Journal indépendant, sans publicité, sans actionnaire, en accès libre, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info Logo Reporterre
Fermer

Libertés

Le gouvernement refuse d’interdire la pub pour la malbouffe ciblant les enfants

La Commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale va donner ce mercredi 26 février le coup d’envoi des débats sur la réforme de l’audiovisuel. Pour l’ONG Foodwatch, « ce projet de loi est une opportunité d’enfin concrétiser la recommandation de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) de réglementer la publicité et le marketing qui ciblent les moins de 16 ans pour des produits trop sucrés, trop gras, trop salés, à la télévision mais aussi sur tous les autres supports électroniques ».

Las, « dans sa version actuelle, le projet de loi ne permet aucunement de protéger les enfants — et leur santé — du matraquage publicitaire pour des produits alimentaires et boissons pourtant trop sucrés, trop gras, trop salés, a indiqué l’ONG dans un communiqué. Le gouvernement s’est contenté d’y inscrire que les industriels pourraient adopter des "codes de bonne conduite" … sur base volontaire ! »

Un enfant sur six en France est en surpoids ou obèse. Le coût des maladies liées à l’obésité et au surpoids est comparable à celui de l’alcool et du tabac : la Direction générale du trésor estimait déjà en 2012 le coût social de la surcharge pondérale à 20 milliards d’euros par an.

L’ONG propose d’interdire la publicité qui cible volontairement les jeunes

L’ONG propose d’interdire publicité et marketing qui ciblent volontairement les jeunes pour des produits trop sucrés, trop gras, trop salés. Or l’article 54 du projet de loi « prévoit l’adoption de codes de bonnes conduite » de la part des acteurs de l’industrie agroalimentaire « qui seraient ainsi censés s’autoréguler », a dénoncé Foodwatch.

Plusieurs études ont montré que les engagements volontaires n’étaient pas efficaces. C’est aussi la conclusion du rapport de la Cour des comptes sur la prévention et la prise en charge de l’obésité de novembre 2019 : « La France devrait se doter d’une régulation normative de la publicité pour enfant ».

Recevoir gratuitement par e-mail les lettres d’info

Inscrivez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’inscrire
Fermer Précedent Suivant

legende