Je fais un don
OBJECTIF : 55 000 €
26009 €   COLLECTÉS
47 %

Radio Bambou : À l’écoute du dinosaure trompettiste

25 novembre 2017 / Mathilde Bouquerel (Reporterre)



« Radio Bambou » est le magazine radio de Reporterre, pour expliquer l’écologie aux enfants entre 8 et 12 ans. Aujourd’hui, Bambou a écouté le cri d’un dinosaure, il est parti en mission avec la « brigade anti-gaspi » et il a rencontré l’inventeur génial du troc vert.

Salut les humains ! Je m’appelle Bambou. Je suis un panda roux, je vis à la ménagerie du Jardin des Plantes, à Paris. Il n’est pas mal, mon enclos, mais moi, je suis très curieux. Alors dès que mes gardiens ont le dos tourné, je me faufile et je vais me balader. Je rencontre plein de gens et je leur pose des questions ce qui me passionne : l’écologie. J’enregistre avec un micro que j’ai… emprunté à un humain distrait et je l’envoie par courriel à Reporterre et à Fréquence Paris plurielle. Vous êtes prêts ? On y va !


Sur les traces du dinosaure trompettiste

Est-ce que vous avez vu Jurassic World, qui est sorti au cinéma il y a deux ans ? Ou peut-être Jurassic Parc, à la télé ou en DVD ? Ou encore le super documentaire de la BBC Sur la Terre des dinosaures ? Moi j’adore ce genre de film et ce qui m’impressionne le plus, ce sont les cris des dinosaures. Le « roarrrr ! » du T-Rex ou l’espèce de vibration basse du diplodocus par exemple… Et pourtant, en fait, tout ça, c’est faux. Les gens qui ont fabriqué ces films sont obligés d’imaginer le bruit que faisaient les dinosaures. Parce que la plupart du temps, le cri d’un animal est produit par des tissus mous, comme nos cordes vocales. Et contrairement aux os, ils disparaissent très rapidement. Mais, il y a quand même un dinosaure dont les paléontologues (les savants qui étudient la Préhistoire) ont réussi à reconstituer le cri. Parasaurolophus, c’est son petit nom. Je vous explique comment les scientifiques s’y sont pris.

  • Écouter ici :
    Le cri du Parasaurolophus.

En mission avec la « brigade anti-gaspi »

10 millions de tonnes. Le poids d’environ vingt mille avions. C’est la quantité de nourriture qu’on gâche chaque année en France. Les fruits un peu abîmés du supermarché qu’on jette parce que les clients n’en voudront pas, tout ce que les personnes qui vont au restaurant laissent dans leur assiette, les épinards qu’on ne touche pas à la cantine… Tout cela s’appelle le gaspillage alimentaire. C’est l’une des raisons pour lesquelles on a créé un évènement qui a lieu tous les ans : la Semaine européenne de réduction des déchets. Cette année, les élèves de l’école de la République, à Bourg-la-Reine (en Île-de-France), y ont participé. Comment ? En devenant des agents secrets de la « brigade anti-gaspi ». Leur mission ? Trouver combien de nourriture était gaspillée dans leur cantine. Et moi, je les ai suivis.

  • Écouter ici :
    Avec la « brigade anti-gaspi ».

La rue où les plantes s’échangent

Acheter une plante ? Mais pour quoi faire ? C’est la question que pourrait vous poser Yann Monel si vous lui proposez d’aller dans un magasin de jardinage. Il y a presque vingt ans maintenant (en l’an 2000), Yann a créé quelque chose de nouveau dans sa ville de Montreuil, près de Paris. Une fois par an, un dimanche de mai, il propose aux habitants de se retrouver dans une rue pour échanger les plantes dont ils ne veulent plus contre d’autres qui leur font envie. Il donne un nom à tout ça : le « troc vert », et un symbole : une plante dans une chaussure. Un genre de grand marché, mais sans l’argent. Pas mal non ? Tellement bien que, aujourd’hui, on organise des trocs verts dans toute la France. Yann Monel, je l’ai rencontré et lui ai demandé d’où lui était venue cette idée géniale.

  • Écouter ici :
    Interview de Yann Monel sur le troc vert.

POUR ÉCOUTER CET ÉPISODE DE RADIO BAMBOU EN UNE SEULE FOIS

  • Écouter ici le podcast :
    Le podcast de l’épisode 10 de Radio Bambou.

Nous, on se retrouve dans quinze jours, et d’ici là, on peut aussi être en contact sur Facebook.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Au Québec, des frigos ouverts à tous contre le gaspillage

Source : Mathilde Bouquerel pour Reporterre

En partenariat avec Fréquence Paris Plurielle

Photos :
. chapô : Parasaurolophus walkeri. Wikipedia (I,Steveoc 86/CC BY 2.5)
. brigade : © mairie de Bourg-la-Reine.
. troc vert : © Yann Monel



Documents disponibles

  Interview de Yann Monel sur le troc vert.   Le cri du Parasaurolophus.   Avec la « brigade anti-gaspi ».   Le podcast de l’épisode 10 de Radio Bambou.
DOSSIER    Animaux Déchets Radio Bambou

11 décembre 2017
Pour le créateur de l’avion solaire, « il n’y a aucune urgence à construire un nouvel aéroport à Notre-Dame-des-Landes » 
Info
12 décembre 2017
« One planet summit », ou quand la politique fait faillite devant la banque
Edito
12 décembre 2017
À Forcalquier, Christophe Castaner promeut un supermarché destructeur de terres agricoles
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Animaux Déchets Radio Bambou





Du même auteur       Mathilde Bouquerel (Reporterre)