Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Déchets nucléaires

Un avocat des opposants à Bure, Me Ambroselli, a été interpellé

  • 13h30 - L’avocat Me Etienne Ambroselli, défenseur de plusieurs militants opposés à Cigéo, a été arrêté ce matin, dans le cadre de l’opération judiciaire en cours dans la région de Bure (Meuse) et à Paris. Il est en garde à vue.

  • 11h00
Opération de gendarmes, à Bure, ce matin (@ziradies)

Ce mercredi 20 juin depuis 7h, plusieurs lieux de vie liés à la lutte anti-Cigéo ont été perquisitionnés, dont la Maison de résistance à Bure.

À la Maison de résistance, les habitants ont été évacués avec contrôle d’identité et photo. Il y aurait toujours actuellement une cinquantaine de gendarmes et un camion de déménagement.

Des maisons à Biencourt-sur-Orge, Ancerville, Chennevières, où vivent des opposants à la poubelle nucléaire, sont aussi toujours en cours de perquisition.

A 10h30, les perquisitions à Cirfontaines-en-Ornois, à Verdun, à Commercy et à Montiers-sur-Saulx se sont terminées. Au total, quatre personnes auraient été arrêtées.

D’après l’automédia vmc.camp, il y aurait déjà au moins six garde-à-vue suite aux perquisitions, ainsi que de nombreux contrôles d’identité. A Mandres-en-Barrois, on signale une importante présence policière, sans perquisition pour le moment.

Selon le procureur de Bar-le-Duc Olivier Glady, contacté par l’AFP, ces perquisitions sont effectuées « dans le cadre d’une commission rogatoire d’un juge d’instruction portant sur trois faits commis en 2017 ».

Les faits concernés sont : le départ d’incendie volontaire commis par des militants en juin dans l’hôtel-restaurant du laboratoire de l’Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs (Andra), des dégradations commises à l’écothèque, bâtiment appartenant également à l’Andra, et la manifestation illégale du 15 août.

Toujours d’après le procureur, qui se trouvait ce matin à la Maison de résistance, « plus de 200 gendarmes, enquêteurs et militaires destinés au maintien de l’ordre ont été mobilisés pour perquisitionner les cinq lieux de vie ».

Le réseau a lancé un appel à rassemblement ce jour à 18h devant les préfectures « en soutien aux habitants et militants qui font face à la répression ».

  • Photo : En 2017 (© Roxane Gauthier/Reporterre)

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende