Les pangolins sont porteurs de coronavirus liés au SRAS-CoV-2, indique une étude scientifique

Durée de lecture : 3 minutes

26 mars 2020



  • Actualisation Dimanche 24 janvier 2021 : Il a été établi durant l’année écoulée que le pangolin n’est pas l’hôte intermédiaire sur Sars-Cov-2 entre des espèces de chauves-souris et les humains. Lire à ce propos notre enquête du 8 janvier 2021 et l’interview d’Etienne Decroly, chercheur au CNRS : « Le coronavirus du pangolin est en réalité très différent du Sars-CoV-2 si on regarde l’ensemble du génome », résume M. Decroly.

  • Article publié le 26 mars 2020 :

Le journal Nature publie une étude ce jeudi 26 mars sur le lien entre les pangolins et les coronavirus. Voici sa présentation :

Les coronavirus détectés dans un petit nombre de pangolins qui ont été introduits clandestinement en Chine sont étroitement liés au coronavirus SRAS-CoV-2, rapporte un article publié aujourd’hui dans Nature. Virologie : Les pangolins sont porteurs de coronavirus liés au SRAS-CoV-2. Le degré de similarité n’est pas suffisant pour suggérer que les pangolins sont les hôtes intermédiaires directement impliqués dans l’actuelle épidémie de SRAS-CoV-2. Toutefois, les résultats suggèrent que les pangolins sont un deuxième hôte mammifère des coronavirus et que leur vente sur les marchés d’animaux sauvages devrait être strictement interdite afin de minimiser le risque de transmission future du virus aux humains.

Bien que les preuves suggèrent que les chauves-souris pourraient être le réservoir probable du SRAS-CoV-2, l’identité des animaux hôtes intermédiaires qui auraient pu faciliter le transfert de ce virus à l’homme reste inconnue. Un marché de fruits de mer lié aux premiers cas de la récente épidémie de maladie respiratoire a été démantelé peu après le début de l’épidémie, ce qui a entravé la recherche de l’espèce animale qui est la source du coronavirus. Un hôte possible est le pangolin, qui est le mammifère le plus souvent victime de trafics illégaux et qui est utilisé à la fois comme aliment et dans la médecine traditionnelle.

Yi Guan et ses collègues ont analysé des échantillons prélevés sur 18 pangolins malais qui ont été obtenus lors d’opérations de lutte contre la contrebande dans le sud de la Chine entre août 2017 et janvier 2018. Ils ont détecté des coronavirus liés au SRAS-CoV-2 chez 5 de ces animaux. Ils ont également détecté des coronavirus similaires chez 3 des 12 animaux supplémentaires saisis dans une deuxième province en 2018 et chez un animal supplémentaire provenant d’une troisième province et sur lequel un échantillon a été prélevé en 2019.

Les virus isolés à partir de ces échantillons présentent une similitude de séquence d’environ 85-92 % avec le CoV-2 du SRAS, et un virus présente une forte similitude dans la séquence du domaine de liaison au récepteur - une région qui code le "pic" du virus qui facilite l’entrée dans les cellules hôtes. Cependant, tous les coronavirus pangoliniques identifiés à ce jour ne présentent pas une altération spécifique de leurs séquences comme celle observée dans le CoV-2 du SRAS humain, ce qui rend incertain leur rôle dans la transmission du nouveau coronavirus à l’homme.

Les pangolins sont les seuls mammifères autres que les chauves-souris signalés à ce jour qui ont été infectés par un coronavirus apparenté au CoV-2 du SRAS. Ces découvertes mettent en évidence un rôle potentiellement important des pangolins dans l’écologie des coronavirus, mais n’impliquent pas directement les pangolins dans la transmission du CoV-2 du SRAS à l’homme. Les auteurs proposent que la manipulation de ces animaux nécessite de la prudence et suggèrent qu’une surveillance plus poussée des pangolins est nécessaire pour comprendre leur rôle dans l’émergence de coronavirus ayant le potentiel d’infecter les humains.

  • Source : Courriel de Nature




Lire aussi : Le pangolin, un mammifère méconnu menacé de disparition


3 mars 2021
La France doit renforcer la lutte contre le trafic d’espèces sauvages, affirme un rapport
Lire sur reporterre.net
3 mars 2021
Des ONG attaquent Casino pour des faits de déforestation et de violation des droits humains
Lire sur reporterre.net
3 mars 2021
La réduction des émissions de CO2 largement insuffisante pour respecter l’Accord de Paris, selon un rapport
Lire sur reporterre.net
2 mars 2021
Les émissions du CAC40 conduisent à un réchauffement climatique de 3,5 °C, selon Oxfam France
Lire sur reporterre.net
2 mars 2021
L’Autorité environnementale étrille des mesures de la loi Asap
Lire sur reporterre.net
2 mars 2021
Mouvement climat : appel à contribution pour une enquête sociologique
Lire sur reporterre.net
2 mars 2021
Les hommes dominent encore la recherche sur l’écologie
Lire sur reporterre.net
1er mars 2021
Manifestation devant l’Assemblée nationale pour défendre les forêts
Lire sur reporterre.net
1er mars 2021
Après le sévère jugement de la Convention, le gouvernement défend sa loi Climat
Lire sur reporterre.net
28 février 2021
Un tribunal ordonne le démontage d’éoliennes dans l’Hérault
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
Climat : les efforts des États diminueraient de seulement 0,5 % les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
La Convention citoyenne va juger l’action du gouvernement
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
La militante Valérie Murat condamnée à payer 125.000 euros pour avoir dénoncé la présence de pesticides dans du vin
Lire sur reporterre.net
26 février 2021
Le gouvernement promeut une autoroute en Haute-Savoie malgré les protestations de la Suisse
Lire sur reporterre.net
25 février 2021
En Haute-Loire, le tribunal autorise la poursuite des travaux destructeurs de la RN88
Lire sur reporterre.net


DOSSIER    Animaux Covid-19

3 mars 2021
La première Zad suisse veut faire plier l’industrie du ciment
Reportage
4 mars 2021
Effectifs en baisse, salaires au rabais... Derrière la végétalisation de Paris, les jardiniers en colère
Enquête
20 janvier 2021
Culture du café : la technologie contre les paysans
Tribune


Dans les mêmes dossiers       Animaux Covid-19