Covid-19 : les autorités privilégient les grandes surfaces au détriment de la vente directe

Durée de lecture : 5 minutes

18 mars 2020



À l’heure de l’épidémie du Covid-19, les circuits courts et les marchés en plein air sont-ils logés à la même enseigne que les grandes surfaces ? Beaucoup de petits producteurs et d’agriculteurs en doutent et ont fait part au gouvernement de leur inquiétude : à la suite des mesures coercitives prises par les autorités, de nombreux marchés ont été interdits par des préfectures ou par les mairies. Le cadre des Amap ou des points de vente à la ferme n’est pas non plus clairement établi. Une situation qui pourrait privilégier les grands acteurs de l’agroalimentaire, comme Carrefour ou Leclerc, au détriment de la vente directe, alertent plusieurs producteurs.

Déjà, il y a deux semaines, avant le confinement, la Confédération paysanne du Morbihan s’interrogeait, dans un communiqué sur « la rationalité d’interdire les marchés de plein vent, espaces par définition non confinés, tout en laissant ouverts les supermarchés, où les concentrations de populations peuvent être bien supérieures. En quoi est-il plus dangereux d’aller s’approvisionner sur les marchés, auprès des producteurs locaux, que dans les supermarchés ? Quelles raisons justifient une telle différence de traitement ? »

Le syndicat soulignait « le manque à gagner pour les producteurs », notamment en agriculture biologique, dont l’écoulement se fait plus régulièrement par la vente directe. Contacté par Reporterre, le porte-parole de la Confédération paysanne, Nicolas Girod, ne comprend pas pourquoi les mesures sanitaires prises pour les grandes surfaces ne pourraient pas être mises en place pour les circuits courts. « J’ai le sentiment que les autorités ont oublié la vente directe. Dans l’urgence ils se sont préoccupés d’abord des modes de vente conventionnels », dit-il.

La Confédération paysanne de l’Isère a vu plusieurs marchés se fermer, relate-t-elle dans un courriel à Reporterre. « Échirolles, Mens, Grenoble : que faire quand nos animaux sont en pleine lactation et qu’on ne produit que du yaourt ? que faire quand nos légumes sont mûrs et donc récoltables ? » se demandent les paysans.

Selon Nicolas Girod, « la crise sanitaire doit pourtant nous faire prendre conscience de la nécessité de relocaliser notre alimentation. Il nous faut être capables, sur des territoires donnés, de produire, de transformer et de nous nourrir. Il faut s’en donner les moyens pendant la crise et après ».

Dans un communiqué, le syndicat agricole pense même que la vente directe pourrait faire partie de la solution face à la contamination du virus. Car actuellement, « nos systèmes alimentaires font appel de plus en plus à des intermédiaires et à du transport longue distance. Notre dépendance à des territoires lointains est grande, elle expose les travailleurs et travailleuses de cette chaîne à la contamination par ce virus. »

À l’inverse, les circuits courts ont, d’après eux, « l’avantage de la proximité et de la résilience en cas de crise. Ils évitent la concentration des points de vente et permettent aux producteurs et productrices locaux de continuer à vivre de leur métier. Nous avons mutuellement besoin l’un de l’autre, producteurs, productrices et mangeurs, mangeuses. Paysans et paysannes, nous sommes prêts à contribuer aux solidarités collectives qui doivent se mettre en œuvre pour nourrir, notamment les plus fragiles et précarisés d’entre nous. Nous sommes à disposition pour envisager toutes les chaînes de solidarité locales en ces moments difficiles. En échange, les pouvoirs publics doivent soutenir et protéger les paysans et paysannes, et autres acteurs de la chaîne alimentaire.C’est pourquoi nous vous encourageons à maintenir vos approvisionnements sur nos fermes tout en respectant les mesures de sécurité ».

  • Source : Reporterre
  • Photo : le marché paysan de Boulogne-sur-Mer, en septembre 2010. Flickr (Jean-Luc Bailleul/CC BY 2.0)

Puisque vous êtes ici…
… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.
Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute, ici. Merci.





Lire aussi : L’État laisse les grandes surfaces tuer les centres-villes


31 juillet 2020
L214 et la Ligue des droits de l’Homme attaquent la cellule Déméter en justice
Lire sur reporterre.net
31 juillet 2020
Le préfet de Seine-Maritime autorise l’abattage de 1.430 renards
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
De plus en plus de cours d’eau s’assèchent en France
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Triste record en 2019 : le plus grand nombre de défenseurs de la terre assassinés en une seule année
Lire sur reporterre.net
29 juillet 2020
Pesticides : les habitants de Tautavel privés d’eau potable
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
« Autoroute ferroviaire », « train des primeurs » : Jean Castex esquisse un plan de relance du fret
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Trois milliards d’animaux touchés par les feux de forêt en Australie
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
En 46 ans, la population de poissons migrateurs a baissé de 76 %
Lire sur reporterre.net
28 juillet 2020
Aux Etats-Unis, de grands groupes pétroliers financent la police
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Le Premier ministre Jean Castex dénonce l’ « écologie punitive voire sectaire » et prône la croissance verte
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Convention citoyenne pour le climat : le gouvernement commence à prendre des mesures, mais au rabais
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
À la Réunion, une opposition toujours vive contre la « nouvelle route du littoral »
Lire sur reporterre.net
27 juillet 2020
Bérangère Abba, Joël Giraud : l’engagement écolo à géométrie variable des nouveaux secrétaires d’État
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Le bruit sismique d’origine humaine a diminué de 50 % pendant le confinement
Lire sur reporterre.net
24 juillet 2020
Une Australienne lance un procès à propos des pertes financières dues au changement climatique
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Alimentation Covid-19

THEMATIQUE    Agriculture
1er août 2020
EN BÉDÉ - L’avion, un secteur qui doit (beaucoup) décroître
Info
31 juillet 2020
Un été pour explorer
La vie de Reporterre
31 juillet 2020
Écologistes, nous marchons contre le racisme et pour la justice sociale
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Alimentation Covid-19



Sur les mêmes thèmes       Agriculture