Journal indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité ni actionnaire, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

Libertés

Des militants appellent à manifester aux fenêtres contre le gouvernement

Confinée, la population française n’en est pas pour autant devenue docile. Depuis les dernières déclarations d’Emmanuel Macron jeudi 19 mars en soutien aux applaudissements adressés aux soignants chaque soir à 20 h, plusieurs militants font de leur balcon un espace de revendications avec des banderoles, des slogans et des pancartes.

twitter Cerveaux non disponibles

Enfermés chez eux, ils dénoncent la casse de l’hôpital public et les responsabilités du gouvernement dans la crise sanitaire actuelle.

Ils reprochent au gouvernement de récupérer les moments de solidarité organisés en faveur des soignants.

« Macron, garde tes hommages, on veut des postes, des lits, du matériel », peut-on lire sur une banderole à Toulouse.

Aux applaudissements aux soignants se sont greffés ces derniers jours huées et cris de colère. À Pantin, samedi 21 mars, des habitants ont projeté sur un mur un message pour le gouvernement :

Au Viaduc des Arts, dans le XIIe arrondissement de Paris, un hommage a été rendu dimanche 22 mars à Jean-Jacques Razafindranazy, médecin urgentiste de 67 ans, retraité, décédé la veille. « À l’hôpital, le manque de moyens tue patient·e·s et soignant·e·s », était-il écrit sur le mur.

Certains appellent à une « manif des fenêtres », comme le dessinateur de bandes dessinées Cyril Pedrosa qui s’est filmé en pleins préparatifs sur les réseaux sociaux.

« Applaudir le personnel soignant tous les soirs à 20 h, c’est bien. Mais pourquoi ne pas afficher votre soutien en permanence ? Voire même envoyer quelques messages au pouvoir ? suggère le collectif Cerveaux non disponibles. Colorons nos rues, nos villes, nos immeubles, nos quartiers. Communiquons différemment ! » écrit-il dans un tweet.

twitter cerveaux non disponibles

Dans les rues, plusieurs tags ont recouvert les murs. Pour le collectif Cerveaux non disponibles, « il faut montrer que malgré le drame sanitaire en cours, nos consciences n’ont pas été mises en confinement ».

twitter Mathilde Larrère

De nombreuses banderoles ciblent directement le gouvernement et la République en marche, d’autres appellent à « la guerre contre le virus capitaliste ».

twitter cerveaux non disponibles

À Lille, le collectif Anthropie a lancé une action « Balcons vénères, insurrection terrassière ».
« Quand sortirons-nous sur nos balcons pour applaudir les caissier.ère.s ? Quand sortirons-nous sur nos balcons pour huer les patron.ne.s qui continuent de faire travailler leur personnel ? », s’interrogent-ils.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs appels circulent pour faire des concerts de casseroles ce samedi 28 mars et tous les autres soirs de la semaine aux fenêtres, pour manifester le soutien aux personnels de santé.


Puisque vous êtes ici…
… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.
Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute, ici. Merci.


Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende