Le quotidien du climat
OBJECTIF :
70 000 €
89156 € COLLECTÉS
127 %
Je fais un don

Le glyphosate réautorisé pour cinq ans après un tour de passe-passe allemand

28 novembre 2017 / Marie Astier (Reporterre)

Lundi 27 novembre, une majorité « qualifiée » d’États de l’Union européenne ont voté pour la réautorisation du glyphosate pour cinq ans. Après deux ans d’atermoiements, un changement de position de l’Allemagne a permis d’arriver à un accord. Celui-ci désespère les ONG demandant l’interdiction de cette substance herbicide controversée.

Finalement, ce sera cinq ans de plus. Une majorité qualifiée d’États membres de l’Union européenne ont voté, lundi 27 novembre dans l’après-midi, en faveur de la proposition de la Commission européenne : renouveler pour 5 ans l’autorisation du glyphosate au sein de l’Union. Ce produit est la substance active contenue dans de nombreux pesticides, et en premier lieu dans le Roundup, l’herbicide le plus utilisé au monde et fabriqué par Monsanto.

La Commission s’est félicitée de ce résultat dans un communiqué, déclarant : « La proposition adoptée aujourd’hui regroupe le plus large soutien possible de la part des États européens, tout en assurant un haut niveau de protection de la santé humaine et de l’environnement dans l’Union européenne. » Elle a ajouté qu’elle délivrerait bientôt la réautorisation.

La nouvelle a en revanche suscité un tollé parmi les ONG qui s’étaient fortement mobilisées contre la réautorisation de l’herbicide. « En accordant un sursis supplémentaire à Monsanto, Bayer et compagnie, la Commission européenne balaie le principe de précaution et la santé du revers de la main, de même que la voix des millions de citoyens qui ne veulent plus de l’herbicide le plus controversé de la planète », ont déclaré dans un communiqué commun Générations futures, Foodwatch et la Ligue contre le cancer.

« Surtout, ce renouvellement n’est absolument pas accompagné d’une perspective de sortie concrète. Rien n’indique que dans cinq ans, on prendra la décision d’interdire le glyphosate », ajoute Karine Jacquemart, directrice générale de Foodwatch France.

La réunion de la dernière chance

La réunion de ce lundi était la dernière chance pour les États européens de se prononcer sur le sujet, avant l’expiration de la licence du glyphosate le 15 décembre prochain. Depuis plus de deux ans, les réunions du Scopaff — le « comité permanent des végétaux, des animaux, des denrées alimentaires et des aliments pour animaux »se succédaient, sans que les représentants des pays parviennent à un accord. La Commission européenne avait, à l’occasion d’un nouveau tour de table le 9 novembre dernier, accepté de réviser ses ambitions à la baisse, ne proposant plus qu’une autorisation pour 5 ans, contre 10 ans auparavant. Mais, là encore, la majorité qualifiée, qui demande de rassembler 55 % des États représentant au moins 65 % de la population de l’Union, n’avait pu être atteinte. 14 pays avaient voté en faveur des cinq ans, 9 contre — dont la France — et 5 s’étaient abstenus.

Cette fois-ci, alors que la proposition de la Commission européenne n’a pas varié, le résultat du vote est très différent : 18 États ont voté pour une licence de cinq ans, 9 contre et un seul pays — le Portugal — s’est abstenu. Lesquels ont changé d’avis ?

Ce n’est pas la France, qui déclarait encore dimanche qu’elle n’accepterait pas de renouvellement de la licence du glyphosate pour plus de trois ans. Elle a donc voté une nouvelle fois contre la proposition de cinq ans.

« C’était vraiment inattendu »

En revanche, l’Allemagne, la Pologne, la Roumanie et la Bulgarie ont basculé de l’abstention vers le pour. « L’Allemagne a changé son vote et la Pologne a suivi », regrette François Veillerette, porte-parole de Générations futures.

« C’était vraiment inattendu, indique à Reporterre Franziska Achterberg, de Greenpeace Europe. Y compris pour la ministre de l’Environnement allemande. » L’Allemagne s’était jusqu’ici abstenue notamment en raison de positions opposées du ministre de l’Agriculture (favorable à une réautorisation pour 5 ans) et de l’Environnement (contre). Le premier aurait court-circuité sa collègue, changeant dans son dos la consigne de vote. L’affaire est sensible outre-Rhin alors qu’Angela Merkel tente toujours de former un nouveau gouvernement. La chancelière avait même fait savoir, dimanche, qu’en raison de la crise politique en cours elle resterait encore en retrait quelque temps sur les dossiers européens.

« On ne peut pas savoir si cela a joué, mais il faut se rappeler que Monsanto est désormais une entreprise allemande [la compagnie états-unienne est en voie d’être rachetée par l’allemand Bayer]. Et que pour protéger son industrie chimique, l’Allemagne avait déjà introduit des dérogations dans la réglementation européenne sur les perturbateurs endocriniens », ajoute de son côté François Veillerette.

Le ministre de l’Agriculture allemand Christian Schmidt a affirmé avoir pu imposer des "conditions importantes", et notamment des restrictions sur l’usage privé du glyphosate et le respect de la biodiversité. Mais le texte complet de la décision adoptée lundi, qui permettrait de connaître la nature de ces concessions, n’est pas encore publié sur le site de la Commission européenne à l’heure où nous écrivons.

En France, le président de la République, Emmanuel Macron, a réagi dans la soirée, indiquant qu’il maintenait sa décision d’interdire le glyphosate « au plus tard dans trois ans ». Matignon faisait savoir au même moment qu’il demandait à Bruxelles de revoir les modes d’évaluation des substances chimiques.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Se passer du glyphosate ? C’est possible

Source : Marie Astier pour Reporterre

Photo :
. chapô : un sentier réalisé au glyphosate, en Grande-Bretagne. © Glyn Baker (cc-by-sa/2.0)

DOSSIER    Pesticides Europe

17 décembre 2018
Les Gilets jaunes à Bordeaux : « Le gouvernement est sourd. Mais on les aura à l’usure »
Reportage
17 décembre 2018
Nous ne voulons pas que les robots remplacent les paysans
Tribune
18 décembre 2018
Pourquoi organiser un débat public citoyen sur les déchets nucléaires ?
Une minute - Une question


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Pesticides Europe





Du même auteur       Marie Astier (Reporterre)