Le 20 juillet, une marche pour soutenir le « combat Adama » et « riposter à l’autoritarisme »

Durée de lecture : 8 minutes

15 juillet 2019

Trois ans après la mort d’Adama Traoré, le comité Vérité et Justice pour Adama organise une nouvelle marche à Beaumont-sur-Oise. Il appelle à se réunir, le 20 juillet, pour lutter contre « la violence d’État auparavant réservée aux quartiers populaires [qui] se généralise à toute la société ».

Ce texte signé par de nombreux collectifs et personnalités — voir en bas de la tribune — est ouvert à la signature de collectifs, d’organisations et de personnes jusqu’au 20 juillet. Ils et elles peuvent envoyer leur signature à retrouversouffle@riseup.net.


Le 20 juillet 2019 à Beaumont-sur-Oise, cela fera trois ans qu’Adama Traoré est mort assassiné par la police. Trois ans que sa famille et ses proches se soulèvent pour demander la justice et la dignité dans la rue, dans les tribunaux, dans les médias. Trois ans qu’un quartier entier est soumis au harcèlement judiciaire, policier, et aux patrouilles militaires.

Le 20 juillet 2019, nous, Gilets jaunes, habitants de quartiers populaires, collectif de soutien aux exilé-e-s, habitants de territoires en lutte, syndicalistes, collectifs écologistes, paysan-ne-s, anti-nucléaires, collectifs antifascistes, organisations nationales, appelons tout le monde à converger à Beaumont-sur-Oise pour un énorme acte national en soutien au « combat Adama ».

Ce combat, c’est aussi le combat pour Ali, Lamine, Wissam, Amine, Gaye, Angelo, Babacar, et des dizaines de personnes tuées par la police au cours des dernières décennies, dans le silence et le mépris. Cibles de la violence d’État parce qu’elles sont racisé-e-s, parce qu’elles sont banlieusardes. Et c’est aussi le combat pour Zineb, Rémi, Malik, Vital et toutes les personnes tuées, mutilées, blessées par la répression féroce des manifestations. Après sept mois de mobilisations gilets jaunes, nous comptons plus de 2.500 blessés, 24 personnes éborgnées, 5 mains arrachées, le meurtre de Zineb Redouane, plus de 10.000 gardes à vues, 2.000 condamnations, 390 incarcérations... Au cours des dernières décennies, seules les révoltes des banlieues en 2005 ont été plus réprimées.

Il n’y a plus lieu de parler de « bavures » ou de « dérive autoritaire ». Utilisons les bons mots : nous entrons dans un régime autoritaire. La violence d’État auparavant réservée aux quartiers populaires se généralise à toute la société. Beaumont-sur-Oise, Mantes-la-Jolie, Calais, Bure, Briançon, et jusqu’aux Champs-Élysées : aucun foyer de contestation, aucune aspiration à la transformation sociale n’est épargnée. Face à cette situation, nous ne devons pas céder mais renforcer nos solidarités et tisser des alliances durables pour riposter.

En décembre 2018, le comité Adama a été l’un des premiers à prendre la rue, appeler à mettre « les quartiers en Gilets jaunes », et tendre la main pour créer ces alliances entre divers secteurs de la société. En mai 2019, il a co-organisé les rencontres inter-collectifs « Ripostons à l’autoritarisme » au cœur de Paris. Le 20 juillet 2019, il est temps d’organiser le « match retour » ! Pour riposter contre l’autoritarisme, nous appelons à un acte national historique à l’occasion de cette troisième « Marche pour Adama ». Tous et toutes à Beaumont-sur-Oise !

Nous demandons :
• la vérité et la justice pour Adama Traoré et toutes les victimes de crimes policiers en France
• la fin du harcèlement judiciaire, policier et militaire dans les quartiers populaires
l’interdiction du LBD-40, des grenades offensives et des techniques d’interpellation meurtrières
• l’amnistie pour les prisonniers et condamnés politiques qui luttent contre ce système injuste et/ou qui n’ont pas la bonne couleur de peau

Construisons partout une alliance de luttes, de collectifs et d’organisations pour résister et riposter à l’autoritarisme qui se généralise à toute la société !

Pour celles et ceux qui ne peuvent pas se rendre à Beaumont-sur-Oise, nous appelons à des rassemblements et des manifestations partout en France devant les tribunaux et les commissariats, et tout autre geste qui paraîtra pertinent !

Contacts : laveritepouradama@gmail.com / retrouversouffle@riseup.net
Facebook : La Vérité pour Adama / Ripostons à l’autoritarisme

Programme indicatif de la journée



14 h – 16 h – Manifestation
16 h – 17 h – Prises de parole sur scène
17 h – 20 h – Rencontres « Ripostons à l’autoritarisme » !
À partir de 20 h – Concerts

Programme des rencontres « Ripostons à l’autoritarisme »



Samedi 11 mai, une première rencontre « Ripostons à l’autoritarisme » a eu lieu à la Bourse du Travail de Paris, rassemblant des dizaines de personnes directement touchées par la répression. Cette rencontre intense n’était pas un coup isolé mais l’amorce d’une alliance, d’un réseau que nous aimerions voir se déployer partout en France. Samedi 20 juillet marquera la deuxième étape dans ce temps d’échanges, d’alliance, mais aussi et surtout d’action commune avec quartiers populaires, Gilets jaunes et toutes les forces du mouvement social !

Après ces derniers mois où le régime macronien a franchi des paliers gravissimes dans la généralisation de l’autoritarisme à tous les secteurs de la société, il nous paraît politiquement et symboliquement décisif de tenir une telle rencontre à Beaumont-sur-Oise, quartier en lutte soumis depuis des années à la violence d’État, l’asphyxie judiciaire et les patrouilles militaires. Dans notre lutte contre la destruction des libertés publiques, nous ne devons jamais oublier l’origine coloniale et postcoloniale de la violence d’État actuelle. Nous souhaitons que partout en France des actions et rencontres « Ripostons à l’autoritarisme » se multiplient et que cette alliance large et nécessaire prenne corps !

17 h – 18 h 30 : Ateliers et rencontres par « secteurs » touchés par l’autoritarisme



Pour que nous puissions vraiment prendre le temps de nous rencontrer, nous souhaitons éviter la forme « tribune » pour se concentrer sur des ateliers en comité plus restreint pendant lesquels la parole peut vraiment circuler, et de vraies témoignages/propositions émerger. Ils se dérouleront en parallèle sous forme de petits îlots avec chaises et bancs disposés un peu partout sous les barnums.

Deux questions sont proposées pour les échanges :
- Quel état des lieux ?
- Que faire pour riposter et comment ?

  1. Atelier — Collectifs Vérité et Justice & lutte contre les crimes policiers
  2. Atelier – Répression des exilé-e-s, sans-papiers et des luttes migratoires
  3. Atelier - Collectifs de lutte contre les violences policières et les blessures
  4. Atelier – Mouvement social et syndicalistes
  5. Atelier – Répression des lycéen-ne-s et étudiant-e-s
  6. Atelier – Répression du mouvement écologiste / climat / territoires en lutte ( ZAD, etc) / luttes paysannes / luttes antinucléaires (à éventuellement scinder en fonction des personnes présentes)
  7. Luttes et répression des mouvements LGBTQI
  8. Atelier – Médias indépendants et journalisme critique (avec la participation de Reporterre
  9. Atelier – État des lieux de la répression des peuples en lutte à l’international
  10. Atelier – Répression des contre-sommets et collaboration policière européenne
  11. Atelier – Répression du mouvement des Gilets jaunes
  12. Atelier – Luttes et répression dans l’éducation nationale
  13. Atelier – Répression du mouvement antifasciste / milieu « autonome »

Il sera évidemment possible de proposer d’autres ateliers en fonction des personnes disponibles ! Nous mettons à disposition un espace pour échanger, mais cette rencontre est surtout que nous en ferons collectivement !

18 h 30 – 20 h : Retours en assemblée large – propositions stratégiques pour la suite



L’idée est que chaque « atelier/groupe de travail » puisse partager ses réflexions de manière succincte à tout le monde pour construire ensemble la suite.

