La baleine franche de l’Atlantique Nord est au bord de l’extinction

Durée de lecture : 4 minutes

11 juillet 2020



Des inventaires récents publiés jeudi 9 juillet sur la Liste rouge de l’IUCN (Liste rouge des espèces menacées de l’Union internationale pour la conservation de la nature) officialisent le fait que la baleine franche est venue rejoindre une liste grandissante d’animaux en voie d’extinction et est maintenant classée comme « gravement menacée ».

Alors qu’on estime à 400 le nombre d’individus restants, cette liste place cette espèce aux côtés du gorille des montagnes, de la tortue à écailles et du pangolin, à un pas d’être classés comme espèces « éteintes à l’état sauvage ». Sur les 400 baleines franches restantes, un quart seulement se compose de femelles en âge de procréer et en mesure de produire plus de baleineaux pour contribuer à l’augmentation de la population. Cela signifie que même la mort d’un seul animal peut faire la différence entre le rétablissement et l’extinction de l’espèce.

Autrefois considérée par les baleiniers comme la baleine idéale à chasser parce qu’elle se déplaçait lentement et flottait après avoir été tuée, la situation difficile de la baleine franche a été bien documentée depuis les années 1980, dans la mesure où elle a eu du mal à se rétablir après les mesures de protection prises contre la chasse à la baleine en 1935.

« La baleine franche est en voie de disparition depuis 10 ans maintenant », a déclaré le Dr Justin Cooke, expert de l’UICN pour cette espèce et conseiller scientifique d’IFAW, le Fonds international pour la protection des animaux. « Bien qu’il y ait eu des progrès dans la réduction des collisions avec les navires, les enchevêtrements mortels dans les équipements de pêche sont devenus plus fréquents. Nous perdrons cette espèce à moins que nous ne puissions continuer à réduire toutes les interactions des navires avec les baleines franches et à nous assurer que seuls des équipements pour la pêche sûrs pour les baleines sont utilisés. »

Au cours des dernières années, un certain nombre de mesures visant à réduire les risques de collision avec les navires ont été mises en place dans les eaux territoriales des États-Unis pour l’ensemble de l’habitat critique de la baleine franche, notamment une réglementation visant à réduire les risques de collision (« US Ship Strike Rule »), un système réglementaire de gestion dynamique et de zones saisonnières ainsi qu’un système de signalisation pour les navires, basé sur la bioacoustique.

Cependant, le problème des collisions avec les navires n’est pas maîtrisé, deux baleineaux ayant été tués aux États-Unis dans des collisions rien que cette année (l’un étant présumé mort, l’autre venant juste d’être autopsié). Dans les eaux territoriales canadiennes, le ministère de la Pêche et des Océans a commencé à imposer des restrictions réactives sur la vitesse de navigation quand des baleines franches sont signalées dans le Golfe du Saint-Laurent, mais au moins 4 baleines franches y ont été victimes de collision et tuées en 2019. Depuis 2017, il a été confirmé que 18 baleines franches au total ont été tuées, soit lors de collisions avec des navires (10), soit suite à un enchevêtrement (8).

« L’enchevêtrement dans des lignes verticales utilisées pour la pêche au homard et au crabe représente aussi une menace urgente pour la baleine franche. La fréquence de ces incidents a considérablement augmenté au cours des dernières années et il est choquant de constater que près de 83 % des individus qui composent la population des baleines franches ont été enchevêtrés dans des filets et des lignes au moins une fois », dit Patrick Ramage.

Comme les baleines franches longent la côte est d’Amérique du Nord lors de leur migration, elles traversent des eaux très fréquentées, avec quantités d’équipements pour la pêche au homard et au crabe. Les baleines se retrouvent facilement prises dans les lignes verticales attachées à ces équipements et peuvent les traîner avec elles pendant des mois ou des années. Cela entraîne un stress et des blessures graves, ralentit la baleine, l’empêche de se déplacer et de s’alimenter librement, résultant finalement dans une mort lente et douloureuse.

L’Europe joue un rôle de premier plan dans le secteur américain de la pêche au homard, les exportations de homards vers l’Europe représentant un montant de 81,3 millions de $ en 2018. Cela comprend les homards vivants, congelés, séchés et préparés provenant de Nouvelle Angleterre ainsi que la langouste de Floride.

La pêche sans ligne – en déployant l’équipement sans utiliser de lignes de bouée verticales dans la colonne d’eau – peut réduire considérablement ou supprimer les risques d’enchevêtrement pour les baleines franches. Cette technologie est largement employée par d’autres pays du monde. IFAW soutient et encourage le développement et l’usage d’alternatives pour les équipements traditionnels de pêche au homard et au crabe afin de protéger les baleines.

- Source : IFAW

- Image : Baleines en direct





Lire aussi : À LA TÉLÉ- Le réconfortant voyage d’une baleine et d’une tortue marine


31 juillet 2020
L214 et la Ligue des droits de l’Homme attaquent la cellule Déméter en justice
Lire sur reporterre.net
31 juillet 2020
Le préfet de Seine-Maritime autorise l’abattage de 1.430 renards
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
De plus en plus de cours d’eau s’assèchent en France
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Triste record en 2019 : le plus grand nombre de défenseurs de la terre assassinés en une seule année
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Pesticides : les habitants de Tautavel privés d’eau potable
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
« Autoroute ferroviaire », « train des primeurs » : Jean Castex esquisse un plan de relance du fret
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Trois milliards d’animaux touchés par les feux de forêt en Australie
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
En 46 ans, la population de poissons migrateurs a baissé de 76 %
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Aux Etats-Unis, de grands groupes pétroliers financent la police
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Le Premier ministre Jean Castex dénonce l’ « écologie punitive voire sectaire » et prône la croissance verte
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Convention citoyenne pour le climat : le gouvernement commence à prendre des mesures, mais au rabais
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
À la Réunion, une opposition toujours vive contre la « nouvelle route du littoral »
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Bérangère Abba, Joël Giraud : l’engagement écolo à géométrie variable des nouveaux secrétaires d’État
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Le bruit sismique d’origine humaine a diminué de 50 % pendant le confinement
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Une Australienne lance un procès à propos des pertes financières dues au changement climatique
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Animaux Pêche Eau, mers et océans

31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre
31 juillet 2020
Bâtiments qui se fissurent, routes qui ondulent... L’Arctique russe face à la fonte du pergélisol
Reportage
31 juillet 2020
Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Animaux Pêche Eau, mers et océans