Oui, l’optimisme est possible

18 janvier 2018 / Hervé Kempf (Reporterre)

On est arrivé au bout du chemin de Notre-Dame-des-Landes. D’un chemin. Ce voyage nous apprend au moins ceci : cela vaut la peine de se battre.

Qu’elle a été longue et dure cette bataille ! Combien de souffrances, d’angoisses, de blessures, de manifestations, de réunions, de moments d’abattement… Mais aussi combien de moments lumineux, d’instants magiques, de forces retrouvées, de victoires inattendues, de rencontres et d’alliances miraculeuses… Et, au bout du chemin — on est tout étonné de l’avoir atteint —, cette victoire du bon sens et d’une lutte tenace.

Car ce n’est pas « le gouvernement qui décide », du haut d’on ne sait quel Olympe. C’est une décision qui prend acte de l’énergie d’une lutte collective inflexible et de l’analyse d’un dossier technique que les promoteurs de ce projet d’aéroport n’avaient jamais voulu ouvrir réellement.

Au demeurant, cette décision est sage, et l’on doit reconnaître à MM. Macron, Philippe et Hulot d’avoir agi intelligemment : en reprenant le dossier avec une médiation ouverte sur toutes les idées ; en prenant le temps du dialogue avec presque toutes les parties prenantes ; en annonçant une décision sans ambiguïté, et ne cédant pas aux injonctions de médias en furie qui réclamaient des matraques et du sang.

On peut aujourd’hui commencer une nouvelle histoire. Il faut que le mouvement d’opposition à l’aéroport se transforme en un mouvement de création d’un lieu pérenne et exemplaire. Et à court terme, il parait indispensable d’ouvrir la route dite « des chicanes » — une mince départementale traversant la zone sur trois kilomètres et demi — tant pour répondre au geste pacifique du gouvernement que pour tendre la main aux habitants des villages voisins de Notre-Dame-des-Landes.

Et il faut que le mouvement et les pouvoirs publics rentrent sereinement en discussion. Si on lit bien le discours du Premier ministre, on voit qu’il ouvre la porte à la création d’un nouveau droit sur la zone, qui pourrait rendre légaux les occupants qui ne le sont pas aujourd’hui. La formule d’une société foncière commune aux paysans et habitants de la zone, recevant une forme de concessions des terres qui appartiennent à l’État, est la voie de cette légalité. Souhaitons qu’elle soit empruntée par tous, dans un esprit loyal et avec cet espoir de créer une expérience nouvelle.

Mais au-delà de la situation propre de cette nouvelle Zone à imaginer de Notre-Dame-des-Landes, on peut tirer quelques enseignements de cette magnifique bataille.

D’abord, que l’on peut remporter des victoires ! On a tendance à l’oublier, tant la destruction du monde se poursuit et tant l’idéologie productiviste imprègne la culture, mais cela vaut la peine de se battre, parce qu’on peut remporter des victoires : Notre-Dame-des-Landes s’inscrit dans le fil de l’interdiction toute récente de la pêche électrique, de la victoire sur les OGM en France et en Europe, de l’empêchement de la production de gaz de schiste en France, ou de victoires plus discrètes, comme contre le mégacentre commercial de Val Tolosa, le centre Décathlon à Saint-Jean-de-Braye ou un stade inutile à Dunkerque.

Et pour remporter les victoires, il faut s’unir ! Qu’est-ce qui a fait la force du mouvement de Notre-Dame-des-Landes ? Sa capacité à se renouveler sans cesse, en s’enrichissant en continu de nouvelles forces, envies, tactiques, cultures, et en sachant surmonter les différences et les conflits, en apprenant les uns des autres, en progressant ensemble. Une des choses les plus fascinantes de ce mouvement est de voir à quel point on — je m’inclus dans ce « on » — a tous appris sur le « vivre ensemble ». Pour aussi — et les habitants de la Zad mènent là une vie exemplaire — imaginer comment sortir de la société de consommation et des rapports hiérarchiques.

S’unir, une victoire, mais pour quoi ? Pas seulement pour des enjeux locaux, même s’ils sont essentiels et qu’ils sont à notre portée. Mais pour défendre un local qui est le miroir du global : la destruction du monde, le changement climatique, le ravage des écosystèmes, le démentiel gaspillage des terres, ce n’est pas dans les statistiques qu’ils se jouent, ce n’est pas sur « la planète » qui nous serait aussi étrangère que Mars, mais c’est ici, au village, à la porte de nos villes, là où on vit, là où l’on est. Ce qui a fait la force de Notre-Dame-des-Landes, c’est sa capacité de se transformer d’une lutte contre un projet local d’aéroport en une lutte « contre l’aéroport et son monde ».

Il y aurait encore tant à dire. Mais ceci : cette lutte a bouleversé des vies. Le plus souvent pour le mieux, à travers des souffrances. Je ne connais pas une personne impliquée dans ce mouvement qui n’en ait été transformée. Cela a été mon cas, puisque, censuré par le journal où je travaillais, je l’ai quitté pour pouvoir rester libre. Et que je me suis investi dans Reporterre, qui depuis a grandi pour devenir ce média de l’écologie que vous êtes des milliers à soutenir, et qui, nous l’espérons, a été utile pour apporter les informations dans la lutte de Notre-Dame-des-Landes. Je ne dis pas cela pour parler de nous, mais pour donner un exemple de changement concret qui s’est fait par cette aventure. Il faudrait citer des dizaines, des centaines de noms, de visages, de rencontres, d’amis fugaces ou durables, de personnes magnifiques qui méritent tant d’estime. Quelle belle lutte, mes ami(e)s !

Et puisqu’on ne peut tous les citer, saluons Michel Tarin, paysan, un des pionniers de cette lutte, et qui s’est battu jusqu’à son décès. Salut Michel, aujourd’hui, où que tu sois, tu vois, tu as gagné.

En novembre 2012, Michel Tarin participait à l’ouverture d’une maison vidée par Vinci


Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y a jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Source : Hervé Kempf pour Reporterre

Photo :
. À Bure, juillet 2016 (© Hervé Kempf/Reporterre)
. Michel Tarin (© Hervé Kempf/Reporterre)

DOSSIER    Notre-Dame-des-Landes

THEMATIQUE    Luttes
28 juillet 2018
Limaces, Hulotscope, écriture inclusive… voici l’édito des lectrices et lecteurs
Édito des lecteurs
27 juillet 2018
Le tour de France des Zad : à Notre-Dame-des-Landes, repos estival avant une nouvelle bagarre
Reportage
28 juillet 2018
Les rendez-vous festifs, écolos et militants du mois d’août
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Dans les mêmes dossiers       Notre-Dame-des-Landes



Sur les mêmes thèmes       Luttes





Du même auteur       Hervé Kempf (Reporterre)