Sur Notre-Dame-des-Landes, Ségolène Royal a raison

17 octobre 2016 / par Hervé Kempf (Reporterre)



Dans la lutte au sein du gouvernement pour engager, ou non, l’expulsion de la Zad, Mme Royal pèse pour la raison et la reprise pacifique des discussions, afin de parler du fond du dossier.

Nous avons souvent critiqué Mme Royal pour son action, et elle s’est toujours comportée de manière bizarre, pour ne pas dire méprisante, à l’égard de Reporterre. Mais nous constatons aujourd’hui qu’elle s’engage de manière intelligente et forte sur la question de Notre-Dame-des-Landes, et nous le soulignons sans hésiter.

Depuis une semaine, une bataille est manifestement engagée au sein du gouvernement autour de la décision de lancer une opération policière contre la Zad de Notre-Dame-des-Landes. Le Premier ministre Manuel Valls pousse à la roue, le ministre de l’Intérieur, Bernard Cazeneuve, hésite, en pesant la difficulté technique de l’opération, M. Hollande, président de la République, évalue en politicien les avantages ou les inconvénients qu’il retirerait d’une telle action.

Face à la brutalité du Premier ministre, la ministre de l’Environnement monte au front - de la communication - avec ténacité. Après plusieurs prises de position les jours derniers, elle a développé sa position dans Le Journal du dimanche, le 16 octobre : « La question, y explique-t-elle, est : quel est l’intérêt général et comment rétablir un ordre juste ? En d’autres termes, est-il pertinent de faire prendre des risques pour une infrastructure inadaptée, comme l’ont dit des experts indépendants ? ». Rappelant le coût du projet d’aéroport, près d’un milliard d’euros, elle dit aussi l’évidence : « Aujourd’hui, un tel projet, qui remonte à des années, mal engagé, ne serait pas autorisé. »

La ministre de l’Environnement propose de tenir de nouvelles réunions de travail « afin de sortir par le haut de cette situation ». Et elle prend position contre l’intervention policière : « Nos forces de l’ordre ont d’autres missions à mener en ce moment, liées au terrorisme, à la situation dans le Calaisis... Pour avoir géré le dossier douloureux de Sivens, où il y a eu un mort et où j’ai dû, difficilement, renouer les fils du dialogue, il est de ma responsabilité - puisqu’il s’agit d’une infrastructure qui relève de mon ministère - d’alerter sur le risque d’une évacuation par la force. Imaginons seulement un instant qu’il y ait mort d’homme, parmi les forces de l’ordre ou du côté des manifestants. Ce serait gravissime ! En répétant cela, je ne fais que défendre l’intérêt général. »

MM. Valls et Sarkozy ensemble d’accord

L’article de Mme Royal a suscité des réactions immédiates, presque conjointes de Matignon et de Nicolas Sarkozy. Un proche du Premier ministre a fait savoir à l’agence Reuters que le non-respect du résultat du « référendum » était inconcevable. « Bien sûr, l’évacuation devra se faire avec sang-froid et méthode pour éviter les violences mais ne pas le faire, ça serait donc un affaiblissement de l’autorité et un affaiblissement de la démocratie », explique cette source.

« C’est irresponsable de la part de Mme Royal », a pour sa part jugé Nicolas Sarkozy. « Il y a eu plusieurs dizaines de décisions de justice pour confirmer la nécessité de construire cet aéroport. Mieux, François Hollande a organisé un référendum. Un référendum qui a dit que la population, majoritairement, était pour la construction », a ainsi développé le candidat à la primaire de la droite et du centre.

Tant M. Valls que M. Sarkozy font erreur : il n’y a pas eu référendum, qui aurait valeur décisive légale, mais consultation. Au demeurant entachée de tant de biais qu’elle n’a pas grande valeur. De surcroît, de nombreuses procédures judiciaires sont encore en cours, tandis que la procédure européenne n’est pas achevée.

Il est donc urgent de rester l’arme au pied. Plutôt que d’agiter les matraques pour satisfaire on ne sait quel désir d’ordre d’une opinion qui a bien d’autres préoccupations, il faut reprendre les faits, les dossiers, et la discussion. Mme Royal, ici, a raison.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Hollande « hostile » à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, Valls veut envahir la Zad, Royal non

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photo : Compte twitter de Ségolène Royal

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

21 février 2017
Le gouvernement polonais s’attaque à un trésor de la nature, la forêt de Bialowieza
Info
21 février 2017
Les énergies « renouvelables » ne font que continuer la civilisation industrielle
Tribune
22 février 2017
La rénovation des logements créera 126.000 emplois, assurent des ONG caritatives et écologistes
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)