Élisabeth Borne a omis de mentionner son poste d’administratrice d’un lobby de constructeurs

Durée de lecture : 2 minutes

3 janvier 2020



Selon le journal Marianne, la ministre de la Transition écologique Élisabeth Borne a été membre du conseil d’administration d’un lobby de constructeurs quand elle était patronne de la RATP... et ne l’a pas mentionné dans sa déclaration d’intérêts. Le cabinet de la ministre a assuré qu’elle n’était pas obligée de signaler ce mandat.

Ainsi, le formulaire qu’elle a déposé à la Haute autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) ne mentionnait pas son poste d’administratrice de l’Institut pour la gestion déléguée (IGD), alors qu’elle était à la tête de la RATP, au moins pour les années 2015 et 2016. L’IGD est le principal lobby des multinationales du BTP, parmi lesquelles Bouygues, Vinci ou Eiffage.

Or dans ses fonctions de ministre en charge des infrastructures de transport, Élisabeth Borne peut être amenée à prendre des décisions susceptibles de bénéficier à des membres du conseil d’administration de l’IGD.

La ministre a réagi par un tweet, indiquant que « la participation de la ministre à cette structure était une des fonctions attachés es qualités à son mandat de PDF de la RATP (…) et qu’elle n’avait pas à être mentionnée dans sa déclaration d’intérêts ».

Complément d’info : Polytechnicienne et haute fonctionnaire, Elisabeth Borne est est passée par le secteur privé, comme directrice de la stratégie à la SNCF puis, durant un an, en 2007, en tant que directrice des concessions chez Eiffage. Cette société a construit et gère l’autoroute particulièrement inutile A 65, entre Pau et Langon. En 2008, Mme Borne a rejoint la Ville de Paris où elle prend la direction de l’Urbanisme. A cette fonction, observe Danielle Simonnet, élue Parti de gauche au Conseil de Paris, elle a été l’"accompagnatrice du projet Tour Triangle, le Notre-Dame-des-Landes parisien, qui consiste en la construction d’une tour de bureaux énergivore de 180 m de hauteur ". Ce projet suscite une vive opposition des écologistes locaux





Lire aussi : Élisabeth Borne, une « travailleuse acharnée » pas « écolo convaincue » au ministère de l’Écologie


24 novembre 2020
À Paris, la police expulse un camp d’exilés et les pourchasse dans les rues
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2020
Lutte contre l’implantation d’un McDo dans l’Aubrac
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2020
Le véritable (et peu glorieux) bilan du CAC 40
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2020
Une carte des projets toxiques à Rouen (Seine-Maritime)
Lire sur reporterre.net
23 novembre 2020
Malgré le confinement, les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère ont encore augmenté en 2020
Lire sur reporterre.net
21 novembre 2020
Des manifestations contre la loi « sécurité globale » ont eu lieu dans toute la France
Lire sur reporterre.net
21 novembre 2020
L’attribution des fréquences 5G attaquée en justice
Lire sur reporterre.net
19 novembre 2020
L’accès aux toilettes, un enjeu écologique
Lire sur reporterre.net
19 novembre 2020
« Décision historique » : le Conseil d’État pourrait enjoindre au gouvernement d’agir pour le climat
Lire sur reporterre.net
19 novembre 2020
L’étrange appétit d’Amazon pour les militaires
Lire sur reporterre.net
19 novembre 2020
Journalistes et rédactions s’élèvent contre les violences policières
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2020
Un recours devant le Conseil d’État demande l’accès à la nature pendant le confinement
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2020
Les éboueurs parisiens en grève illimitée
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2020
Aviation : 1 % de la population mondiale responsable de la moitié des émissions de CO2
Lire sur reporterre.net
18 novembre 2020
La loi sur la recherche adoptée malgré l’opposition des chercheurs
Lire sur reporterre.net




THEMATIQUE    Politique
24 novembre 2020
La Turquie, nouvelle destination des déchets plastiques européens
Reportage
27 octobre 2020
La fermeture des frontières place les migrants à la merci du changement climatique
Info
23 novembre 2020
Réforme du Code minier : le gouvernement déroule le tapis rouge aux industriels
Tribune


Sur les mêmes thèmes       Politique