Municipales - La carte de France des projets inutiles

Durée de lecture : 2 minutes

22 mars 2014 / Lorène Lavocat (Reporterre)

Démesurés, ils sont néfastes pour l’environnement... mais sont portés par des élus. De Notre-Dame-des-Landes à Europa City, ces projets inutiles jalonnent le territoire français, et s’invitent dans la campagne municipale. En voici la carte, hélas non exhaustive.


Golfs, centres commerciaux, ou complexes touristiques... les élus n’ont pas toujours que des bonnes idées pour « dynamiser la vie locale ». Des projets mégalo, démesurés, et creusant la dette publique, se multiplient. Les élections municipales sont l’occasion de faire le bilan et d’ouvrir le débat quant à l’utilité sociale et environnementale de certaines constructions.

Reporterre vous propose une carte non exhaustive de ces projets, « sélectionnés » (car il y en a beaucoup d’autres dans les cartons) en fonction de trois critères : qu’ils ne soient pas encore achevés, qu’ils soient portés par des élus, qu’ils aient un impact environnemental néfaste connu, et qu’ils puissent être qualifiés de « démesurés ». Vous pouvez nous suggérer par courriel d’autres projets inutiles
- Adresse de Reporterre : planete (arobase) reporterre.net).

Voici la liste des projets :

La carte ne les reprend pas tous, on ajuste dans les jours qui viennent.

* Agen - Centre commercial d’Agen-Boé.

* Alès - 370 hectares golf et villas

* Annecy - grand stade de foot et tunnel de Semnoz

* Biarritz - parking de la côte des Basques (voir Non au parking souterrain de la Côte des Basques.

* Cavaillon - 44 hectares agricoles menacés par un centre commercial d’Auchan. Interview : Que se passe-t-il à La Voguette ?.

* Décines (Lyon) - Stade des Lumières OL Land

* Drucat-le-Plessiel (Somme) - Ferme-usine des Mille vaches

* Dunkerque - Arena

* Fontiers-Cabardès (Aude) - Unité touristique nouvelle - 240 hectares (golf et héliport)

* Gonesse (Val d’Oise) - Europa City

* Honfleur - parc d’activités et village de marques - 139 hectares (en construction)

* Lisle-sur-le Tarn (Tarn) - Barrage du Testet

* Mouguerre (Pyrénées Atlantiques) - Zone commerciale (sur zones humides)

* Nice - Eco vallée

* Nîmes - Las Vegas européen

* Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique).

* Pézenas (Hérault) - centre commercial 30 hectares de vignes

* Plaisance-du-Touch (Haute-Garonne) - méga centre commercial Les portes de Gascogne

* Poussan (Hérault) - Hinterland (150 hectares)

* Romainville-Bobigny-Pantin-Noisy le Sec - Méthaniseur géant

* Roybon (Isère) - Center Parcs, 203 hectares - 1300 m3 d’eau dans une zone sèche

* Saint-Julien-en-Saint-Alban (Ardèche) - Centre européen des nouvelles technologies "Silicon valley miniature bio"

* Saint-Maur (Indre) - circuit automobile

* Strasbourg - Grand contournement ouest

* Villardonnel (Aude) - unité touristique nouvelle - 200 hectares

* Villefontaine (Isère) - The Village, centre commercial de luxe

- ET DES PLUS PETITS :

* Bû (Eure-et-Loir) - Silo géant

* Montcombroux les Mines (Allier) - Golf

* Poligny (Jura) - Center Parc

* Saint Jean de Braye (près d’Orléans) - Décathlon.

* Thiverval-Grignon (Yvelynes) - Golf


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Source Lorène Lavocat pour Reporterre.

Première mise en ligne le 19 mars 2014.

Lire aussi : Nouvelle carte, actualisée.


Pour une information libre sur l’écologie, soutenez Reporterre :

27 juillet 2019
Quand une coopérative ouvrière relance la culture locale du tilleul
Alternative
25 juillet 2019
Éradiquer les punaises de lit, une véritable guerre des nerfs
Enquête
16 septembre 2019
Le capitalisme nous conduit au désastre
Tribune




Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)