Tous les Parisiens se nourrissent de légumes bio - euh, c’était avant !

25 mars 2016 / J.G. Moreau et J.J. Daverne



Étonnant ! Le manuel pratique des maraîchers de Paris paru en 1845 n’a rien perdu de son intérêt. Bien au contraire, il ouvre à de nouvelles pratiques comme celle de la permaculture.

Sans doute, cela vient-il de ce que ce livre est le fruit de l’expérience de deux maraîchers et que les maraîchers parisiens avaient alors atteint une excellence reconnue même en Angleterre. Les causes sont à la fois historiques et conjoncturelles.

Depuis la création du Potager du roi par Jean-Baptiste de La Quintinie en 1670, les maraîchers n’avaient cessé d’améliorer leurs pratiques. Mais, au cours de la première moitié du XIXe siècle, la forte augmentation de la population parisienne, passée de 500.000 à un million d’habitants, l’absence de conservation par le froid, et de transport rapide, imposaient de produire sur place, en quantité et en qualité. D’où la mise au point d’une culture successive, ininterrompue pendant toute l’année, dans laquelle plusieurs légumes différents étaient souvent plantés ensemble sur le même terrain.

Et, pour soutenir la concurrence, il fallait à la fois produire le maximum de légumes sur le minimum de terrain quelle que soit la saison, être les premiers à proposer à la vente des fruits et légumes d’excellente qualité, et ce, sans produit chimique. D’expérience, ils ont compris la nécessité de nourrir le sol en favorisant la vie des microorganismes, en alternant les légumes de système racinaire varié et en utilisant des engrais verts et du compost. Comme le note Eliot Coleman, pionnier de l’agriculture biologique aux États-Unis, « une agriculture profondément biologique vise à produire les aliments les plus nourrissants possibles en reconnaissant la primauté du respect de la planète », ce que Moreau, Daverne et leurs collègues surent parfaitement mettre en pratique.


-  Manuel pratique de la culture maraîchère de Paris, par J.G. Moreau et J.J. Daverne, éditions du Linteau (52 r de Douai, 75009 Paris), 270 p., 23 €.

Source : Réseau semences paysannes




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Ce jardinier réinvente l’agriculture sur moins d’un hectare
THEMATIQUE    Agriculture
18 octobre 2017
Comment passer à l’électricité verte : on vous explique
Alternative
19 octobre 2017
La nouvelle loi Travail enfonce les victimes de harcèlement sexuel
Info
19 octobre 2017
Eoliennes et infrasons : voilà les réponses pour s’entendre
Tribune


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Agriculture