L’État autorise davantage de tirs de loups

Durée de lecture : 2 minutes

28 mai 2019

Le préfet d’Auvergne-Rhône-Alpes, chargé du dossier loup, a présenté mardi 28 mai des nouvelles mesures d’aides face aux attaques de loups, sans faire l’unanimité chez les éleveurs et les protecteurs de cette espèce protégée.

Lors d’une réunion du « groupe national loup et activités d’élevage » à Lyon, l’Office national de la chasse et de faune sauvage (ONCFS) a confirmé que le nombre de loups en France avait dépassé le seuil des 500 adultes à la sortie de l’hiver, sans donner le chiffre exact, qui devrait être connu début juin, selon des participants interrogés par l’AFP. Ce nombre correspond au seuil minimum de viabilité démographique du Canis lupus, classé vulnérable sur la liste rouge française de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN). Le plan loup actuel prévoyait de l’atteindre en 2023.

Le gouvernement a décidé de relever le pourcentage de loups pouvant être tués d’une fourchette de 10-12 % à 17-19 %, comme annoncé en mars par Emmanuel Macron.

L’État finance actuellement des dispositifs de protection dans les zones de prédation (parcs électrifiés, chiens, gardiennage par des bergers). Il existe deux types de zones en fonction de la fréquence des attaques. Il est prévu d’en ajouter une troisième, un « cercle 0 », avec possibilité d’un gardiennage permanent des troupeaux par des bergers, de tirs de défense par trois personnes et d’« autoriser les tirs de prélèvement […] dès que le niveau de prédation n’est plus acceptable », selon un document consulté par l’AFP.

L’État a également prévu de délimiter une zone difficile à protéger, en Aveyron, Tarn, Hérault et Lozère, avec la possibilité de tirs de défense sans mise en place préalable de mesures de protection.

Le retour du loup, qui avait été éradiqué dans l’Hexagone dans les années 1930, oblige pouvoirs publics et éleveurs à réapprendre à coexister avec ce prédateur. En 2018, 3.674 attaques ont eu lieu contre plus de 12.500 animaux, principalement des ovins. Ces attaques se concentrent sur les Alpes-Maritimes, les Alpes-de-Haute-Provence et la Savoie.



Lire aussi : Voici pourquoi la politique de tirs de loups n’est pas efficace


26 juillet 2019
De multiples records de chaleur enregistrés par Météo France
Lire sur reporterre.net
26 juillet 2019
Greenpeace dépose un recours contre la suppression des enquêtes publiques
Lire sur reporterre.net
26 juillet 2019
Les algues vertes frappent à nouveau la Bretagne
Lire sur reporterre.net
25 juillet 2019
Huile de palme : Total saisit le Conseil constitutionnel
Lire sur reporterre.net
25 juillet 2019
Nouveau revers pour le projet de centre commercial de Val Tolosa
Lire sur reporterre.net
25 juillet 2019
Les opposants à EuropaCity neutralisent les travaux de la future gare
Lire sur reporterre.net
25 juillet 2019
Le record estival de consommation d’électricité a été battu
Lire sur reporterre.net
25 juillet 2019
Un rapport officiel étudie comment atteindre le « zéro artificialisation » des sols
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2019
Des animaux sont transportés sur de longues distances en pleine canicule, d’après des ONG
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2019
Le 125e portrait d’Emmanuel Macron décroché au pays Basque
Lire sur reporterre.net
23 juillet 2019
Les députés ont voté pour la ratification du Ceta
Lire sur reporterre.net
23 juillet 2019
Canicule : EDF obligé de mettre à l’arrêt deux réacteurs nucléaires
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
Bure : expulsion en cours au bois Lejuc
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
La justice interdit à Greenpeace de s’approcher de convois transportant des déchets nucléaires
Lire sur reporterre.net
19 juillet 2019
À Bure, le bois Lejuc est réoccupé
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Animaux

18 juillet 2019
De l’urgence de débattre au sein du mouvement écologiste
Édito
24 juillet 2019
Greta Thunberg tente de secouer les députés... qui ratifient le Ceta
Info
29 juillet 2019
L’été, au loin
La vie de Reporterre


Dans les mêmes dossiers       Animaux