Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Animaux

Une deuxième vague de criquets pèlerins menace l’Afrique de l’Est

Une deuxième vague de criquets pèlerins menace l’Afrique de l’Est, dont on estime qu’elle sera 20 fois pire que le fléau qui s’est abattu il y a deux mois sur la région.

Cette deuxième invasion en provenance des zones de reproduction en Somalie comprend davantage de jeunes adultes qui sont des mangeurs particulièrement voraces.

Dans sa dernière mise à jour de l’Observatoire des criquets pèlerins (14 avril), l’ONU déclare que la situation est « extrêmement alarmante » car un nombre croissant de nouveaux essaims se forment dans le nord et le centre du Kenya, en Ethiopie et en Somalie.

L’Ouganda a signalé l’arrivée de deux essaims la semaine dernière en provenance du Kenya voisin, ce qui a encore déstabilisé la sécurité alimentaire et les moyens de subsistance des populations de l’est et du nord du pays. Les insectes suivent les pluies de printemps, à la recherche de cultures émergentes et d’autres types de végétation.

Hellen Adoa, ministre au ministère de l’Agriculture ougandais, a déclaré : « C’est très actif, destructeur et nous sommes inquiets qu’il soit arrivé au moment du confinement. Nous sommes un peu dépassés. Dès qu’ils arrivent dans un endroit, la première chose qu’ils font est de manger tout ce qui est vert, » dit-elle.

Le confinement dû au coronavirus gêne la lutte contre les criquets pélerins

Les autorités kenyanes ont déclaré que la répression des coronavirus a ralenti les efforts pour lutter contre l’infestation, car il est devenu plus difficile de traverser les frontières et les livraisons de pesticides sont retardées. La pulvérisation aérienne est le seul moyen efficace de lutter contre les criquets, mais des plaintes ont été déposées concernant les effets des pesticides sur le bétail.

En février, huit pays d’Afrique de l’Est ont connu la pire épidémie depuis 70 ans, exacerbée par le changement climatique et la guerre au Yémen.

Les insectes peuvent parcourir environ 90 miles par jour et manger leur propre poids dans les cultures.

« Les fortes pluies de la fin mars ont créé des conditions de reproduction favorables pour une nouvelle génération de criquets dans la Corne de l’Afrique. Ceux-ci émergeront en jeunes essaims en juin, juste au moment où de nombreux agriculteurs commenceront à récolter », a déclaré Antonio Querido, de l’agence des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) en Ouganda.

Christine Apolot, la présidente du district de Kumi en Ouganda, qui a été touché par un essaim la semaine dernière, a déclaré que les gens étaient remplis de désespoir, ayant déjà subi des inondations et l’essaim précédent : « Cela va sérieusement apporter l’insécurité alimentaire. C’est la peur que nous avons à l’heure actuelle. Alors que nous espérions recevoir une aide alimentaire pour soutenir la situation sur le terrain, le criquet pèlerin nous a envahis et le verrouillage de Covid-19 s’oriente vers une dévastation de l’économie ».

-  Source : The Guardian

-  Photo : Criquets pèlerins : ©FAO/Sven Torfinn

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende