Hulotscope : l’écologie régresse, et c’est dangereux

Durée de lecture : 2 minutes

19 juin 2018 / Hervé Kempf (Reporterre)

L’indicateur élaboré par Reporterre pour évaluer la politique environnementale du gouvernement montre une tendance négative : les mauvaises mesures l’emportent sur les positives.

Reporterre l’avait accueilli amicalement : « Bonne chance, Nicolas Hulot » souhaitions-nous il y a un an. En l’avertissant : il ne faudrait pas céder sur Notre-Dame-des-Landes (pas d’aéroport, mais aussi pas d’occupation policière) ni sur le nucléaire et l’énergie.

Le ministre n’a pas entendu le conseil : il a avalisé voire encouragé (« Qu’ils dégagent ! », osait-il dire aux zadistes non paysans) la violente opération militaire contre la Zad. Et cédé sur le nucléaire, sans mettre le paquet sur les économies d’énergie. Le résultat est patent : un désaveu progressif des milieux écologistes, et surtout, une politique environnementale qui non seulement ne progresse pas, mais régresse, comme le constate le Hulotscope, l’outil élaboré par Reporterre pour évaluer factuellement les actions de ce gouvernement et de ce ministre en ce qui concerne l’écologie.

Le constat est d’autant plus affligeant que tous les indicateurs sur l’état de la biosphère sont au rouge vif : fonte accélérée de l’Antarctique, chutes vertigineuses des populations d’oiseaux communs et des insectes, poussée continue de l’artificialisation des terres, reprise de la déforestation en Amazonie, effet croissant de la pollution sur la santé — on pourrait continuer ainsi une liste interminable et atterrante. Mais face à cette dégradation continue du monde, les politiques dominantes — et particulièrement celle de M. Macron soutenu par M. Hulot — restent orientées vers l’augmentation de la production matérielle et le maintien d’inégalités sociales de plus en plus criantes, c’est-à-dire les causes mêmes de la dégradation de la biosphère.

On pourrait revenir aux analyses pertinentes de Fabrice Nicolino, qui soulignait que face aux lobbies, M. Hulot devrait se battre comme un chien. Ou de Jean-Baptiste Comby, qui montrait que les bons sentiments pèsent peu devant le dogme néolibéral. Mais notre propos et l’urgence ne sont pas aujourd’hui d’analyser. Mais d’établir factuellement ce qui se passe. C’est ce que nous voulons faire avec le Hulotscope qui, régulièrement actualisé, fera le bilan des avancées et des progrès.

Il nous importe peu que M. Hulot démissionne ou pas. L’enjeu, c’est l’état de l’écologie dans ce pays, la détermination à changer les choses, à faire reculer la destruction. Pour l’heure, les indicateurs vont dans le mauvais sens. Et il est probable que M. Hulot nuise puisque, bénéficiant encore d’une image d’écologiste sincère, il sert d’alibi à une politique anti-environnementale.

L’essentiel est ailleurs : l’écologie régresse, et c’est dangereux.


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. La crise écologique ne bénéficie pas d’une couverture médiatique à la hauteur de son ampleur, de sa gravité, et de son urgence. Reporterre s’est donné pour mission d’informer et d’alerter sur cet enjeu qui conditionne, selon nous, tous les autres enjeux au XXIe siècle. Pour cela, le journal produit chaque jour, grâce à une équipe de journalistes professionnels, des articles, des reportages et des enquêtes en lien avec la crise environnementale et sociale. Contrairement à de nombreux médias, Reporterre est totalement indépendant : géré par une association à but non lucratif, le journal n’a ni propriétaire ni actionnaire. Personne ne nous dicte ce que nous devons publier, et nous sommes insensibles aux pressions. Reporterre ne diffuse aucune publicité ; ainsi, nous n’avons pas à plaire à des annonceurs et nous n’incitons pas nos lecteurs à la surconsommation. Cela nous permet d’être totalement libres de nos choix éditoriaux. Tous les articles du journal sont en libre accès, car nous considérons que l’information doit être accessible à tous, sans condition de ressources. Tout cela, nous le faisons car nous pensons qu’une information fiable et transparente sur la crise environnementale et sociale est une partie de la solution.

Vous comprenez donc sans doute pourquoi nous sollicitons votre soutien. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, et de plus en plus de lecteurs soutiennent le journal, mais nos revenus ne sont toutefois pas assurés. Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre

Lire aussi : Nicolas Hulot vu par le HulotScope : un très léger mieux

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photo : © Marie Astier/Reporterre
. chapô : À l’Élysée, mercredi 16 mai, avant la sortie du Conseil des ministres.

THEMATIQUE    Politique
19 novembre 2019
Les autochtones brésiliens accusent les multinationales d’incendier l’Amazonie
16 novembre 2019
La Maison des peuples ouverte à Paris XXe a été évacuée par la police
19 novembre 2019
Les assurances privées à l’assaut d’une agriculture affaiblie par le climat


Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)