Des militants appellent à manifester aux fenêtres contre le gouvernement

Durée de lecture : 4 minutes

23 mars 2020

Confinée, la population française n’en est pas pour autant devenue docile. Depuis les dernières déclarations d’Emmanuel Macron jeudi 19 mars en soutien aux applaudissements adressés aux soignants chaque soir à 20 h, plusieurs militants font de leur balcon un espace de revendications avec des banderoles, des slogans et des pancartes.

Enfermés chez eux, ils dénoncent la casse de l’hôpital public et les responsabilités du gouvernement dans la crise sanitaire actuelle.

Ils reprochent au gouvernement de récupérer les moments de solidarité organisés en faveur des soignants.

« Macron, garde tes hommages, on veut des postes, des lits, du matériel », peut-on lire sur une banderole à Toulouse.

Aux applaudissements aux soignants se sont greffés ces derniers jours huées et cris de colère. À Pantin, samedi 21 mars, des habitants ont projeté sur un mur un message pour le gouvernement :

Au Viaduc des Arts, dans le XIIe arrondissement de Paris, un hommage a été rendu dimanche 22 mars à Jean-Jacques Razafindranazy, médecin urgentiste de 67 ans, retraité, décédé la veille. « À l’hôpital, le manque de moyens tue patient·e·s et soignant·e·s », était-il écrit sur le mur.

Certains appellent à une « manif des fenêtres », comme le dessinateur de bandes dessinées Cyril Pedrosa qui s’est filmé en pleins préparatifs sur les réseaux sociaux.

« Applaudir le personnel soignant tous les soirs à 20 h, c’est bien. Mais pourquoi ne pas afficher votre soutien en permanence ? Voire même envoyer quelques messages au pouvoir ? suggère le collectif Cerveaux non disponibles. Colorons nos rues, nos villes, nos immeubles, nos quartiers. Communiquons différemment ! » écrit-il dans un tweet.

Dans les rues, plusieurs tags ont recouvert les murs. Pour le collectif Cerveaux non disponibles, « il faut montrer que malgré le drame sanitaire en cours, nos consciences n’ont pas été mises en confinement ».

De nombreuses banderoles ciblent directement le gouvernement et la République en marche, d’autres appellent à « la guerre contre le virus capitaliste ».

À Lille, le collectif Anthropie a lancé une action « Balcons vénères, insurrection terrassière ».
« Quand sortirons-nous sur nos balcons pour applaudir les caissier.ère.s ? Quand sortirons-nous sur nos balcons pour huer les patron.ne.s qui continuent de faire travailler leur personnel ? », s’interrogent-ils.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs appels circulent pour faire des concerts de casseroles ce samedi 28 mars et tous les autres soirs de la semaine aux fenêtres, pour manifester le soutien aux personnels de santé.


Puisque vous êtes ici…
… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.
Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute, ici. Merci.




Lire aussi : Le coronavirus fait la grève générale


3 avril 2020
Les semences et plants potagers de nouveau autorisés à la vente
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Pour les peuples autochtones, le coronavirus « représente une réelle menace d’extermination »
Lire sur reporterre.net
3 avril 2020
Dividendes : de grandes entreprises, dont Total, continuent à verser des dividendes massifs
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Un cinquième indigène amazonien Guajajara assassiné au Brésil en quatre mois
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
Du sang de ver marin pourrait soigner des malades du Covid-19
Lire sur reporterre.net
2 avril 2020
La COP26 sur le climat reportée à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Un salarié d’Amazon en réanimation
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
La pollution liée aux épandages grandit, aggravant l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
Une start-up française invente les masques respiratoires en fibre d’asperge
Lire sur reporterre.net
1er avril 2020
En Colombie, les gangs profitent du confinement pour assassiner des militants des droits humains
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
En pleine crise du coronavirus, l’UE donne son feu vert à un accord de libre-échange avec le Vietnam
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
Les « éléphants à touristes » menacés de mourir de faim en Thaïlande à cause de l’épidémie de Covid-19
Lire sur reporterre.net
31 mars 2020
Une manifestation pour sauver le système de santé
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Le général Lizurey, qui a expulsé la Zad, assiste Édouard Philippe dans la lutte contre le Covid-19
Lire sur reporterre.net
30 mars 2020
Le délai de mise en service de l’EPR de Flamanville repoussé à 2024
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Coronavirus

THEMATIQUE    Libertés
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - En Guyane, l’orpaillage illégal s’intensifie pendant la pandémie
Reportage
4 avril 2020
SPÉCIAL OUTREMER - À Mayotte, le coronavirus s’installe dans un département sinistré
Reportage
3 avril 2020
Confinés avant le virus, ils témoignent
Enquête


Dans les mêmes dossiers       Coronavirus



Sur les mêmes thèmes       Libertés