Les militants de Greenpeace qui s’étaient introduits dans la centrale de Cattenom condamnés à des amendes

Durée de lecture : 3 minutes

15 janvier 2020

Huit militants de Greenpeace ont été condamnés ce mercredi 15 janvier à des peines d’amende par la Cour d’appel de Metz pour s’être introduits en 2017 sur le site de la centrale nucléaire de Cattenom (Moselle). En première instance, le tribunal correctionnel de Thionville avait condamné deux des prévenus à deux mois de prison ferme et les six autres à cinq mois de prison avec sursis.

Les peines de 180 jours amende prononcées par la Cour d’appel s’échelonnent de 4 à 11 euros, soit de 720 euros à 1.980 euros au total. Yannick Rousselet, directeur de la campagne nucléaire de Greenpeace, jugé pour complicité, a été condamné lui à 270 jours amende à 10 euros, soit une amende de 2.700 euros. Les huit militants, M. Rousselet et Greenpeace France, poursuivie en tant que personne morale et représentée par son directeur, Jean-François Julliard, ont été condamnés à verser solidairement à EDF 211.806 euros au titre du préjudice matériel et économique, et 50.000 euros en réparation du préjudice moral. L’ONG a été condamnée à une peine d’amende de 25.000 euros, soit 5.000 euros de plus que les réquisitions. Dans son arrêt, la cour a écarté « l’état de nécessité », plaidé par la défense, estimant que les militants n’avaient pas agi en raison « d’un danger imminent » et a soulevé « la gravité » des faits.

Pour Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France cité dans un communiqué de Greenpeace, « cette décision reconnaît implicitement le bien-fondé de nos motivations et la réalité du danger nucléaire. En écartant les peines d’emprisonnement, les juges montrent qu’ils ont été sensibles à nos arguments et à la vague de soutien qui a accompagné ce procès. Nous regrettons néanmoins que nos militant·es, qui ont agi dans l’intérêt général pour dénoncer les risques liés aux défaillances des centrales nucléaires françaises, n’aient pas été purement et simplement relaxés ».

Par ailleurs, Greenpeace dénonce le fait qu’un de ses salariés soit condamné personnellement pour complicité sur la base d’un dossier vide à son encontre. « Il s’agit là d’une atteinte grave à notre liberté d’expression. Nous examinons les possibilités de former un pourvoi en cassation, poursuit Jean-François Julliard. Plus généralement, nous réaffirmons que cette action de désobéissance civile était nécessaire. Tant qu’EDF et l’État n’auront pas pris les mesures qui s’imposent pour assurer notre sécurité, nous continuerons à jouer notre rôle de lanceur d’alerte. »

Lors de l’audience devant la Cour d’appel, en octobre dernier, l’avocat général avait requis « 300 jours amende à 3 euros » contre deux hommes, déjà condamnés pour s’être introduits dans un site nucléaire, et « 150 jours amende à 3 euros » à l’encontre de six prévenus et de M. Rousselet.

Le 12 octobre 2017 à l’aube, vêtus d’une combinaison orange et munis d’une échelle, d’une disqueuse portative et de pinces, ces activistes antinucléaire avaient franchi trois clôtures pour pénétrer dans le site de la centrale mosellane. Ils avaient tiré un feu d’artifice près du bâtiment abritant la piscine à combustible avant d’être interpellés.

  • Source : Greenpeace


Lire aussi : Jugé pour intrusion dans une centrale nucléaire, Greenpeace invoque l’état de nécessité

Photo : À Metz, mercredi 30 octobre. © Émilie Massemin/Reporterre



9 avril 2020
Le gouvernement recommande de cesser la désinfection des villes
Lire sur reporterre.net
9 avril 2020
Aux États-Unis, le socialiste écologiste Bernie Sanders arrête sa campagne
Lire sur reporterre.net
9 avril 2020
La plateforme Vinted relance ses ventes malgré le confinement
Lire sur reporterre.net
9 avril 2020
Un demi-milliard de personnes pourraient basculer dans la pauvreté à cause de la crise sanitaire
Lire sur reporterre.net
9 avril 2020
Dix mois consécutifs plus chauds que la normale, un record national
Lire sur reporterre.net
8 avril 2020
Restriction des épandages agricoles : le Conseil d’État saisi
Lire sur reporterre.net
7 avril 2020
En Australie, la Grande Barrière vient de vivre son pire épisode de blanchissement de coraux
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Face à la chute des cours du pétrole, l’État prêt à soutenir le parapétrolier Vallourec
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Le mois de mars 2020 figure parmi les plus chauds jamais enregistrés
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Amazon mis en demeure par l’Inspection du travail
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Plan de relance : 250 organisations dénoncent le lobbying de l’aviation
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
Un incendie près de Tchernobyl provoque une forte hausse de la radioactivité
Lire sur reporterre.net
6 avril 2020
L’enquête publique sur un grand projet autoroutier maintenue malgré le confinement
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Les semences et plants potagers de nouveau autorisés à la vente
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Pour les peuples autochtones, le coronavirus « représente une réelle menace d’extermination »
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Nucléaire

9 avril 2020
L’Afrique de l’Est est envahie par des nuées de criquets pèlerins
Info
8 avril 2020
Après la crise, les salariés devront reprendre le pouvoir aux actionnaires
Tribune
3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Nucléaire