Quand le recyclage des bouteilles en plastique nourrit les chiens errants d’Istanbul

Durée de lecture : 1 minute

3 septembre 2014 / The Huffington Post

À Istanbul, une machine offre de l’eau et de la nourriture aux chiens errants de la ville en échange de bouteilles en plastique recyclées. Une initiative originale visant à donner à ces animaux errants un avenir meilleur, tout en encourageant ses utilisateurs à prendre l’habitude de recycler.


À Istamboul, la société turque Pugedon a récemment créé un distributeur automatique qui libère de la nourriture et de l’eau pour les chiens errants de la ville (plus de 150 000 chiens et chats errants), en échange de bouteilles en plastique recyclées.

Chaque fois que quelqu’un dépose ses bouteilles en haut, la nourriture est libérée au fond et les chiens savent comment la prendre. Les bouteilles recyclées couvrent le coût de la nourriture. La machine permet de fournir une source régulière de nourriture aux animaux à un endroit où le sort des animaux errants est parfois tragique.

http://www.youtube.com/watch?v=U8WxtuhiaJY

Des plaintes contre ces animaux ont conduit le gouvernement turc à élaborer une loi qui obligerait à transporter des milliers de chiens errants dans un « parc animalier », pour retirer les animaux de l’environnement urbain où ils se sont adaptés. Les chiens ont aussi été la cible de campagnes d’empoisonnement, selon l’Associated Press.

Les distributeurs automatiques Pugedon visent à donner à ces animaux errants un avenir meilleur, tout en encourageant ses utilisateurs à prendre l’habitude de recycler.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source : The Huffington Post. Traduction pour Reporterre Elisabeth Schneiter

Photo : Pugedon

Lire aussi : Des déchets qui polluent l’océan pacifique, faire une île recyclée

DOSSIER    Animaux

THEMATIQUE    Quotidien
20 juillet 2019
En Grèce, les low-tech au secours des migrants
Alternative
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir
17 septembre 2019
Dans les forêts du Morvan, l’État refuse d’encadrer les coupes rases
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Animaux



Sur les mêmes thèmes       Quotidien