Appel pour sauver les sols

4 septembre 2017 / De nombreuses associations environnementales européennes



En France, chaque semaine, 1.300 ha de terres sont bétonnés, rappellent les auteurs de cette tribune. Qui ont lancé l’Appel du sol pour que l’Union européenne considère enfin la protection des terres à la hauteur de leur valeur : le sol est un bien commun au même titre que l’eau et l’air.

L’ouverture des États généraux de l’alimentation par le gouvernement français est pour nous l’occasion de remettre au cœur de l’actualité la souveraineté alimentaire. Les récentes décisions prises par le gouvernement dans le cadre de la PAC 2018, qui vont pénaliser les petits agriculteurs et ceux engagés dans la transition de notre agriculture, renforcent d’autant plus nos attentes concernant ces États généraux.

Il n’y a pas d’alimentation durable possible sans terres, sans sols vivants et sans agriculteurs pour la produire. Ainsi, les débats doivent intégrer les interactions entre alimentation, agriculture, environnement et société. La terre est à la croisée de ces enjeux : tour à tour système géophysique ; complexe vivant, accueillant une biodiversité immense ; outil économique, base de la production de l’alimentation ; enjeu politique, objet de luttes paysannes ; espace symbolique, support du paysage…

Cette richesse est aujourd’hui purement et simplement menacée de destruction. Chaque semaine, 1.300 ha de terres sont bétonnés en France, accaparées par des promoteurs pour qui la conversion de terres agricoles en surfaces constructibles est une poule aux œufs d’or. Cette destruction des terres agricoles constitue une réelle menace pour notre souveraineté alimentaire. Elle s’ajoute à une préoccupation grandissante, celle de la qualité de nos sols agricoles, largement dégradés par certaines pratiques agricoles. L’altération de leur structure, mais aussi de leur composition minérale et biologique, perturbe le fonctionnement des sols. En France, le taux de matière organique des sols, révélateur de leur fertilité, décroît d’année en année.

L’Union européenne s’est dotée de deux directives-cadres pour préserver les biens communs que sont l’eau et l’air, elle continue aujourd’hui de ne pas considérer la terre comme un enjeu commun et renvoie l’idée de sa protection aux législations nationales de ses membres. Or, l’économie et l’agriculture dépendent bien du marché commun européen !

Quatre axes pour une politique européenne de la terre et des sols

Le Parlement européen a adopté un rapport reconnaissant que l’accaparement des terres européennes était un enjeu commun dans l’Union. Nous avons voulu prolonger ce travail en mobilisant les citoyens européens en faveur de la protection de la terre et de la vie, et des droits humains qui en dépendent. C’est l’objet de l’Initiative citoyenne européenne l’Appel du sol, menée conjointement par 400 organisations de la société civile dans toute l’Europe. L’objectif de ce formidable outil démocratique est de réunir un maximum de signatures d’ici le 11 septembre 2017 afin d’interpeller la Commission européenne et ainsi l’obliger à examiner la question de la rédaction d’une directive-cadre sur les sols.

Nous proposons quatre axes pour une politique européenne de la terre et des sols :
. la préservation des terres agricoles (l’artificialisation ne doit être possible que lorsque son caractère impératif peut être démontré),
. des mesures pour éviter la concentration et l’accaparement des terres,
. la promotion de l’accès à la terre pour les agriculteurs participant à l’alimentation locale,
. le déploiement de dispositifs destinés à inverser la perte de fertilité des sols et à réduire les intrants chimiques.

L’ambition de mobilisation est à la hauteur des enjeux. Nous sommes aujourd’hui à 120.000 signatures de l’Appel du sol. Plus nous récoltons de signatures, plus facile il nous sera d’obtenir l’ouverture d’un débat au sein des institutions européennes. C’est pourquoi nous demandons à toutes celles et ceux qui souhaitent préserver les conditions mêmes de la vie sur la planète de signer et relayer l’Appel du sol.

Pour que la terre devienne un bien commun, nous avons besoin de collaborations multiples et de faire converger les énergies. En ce sens, la campagne l’Appel du sol a permis un travail inédit à l’échelle européenne entre des associations de protection de la nature et de l’environnement, des associations scientifiques, des organisations paysannes et des associations de solidarité. Nous sommes très fiers d’avoir tissé ces petits liens qui demain feront commun.


Portée par People4soil, un réseau de plus de 350 organisations européennes, et dont l’action est coordonnée sur le territoire français par France nature environnement, l’initiative citoyenne européenne l’Appel du sol prendra fin le 11 septembre.


Les signataires de l’Appel du sol — France nature environnement, Confédération paysanne, Terre de liens, Greenpeace, Enercoop, Alsace nature, Poitou-Charentes nature, Cueillir, Fédération des Conservatoires d’espaces naturels, Nature en ville, Miramap, Nature & Progrès, Terre & Humanisme, Fédération française de l’union touristique des amis de la nature, Filière paysanne, Association française pour l’étude du sol, Ô Jardins urbains, Tributerre, Trivial’compost, Association Partager la Terre, Organic’ vallée, Association Pour la santé de la Terre et du vivant, Passerelles.info, OrgaNeo, Olivier Gruié - Mon jardin en permaculture », La Fabrique citoyenne du pays de l’Or, IRD2, SOSSOiL, Association française d’AgroForesterie (Afaf), Terre verte, Chrétiens dans le monde rural (CMR), Agir pour l’environnement, WECF, Action Aid, Fondation Léa nature.




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Il est urgent de sauver les sols agricoles

Source : Courriel à Reporterre

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

Photo : Unsplash (Bartosz Bąk/CC0)

Dessins : Marion Jouffroy.

DOSSIER    Europe Etalement urbain

THEMATIQUE    Agriculture
21 septembre 2017
Les 3 moyens par lesquels le Ceta va dégrader l’environnement
Info
21 septembre 2017
Renault toujours champion européen de la pollution et de la triche
Info
22 septembre 2017
Des coursiers à vélo veulent dépasser l’ubérisation par la coopération
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Europe Etalement urbain



Sur les mêmes thèmes       Agriculture