Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre ce mois-ci.

Objectif de 12 000 donateurs

Soutenir Reporterre

Forêts

Sécheresse : 70 % des forêts mondiales menacées

Les deux tiers des forêts de la planète sont très vulnérables au risque de sécheresse...

Selon une étude internationale publiée le 21 novembre en ligne par la revue Nature, 70% des forêts mondiales seraient menacées par le manque d’eau. Une équipe internationale de 24 scientifiques spécialistes de la physiologie des plantes s’est penchée sur le problème de la résistance des arbres face à une pénurie d’eau et leurs conclusions battent en brèche un certain nombre d’idées reçues. Alors qu’il apparaît a priori évident que les forêts des régions sèches sont plus exposées que les autres à un risque fatal de sécheresse, les données qu’ils ont rassemblées montrent que les forêts humides sont tout aussi exposées à ce risque.

La raison de ce paradoxe est résumée par l’Institut national de recherche agronomique (INRA), dont plusieurs chercheurs ont contribué à l’étude : « Les arbres optent pour une stratégie hydraulique à haut risque ». En clair, quelle que soit la pluviométrie de la région où ils se trouvent, les arbres -qu’ils soient feuillus ou conifères- ont l’habitude de vivre sur le fil du rasoir en matière de gestion de l’eau, ne se laissant que peu de marge en cas de baisse des pluies.

Sans eau, les arbres sont victimes d’embolies

Pourquoi tant d’espèces convergent-elles sur une stratégie si risquée ? C’est la marque, selon l’étude « d’un compromis qui concilie croissance et protection contre le risque de mortalité ». La « faible marge de sécurité » prise par les arbres leur permet en effet d’optimiser l’utilisation du carbone nécessaire à leur croissance mais « peut se payer au prix de (leur) mort ».

En effet, explique l’INRA, lorsque les pluies se font moins importantes et que le sol se dessèche, « la sève des arbres est exposée à de très fortes tensions qui peuvent rompre les colonnes d’eau à l’intérieur de leur système vasculaire. Ce phénomène de ’cavitation’ produit une embolie gazeuse de la même manière que des thromboses peuvent bloquer le système circulatoire des humains ». Et lorsque la sécheresse s’accentue, « l’embolie s’accumule dans le système vasculaire jusqu’à ce que l’arbre se dessèche et meure ».

En tout, estiment les scientifiques, 70% des arbres dans le monde atteignent d’ores et déjà leur seuil de rupture hydraulique. Or le changement climatique laisse prévoir une augmentation de la température et de l’aridité dans de nombreuses régions du globe, rappellent-ils. Si l’étude n’envisage pas de scénarios catastrophiques, elle pourrait aider à prévoir quelles espèces pourraient ne pas survivre à ces changements climatiques.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende