Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info
Photographe dans les Vosges ©Mathieu Génon/Reporterre

Parce qu’informer sur le péril écologique est une priorité.

Reporterre publie quotidiennement,
en accès libre et sans publicité.
Le journal ne vit que des dons de lecteurs comme vous.

1 donateurs soutiennent Reporterre

Objectif de 12 000 donateurs avant le 3 janvier 2022

Soutenir Reporterre

En bref — Forêts tropicales

De grandes entreprises françaises du secteur de la viande liées à la déforestation au Brésil

L’ONG Mighty Earth a publié lundi 21 décembre les données (en anglais) de son outil de surveillance de la déforestation liée au soja et au bétail. Celles-ci dévoilent que Bunge, le plus grand importateur de soja en France, est associé aux grandes exploitations qui ont défriché près de 39.000 hectares de forêts en Amazonie et au Cerrado au Brésil depuis mars 2019.

« Le groupe LDC, numéro un européen de la volaille derrière les marques Le Gaulois, Maître Coq, ou encore Marie est complice de cette déforestation en vendant des poulets nourris au soja brésilien », accuse l’organisation. L’ONG Canopée lance aujourd’hui une pétition pour mobiliser les clients de LDC afin d’inciter l’entreprise à rompre ses liens avec la déforestation au Brésil. 

Le soja est la matière première agricole la plus importée en France, principalement en provenance du Brésil, rappelle Mighty Earth. Parmi toutes les matières premières importées par la France, c’est aussi celle ayant la plus grande empreinte en matière de déforestation.

D’après les données de TRASE, Bunge représente près de 40 % du soja brésilien importé vers la France en 2018. La quasi-totalité (90  %) du soja consommé en France sert à l’alimentation des animaux d’élevages comme les poulets et les porcs, qui sont ensuite vendus dans les supermarchés, fast-foods et restaurants.

Conscients de leur responsabilité, les principales enseignes de la grande distribution se sont engagées en novembre dernier à mettre fin au soja issu de déforestation dans leurs chaînes d’approvisionnement, rapporte l’ONG. Canopée a publié le 21 décembre une analyse de ces différents engagements. Les entreprises de la viande comme LDC, du lait comme Lactalis et de restauration rapide comme Quick et Burger King sont, elles, restées sourdes aux appels répétés des citoyens et associations environnementales.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende