué de « clairvoyance » en ne s’alliant pas à LFI ; une autre déplore les votes en faveur de Jadot (4,49 %) ou encore de Roussel (2,33 %) alors que Mélenchon disposait du fameux « trou de souris ». Tout le monde est en tout cas dépité par le faible pourcentage consacré aux questions écologique et climatique dans les médias durant cette campagne, qui a été phagocytée par les thématiques de droite et d’extrême droite. « Là, on est entre nous, ensemble, mais comment va-t-on faire une fois seuls chez nous ce soir ? C’est trop violent ce qui se passe », dit Joëlle, 60 ans, qui a voté pour le candidat insoumis. Elle est engagée auprès des Amis de la Terre, et les résultats de ce soir lui posent de nombreuses questions, et notamment celle de l’avenir d’EELV : « Maintenant, c’est Mélenchon qui incarne l’écologie. Que vont devenir Jadot et les Verts ? »

© Tiphaine Blot/Reporterre

Interrogation : que faire au second tour, étant bien sûr entendu que l’option Le Pen est exclue ? Si certains assurent avec force qu’ils voteront Macron pour contrer le RN et éviter que « tous les racistes du pays ne se déchaînent », d’autres, mettant en avant la responsabilité de l’actuel chef de l’État dans la montée de l’extrême droite ainsi que son piètre bilan social et écologique, disent hésiter à voter pour lui ou vouloir s’abstenir ou voter blanc. Tous et toutes s’accordent en revanche globalement sur deux points :
1. ne rien lâcher pour les élections législatives, les 12 et 19 juin prochain, de façon à instaurer un contre-pouvoir au Parlement 
2. leur désir — ou besoin — décuplé de s’engager davantage encore pour la justice sociale et climatique.

« Ça me donne envie de participer à encore plus de mobilisations, de faire des choses au niveau local. De convaincre tous mes potes de faire de même, aussi », dit une militante d’Alternatiba. Aloha, qui participe avec Extinction Rebellion à l’organisation d’une action à Paris, le 16 avril, abonde : « On a la hargne. »

Dimanche 10 avril, à La Base. © Tiphaine Blot/Reporterre

Invitée à l’un des débats radio de Reporterre, la militante pour le climat Claire Lejeune, membre du parlement de l’Union populaire, se veut également combative malgré la déception : « Les luttes, il va falloir les mener dans les urnes, notamment aux législatives, mais aussi dans la rue. Il faut garder espoir, et solidifier le résultat de ce soir pour faire face au quinquennat qui arrive. Je vois beaucoup de gaieté dans nos mouvements. » De la tendresse, aussi : devant La Base, plusieurs amis se font un dernier câlin pour la route. À tour de rôle, tous répètent ce mot avant de rentrer chez eux : « Force ! »

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende