Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Brève — Agriculture

L’Assemblée nationale a voté le retour des néonicotinoïdes

Sans surprise, les députés ont adopté le projet de loi permettant la réintroduction temporaire des néonicotinoïdes, pour venir en aide aux producteurs de betteraves sucrières, confrontés au virus de la jaunisse. L’Assemblée nationale a voté en faveur du texte dans la nuit du lundi 5 au mardi 6 octobre. Un vote solennel sur l’ensemble du projet de loi a également eu lieu mardi 6 octobre, là encore adopté — à 313 voix pour, 158 voix contre.

Les discussions ont été vives autour du projet de loi, obligeant le président de l’Assemblée nationale Richard Ferrand à rappeler à ses collègues d’écouter les orateurs et de cesser les conversations entre eux. « On se demande comment une telle aberration est une décision qu’il est possible d’assumer politiquement et moralement », s’est indignée Delphine Batho (Génération écologie), ne cachant pas « son émotion ».

Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, a « brillé par son absence »

« Vingt ans d’études scientifiques prouvent la dangerosité des néonicotinoïdes sur les abeilles, sur les sols, l’eau, la biodiversité et notre santé humaine, et ce pour des dizaines d’années », a déploré Mathilde Panot (La France insoumise). Elle a rappelé que Barbara Pompili, la ministre de la Transition écologique à l’origine de la loi interdisant les néonicotinoïdes en 2016, avait « brillé par son absence » lors des débats.

La question a même dépassé les clivages politiques. « Faut-il rappeler que les néonicotinoïdes sont 7.000 fois plus toxiques pour les abeilles que le DDT ? a déclaré Thierry Benoît (UDI et indépendants). Faut-il rappeler les 30 % de mortalité d’abeilles en France chaque année ? Faut-il rappeler que la production française de miel a été divisée par deux en 25 ans ? Faut-il rappeler que 80 % des insectes volants ont diminué en 25 ans ? Faut-il rappeler que 30 % de la population d’oiseaux a baissé en quinze ans ? Il y a là un vrai sujet. »

Cette réautorisation « pour la campagne 2021 et le cas échéant les deux campagnes suivantes tout au plus » se ferait par enrobage de semence — les graines de betteraves destinées aux semis sont enrobées de néonicotinoïdes pour les protéger des attaques — et non par pulvérisation. Douze autre pays européens bénéficient déjà d’une dérogation similaire, « en raison d’un danger qui ne peut être maîtrisé par d’autres moyens raisonnables ».

  • Source : Reporterre
  • Photo : © Justine Guitton-Boussion/Reporterre

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire