Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs
Recevoir la lettre d'info

En bref — Politique

Amélie de Montchalin, ministre de la Transition écologique, a été une des pires députées pour l’environnement

Amélie de Montchalin avec des ouvriers en insertion sur leur chantier, à Sainte-Geneviève-des-Bois, le 25 juin 2021.

« Comment votent les députés pour la planète ? » À deux semaines du premier tour des élections législatives, l’association Agir pour l’environnement a classé les députés sortants, en fonction de leurs votes ces cinq dernières années. L’organisation s’est basée sur 17 propositions de loi emblématiques, comme l’interdiction du glyphosate, l’indemnisation des victimes de pesticides ou la réautorisation des néonicotinoïdes.

Sur 648 députés [1], seuls 68 se sont vus attribuer une note favorable par l’association. Delphine Batho (non-inscrite) et Mathilde Panot (La France insoumise) arrivent en tête du classement, ex æquo. La troisième place du podium revient au socialiste Dominique Potier.

Les premiers à gauche, les derniers avec Macron

« Les 20 premiers députés en tête du classement sont, à une exception près (un député du groupe Agir ensemble), des députés de l’opposition situés à la gauche de l’échiquier politique », remarque Agir pour l’environnement dans un communiqué de presse. À l’inverse, « les 100 derniers du classement sont tous membres de la majorité présidentielle » : 89 appartiennent à la République en marche, 9 au Modem, et 2 au groupe Agir ensemble.

Être un mauvais élève n’a pas empêché certains d’être promus : Amélie de Montchalin, députée de l’Essonne pendant près de deux ans, 595ᵉ du classement, a pourtant été nommée ministre de la Transition écologique le 20 mai. Elle a notamment voté contre l’interdiction du glyphosate, contre l’interdiction d’épandage des pesticides à proximité des habitations, contre la suppression de l’avantage fiscal pour l’importation d’huile de palme…

Profondeur et transparence

« Nous demandons pour la prochaine mandature une réforme en profondeur du fonctionnement de l’Assemblée nationale pour rapprocher les députés des citoyens qu’ils sont censés représentés, réclame Agir pour l’environnement. Avec pour objectif une meilleure prise en compte des demandes des citoyens, dont une des préoccupations majeures est la préservation de notre environnement. »

L’association plaide également pour davantage de transparence : elle souhaite que tous les votes des députés soient enregistrés et disponibles sur le site de l’Assemblée, ce qui n’est pas systématiquement le cas aujourd’hui.

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende