Local, mesuré et citoyen : « Small bois is beautiful »

18 décembre 2014 / Barnabé Binctin (Reporterre)

Le bois comme source d’énergie peut conduire à autre chose qu’à une industrialisation forcenée de la forêt et à d’immenses centrales de production d’électricité. Exemple concret avec le Projet Modul’R qui remplace le fioul et allie réseau de chauffage en circuit court, sylviculture raisonnée et investissement citoyen.


Le bois-énergie est acceptable, voire souhaitable, mais à condition de rester dans sa première finalité – faire de la chaleur – et à une échelle adaptée. « Des projets de production compris entre 1 et 10 MW, fourchette maximum », dit Serge Defaye, « sont des dimensionnements qui assurent le maintien d’une sylviculture raisonnée ».

Exemple : le projet « Modul’R » à Yssingeaux (Haute-Loire), qui vise à créer un réseau de chauffage en circuit court : des micro-chaudières d’une puissance totale de 1,2 MW s’alimentent à partir de la ressource locale pour fournir en chaleur les bâtiments collectifs du village, écoles, gymnases ou maison de retraite.

L’entretien et la valorisation de la forêt alentour – sous forme de bois déchiqueté ou de bois d’éclaircie pour les chaudières – doit permettre la création d’emplois non-délocalisables tandis que l’empreinte carbone est améliorée : 250 000 litres de fioul remplacés par an représentent 750 tonnes de CO2 évitées.

Energie citoyenne

Par ailleurs, ce projet porté par la coopérative ERE 43, bénéficie du financement citoyen apporté par le fonds Energie Partagée. La participation citoyenne dans la propriété collective de l’infrastructure permet une réappropriation locale de l’énergie : ce sont les besoins qui déterminent l’offre de production, et non l’inverse.

En Allemagne, 72 % des capacités de biomasse installées relèvent de projets collectifs avec investissement citoyen, selon une étude récente de l’IDDRI (Institut de développement durable et des relations internationales). L’énergie citoyenne, « pierre philosophale de la transition énergétique », selon la Revue Durable (avril 2014), est ainsi la garante d’une bonne utilisation de la ressource forestière dans la production d’énergie.



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Barnabé Binctin pour Reporterre

Cet article fait partie du dossier sur la biomasse réalisé par Reporterre en partenariat avec Les Amis de la Terre. Ce dossier est publié dans Le Courrier de la baleine et sera publié progressivement sur Reporterre.

Photos : © Modul’R

Lire aussi : Bon est le bois, mais à la juste échelle


Cet article a été rédigé par un journaliste professionnel et a entrainé des frais. Merci de soutenir Reporterre :

DOSSIER    Forêt

19 octobre 2018
Pain décroissant, livres et café épicerie, une recette de coopération conviviale
Alternative
19 octobre 2018
« Wine Calling », l’appel des vins nature
À découvrir
26 septembre 2018
GCO : au nom de « l’ordre public », le tribunal administratif autorise les travaux
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Forêt





Du même auteur       Barnabé Binctin (Reporterre)