- Quelles actions communes ?
- Comment mieux visibiliser la criminalisation des luttes ?
- Comment continuer de se relier entre les différents « mondes » touchés ?

⇒ Atelier spécial pour organiser la/les prochaine(s) rencontres « Ripostons à l’autoritarisme » : la prochaine aura lieu normalement pendant l’alter-G7 ! Détails à préciser sur place.



Premiers signataires :

  • ANV COP-21
  • Assemblées des blessé-e-s
  • ATTAC France
  • Beaumont en Commun
  • CISPM (Coalition internationale des Sans-Papiers et Migrants)
  • Collectif Féministes Révolutionnaires
  • Collectif des Mutilés pour l’exemple
  • Collectif des citoyens souverains
  • Collectif contre les abus policiers 33 (CLAP 33)
  • Collectif Burn Out
  • Comité Vérité et Justice pour Adama
  • Comité Vérité et Justice pour Wissam
  • Comité Vérité et Justice pour Jérôme Laronze
  • Comité Vérité et Justice pour Ali Ziri
  • Comité Montreuil Palestine
  • Comité de soutien contre la répression au collège République (Bobigny)
  • Confédération paysanne
  • CRID (Centre de Recherche et d’Information pour le Développement
  • Désarmons-Les
  • Les Désobéissants
  • Désobéissance Écolo Paris
  • DIEL (Droits Ici et Là-Bas)
  • Cerveaux non disponibles
  • Gilets Jaunes de la Maison du Peuple de Saint-Nazaire
  • Gilets jaunes de La Cabane de la Place des fêtes
  • Gilets jaunes Paris 18
  • Gilets Jaunes Intermittent.e.s Chômeur.e.s Précaires
  • Gilets Jaunes Enseignement et Recherche
  • Gilets Jaunes Agrégat Extra
  • Gilets Jaunes de Belleville
  • Groupe de travail GJ Banlieues 31 (AG GJ de Toulouse)
  • FASTI (Fédération des Associations de Solidarité avec Tou-te-s les Immigré-e-s)
  • Décoloniser les Arts
  • Femmes Gilets Jaunes Île de France
  • Libérons Les !
  • NPA
  • L’Orchestre Poétique d’Avant-guerre (OPA)
  • Réseau RITIMO
  • Réseau « Sortir du Nucléaire »
  • Solidaires
  • Tous Migrants
  • Union Communiste Libertaire
  • Zone de solidarité populaire Paris 18e

Personnes publiques :

  • Sylvie Blocher, artiste
  • Robin Campillo, cinéaste
  • Laurence de Cock, historienne
  • Elsa Dorlin, philosophe
  • Didier Eribon, philosophe
  • Annie Ernaux, écrivain
  • Bouchra Khalili, artiste
  • Geoffroy de Lagasnerie, philosophe et sociologue
  • Mathilde Larrère, historienne
  • Sandra Laugier, philosophe
  • Édouard Louis, écrivain
  • Chantal Mouffe, philosophe
  • Dominic Thomas, professeur de littérature comparée
  • Thomas Porcher, économiste

Ce texte est ouvert à la signature collectifs/orgas jusqu’au 20 juillet. envoyez votre signature à retrouversouffle@riseup.net.



Lire aussi : Autour de la famille Traoré, une marche sereine contre les crimes de la police

Source : Courriel à Reporterre

Photos :
. Manifestations du 21 juillet 2018 : Marion Esnault
. Captures d’écran événement Facebook, dessin claadel.

- Dans les tribunes, les auteurs expriment un point de vue propre, qui n’est pas nécessairement celui de la rédaction.
- Titre, chapô et intertitres sont de la rédaction.

THEMATIQUE    Libertés Luttes
22 octobre 2019
Allié des agriculteurs, le renard est pourtant abattu. Arrêtons le massacre !
Tribune
22 octobre 2019
Frappé par une sécheresse historique, le Chili se révolte contre l’injustice sociale
Reportage
27 août 2019
Au Camp Climat, plus de militants et plus déterminés
Reportage


Sur les mêmes thèmes       Libertés Luttes