Une étude égyptienne montre les dangers d’une alimentation aux OGM

Durée de lecture : 3 minutes

7 janvier 2015 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Dans la continuité des travaux du professeur Séralini, une équipe de biologistes égyptiens vient de publier une étude. Conclusion : une alimentation à base de produits génétiquement modifiés présente des risques pour la santé. Il reste à en déterminer la cause.

Avec peu de moyens et encore peu d’écho, dans divers endroits du monde, des scientifiques poursuivent la quête du professeur Seralini. Enjeu : déterminer si, oui ou non, les OGM (organismes génétiquement modifiés) sont toxiques. « Nous avons inspiré beaucoup de travaux à travers le monde », constate le chercheur de Caen.

Une équipe de biologistes égyptiens vient ainsi de publier une nouvelle étude sur la question. Ses conclusions : une alimentation à base de produits génétiquement modifiés présente des risques pour la santé.

Publiée dans le Turkish Journal of Biology, elle a été menée sur soixante rats albinos (Wistar). C’est moins que les deux cents animaux étudiés par Gilles-Eric Seralini dans son étude publiée en septembre 2012. Pour autant, cela ne discrédite pas l’étude égyptienne, d’après le scientifique : les industries agro-alimentaires comme Monsanto utilisent des lots de vingt rats nourris aux OGM pour montrer l’innocuité de leurs produits, et « sans détails histologiques », précise-t-il.

En effet, c’est une des originalités de l’étude : les chercheurs égyptiens se sont concentrés sur un examen poussé des différents tissus organiques. Pendant trois mois, ils ont alimenté trente rats avec des OGM commercialisés pour nourrir le bétail : un tiers de soja, deux tiers de maïs. D’autres rongeurs ont reçu une ration de blé non génétiquement modifié. « Les chercheurs ont préféré recourir à un régime contrôlé à base de blé, car les régimes à base de maïs et soja sont là-bas très souvent contaminés », précise le professeur Seralini. D’autres chercheurs sont plus sceptiques sur ce point.

Résultat ? Lésions du rein et du foie, altération de l’ADN, baisse de la qualité du sperme... La liste des effets nocifs inquiète par sa longueur. Les chercheurs ne parlent pas de tumeur, mais bien de toxicité et de génotoxicité... autrement dit la capacité d’une substance à endommager l’ADN.

Il est cependant impossible d’affirmer que la modification génétique est à l’origine de la nocivité des aliments. Car les effets négatifs pourraient être dus aux résidus de pesticides, présents en nombre dans les cultures OGM. De récentes études ont d’ailleurs démontré la toxicité de ces intrants chimiques.

Impossible également de dire si les maladies observées sont chroniques, de longue durée et permanentes, car l’expérience n’a pas duré assez longtemps. « Une étude à quatre-vingt dix jours n’est pas assez longue pour montrer des pathologies chroniques, entre un et deux ans sont nécessaires chez le rat. Mais les industriels n’ont pas fait mieux », indique Gilles-Eric Seralini.

Ce travail vient en tout cas confirmer la nécessité d’une étude de grande ampleur sur le risque pour la santé de la consommation d’OGM


Référence : « Biological impact of feeding rats with a genetically modified-based diet » (L’impact biologique sur les rats d’une alimentation à base d’OGM), 

Hanaa Oraby, Mahrousa Kandil, Nermeen Shaffie, Inas Ghaly, 
Turkish Journal of Biology 
(2014).


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Où en est l’étude Risk’OGM, promise par le gouvernement ?

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre, avec l’aide en traduction de Sara Bonet Dimeo.

Photos :
. Chapô : Pixabay (Nemo/domaine public)
. ADN : Pixabay (Domaine public)

DOSSIER    OGM

14 septembre 2019
Véganes et paysans (presque) unis contre l’élevage industriel
Enquête
13 septembre 2019
La Nuit des ours, un moment de grâce et de frissons
Chronique
25 juillet 2019
Aux Rencontres de la photographie d’Arles, les murs séparent, la nature relie
À découvrir


Dans les mêmes dossiers       OGM





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)