L’État autorise davantage de tirs de loups

Durée de lecture : 2 minutes

28 mai 2019



Le préfet d’Auvergne-Rhône-Alpes, chargé du dossier loup, a présenté mardi 28 mai des nouvelles mesures d’aides face aux attaques de loups, sans faire l’unanimité chez les éleveurs et les protecteurs de cette espèce protégée.

Lors d’une réunion du « groupe national loup et activités d’élevage » à Lyon, l’Office national de la chasse et de faune sauvage (ONCFS) a confirmé que le nombre de loups en France avait dépassé le seuil des 500 adultes à la sortie de l’hiver, sans donner le chiffre exact, qui devrait être connu début juin, selon des participants interrogés par l’AFP. Ce nombre correspond au seuil minimum de viabilité démographique du Canis lupus, classé vulnérable sur la liste rouge française de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le plan loup actuel prévoyait de l’atteindre en 2023.

Le gouvernement a décidé de relever le pourcentage de loups pouvant être tués d’une fourchette de 10-12 % à 17-19 %, comme annoncé en mars par Emmanuel Macron.

L’État finance actuellement des dispositifs de protection dans les zones de prédation (parcs électrifiés, chiens, gardiennage par des bergers). Il existe deux types de zones en fonction de la fréquence des attaques. Il est prévu d’en ajouter une troisième, un « cercle 0 », avec possibilité d’un gardiennage permanent des troupeaux par des bergers, de tirs de défense par trois personnes et d’« autoriser les tirs de prélèvement […] dès que le niveau de prédation n’est plus acceptable », selon un document consulté par l’AFP.

L’État a également prévu de délimiter une zone difficile à protéger, en Aveyron, Tarn, Hérault et Lozère, avec la possibilité de tirs de défense sans mise en place préalable de mesures de protection.

Le retour du loup, qui avait été éradiqué dans l’Hexagone dans les années 1930, oblige pouvoirs publics et éleveurs à réapprendre à coexister avec ce prédateur. En 2018, 3.674 attaques ont eu lieu contre plus de 12.500 animaux, principalement des ovins. Ces attaques se concentrent sur les Alpes-Maritimes, les Alpes-de-Haute-Provence et la Savoie.





Lire aussi : Voici pourquoi la politique de tirs de loups n’est pas efficace


30 octobre 2020
La loi réautorisant les néonicotinoïdes définitivement adoptée
Lire sur reporterre.net
30 octobre 2020
Des maires autorisent l’ouverture des commerces non alimentaires
Lire sur reporterre.net
30 octobre 2020
Plusieurs manifestations contre le confinement en France
Lire sur reporterre.net
29 octobre 2020
En 2019, les rémunérations des PDG du CAC 40 ont encore côtoyé les sommets
Lire sur reporterre.net
29 octobre 2020
L214 : nouveau scandale dans un élevage de 200.000 poules dans l’Oise
Lire sur reporterre.net
29 octobre 2020
Reconfinement : parcs, jardins et marchés restent ouverts
Lire sur reporterre.net
28 octobre 2020
Contrefeu ou coincidence ? L’Andra lance un podcast du même nom que la bédé critique « Cent mille ans »
Lire sur reporterre.net
28 octobre 2020
Les sénateurs ont voté en faveur du retour temporaire des néonicotinoïdes
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
Les cinq décrocheurs de portraits d’Emmanuel Macron relaxés à Auch
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
Les banques françaises investissent massivement dans des secteurs climaticides
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
A Lyon, le squat accueillant des migrants a été expulsé
Lire sur reporterre.net
27 octobre 2020
Les sénateurs vont se prononcer sur les néonicotinoïdes
Lire sur reporterre.net
26 octobre 2020
L’Europe exporte trop de véhicules d’occasion polluants, selon l’ONU
Lire sur reporterre.net
26 octobre 2020
Les Chiliens votent en faveur d’une nouvelle Constitution
Lire sur reporterre.net
26 octobre 2020
Le Traité sur l’interdiction des armes nucléaires va entrer en vigueur
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Animaux

29 octobre 2020
Le dehors, puissant anticorps au virus autoritariste
Tribune
5 octobre 2020
La plus grande action jamais menée en France contre le trafic aérien
Reportage
28 octobre 2020
Le plus grand dépôt de méthane gelé au fond de l’Arctique commencerait à se libérer
Info


Dans les mêmes dossiers       Animaux