Le Conseil d’Etat ferme la porte aux « nouveaux OGM »

Durée de lecture : 3 minutes

10 février 2020



Vendredi 7 février, le Conseil d’État a considéré que les plantes obtenues par mutagénèse sont des OGM. Il a donné six mois à la France pour changer sa réglementation et suspendre la culture de ces plantes.

Dans la lignée de la Cour de justice européenne, il a donné raison aux neuf organisations paysannes et de la société civile qui l’avaient saisi en 2014 à ce sujet. Les associations demandaient que les plantes obtenues par les nouvelles techniques de mutagenèse — aussi appelées « OGM cachés » — soient considérées comme des OGM « classiques », et donc soumises à la même réglementation stricte.

En juillet 2018, la justice européenne tranchait sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) obtenus par mutagénèse : « Ce sont bien des OGM, ils doivent être réglementés comme tels », décidait-elle. Un an et demi après, le Conseil d’État français a repris cette conclusion à son compte et a demandé à la France de s’y conformer.

Ainsi, il a confirmé que les organismes obtenus par certaines techniques de mutagénèse doivent être soumis à la réglementation relative aux OGM. Ils doivent donc être assujettis aux évaluations sanitaires et environnementales avant toute mise sur le marché. Ils doivent aussi répondre aux obligations d’information du public, d’étiquetage et de suivi.

Certains de ces « OGM cachés » sont des variétés de plantes rendues tolérantes aux herbicides (VRTH). Le Conseil d’État a estimé qu’en vertu du principe de précaution, « le Premier ministre ne pouvait refuser de prendre des mesures de prévention pour l’utilisation de variétés de plantes rendues tolérantes aux herbicides. »

D’après les chiffres de l’Agence de sécurité sanitaire (Anses), les variétés rendues tolérantes aux herbicides représentent, en France, entre 20 et 30 % des surfaces de tournesol et 2 à 5 % des surfaces de colza. la décision des juges pourrait ainsi entraîner la fin de la commercialisation et de la culture de certaines de ces plantes.

Dans un communiqué, le gouvernement a déclaré qu’il allait « étudier de manière approfondie la décision du Conseil d’Etat, afin de la mettre en œuvre en prenant en compte l’avis de l’Anses du 26 novembre dernier et conformément à la réglementation européenne. »

Pour 27 organisations de la filière agricole, parmi lesquelles les semenciers et les syndicats agricoles majoritaires (FNSEA, JA), cette décision «  soulève de nombreuses interrogations techniques susceptibles d’entraîner une insécurité juridique et un potentiel frein à l’innovation », ont-elles affirmé dans un communiqué. Elles ont demandé au gouvernement d’attendre la fin des travaux lancés il y a peu par la Commission européenne pour mettre à jour sa réglementation.

Les associations requérantes se sont pour leur part félicitées de cette décision du Conseil d’État « qui fait passer la santé et l’environnement avant les intérêts économiques de quelques firmes semencières et productrices de pesticides ». Elles ont dit «  attendre du gouvernement qu’il applique enfin la loi en respect du principe constitutionnel de précaution ».

- Source : Actu-Environnement.
- Photo : Wikipedia.





Lire aussi : L’« Affaire tournesol », une insurrection biologique contre les nouveaux OGM


31 juillet 2020
L214 et la Ligue des droits de l’Homme attaquent la cellule Déméter en justice
Lire sur reporterre.net
31 juillet 2020
Le préfet de Seine-Maritime autorise l’abattage de 1.430 renards
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
De plus en plus de cours d’eau s’assèchent en France
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Triste record en 2019 : le plus grand nombre de défenseurs de la terre assassinés en une seule année
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Pesticides : les habitants de Tautavel privés d’eau potable
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
« Autoroute ferroviaire », « train des primeurs » : Jean Castex esquisse un plan de relance du fret
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Trois milliards d’animaux touchés par les feux de forêt en Australie
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
En 46 ans, la population de poissons migrateurs a baissé de 76 %
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Aux Etats-Unis, de grands groupes pétroliers financent la police
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Le Premier ministre Jean Castex dénonce l’ « écologie punitive voire sectaire » et prône la croissance verte
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Convention citoyenne pour le climat : le gouvernement commence à prendre des mesures, mais au rabais
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
À la Réunion, une opposition toujours vive contre la « nouvelle route du littoral »
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Bérangère Abba, Joël Giraud : l’engagement écolo à géométrie variable des nouveaux secrétaires d’État
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Le bruit sismique d’origine humaine a diminué de 50 % pendant le confinement
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Une Australienne lance un procès à propos des pertes financières dues au changement climatique
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    OGM

31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre
31 juillet 2020
Bâtiments qui se fissurent, routes qui ondulent... L’Arctique russe face à la fonte du pergélisol
Reportage
31 juillet 2020
Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale
Tribune


Dans les mêmes dossiers       OGM