Média indépendant, en accès libre pour tous, sans publicité, financé par les dons de ses lecteurs

Présidentielle

Portraits, interviews : l’essentiel pour choisir les candidats à la primaire des écologistes

Deux femmes et trois hommes sont candidats à la primaire des écologistes, dont le premier tour se déroulera du 16 au 19 septembre et le second du 25 au 28 septembre. Reporterre a dressé leurs portraits et les a interrogés. Nous publions ici la compilation de ces articles.

Dans la perspective de la présidentielle 2022, les écologistes organisent une primaire à partir du 16 septembre. Les chiffres officiels sont tombés le 13 septembre : 122 670 personnes se sont inscrites pour voter – elles n’étaient que 17 000 en 2016. Voici les entretiens et les portraits de chaque candidat et candidate (l’ordre a été tiré au sort) : Yannick Jadot, Sandrine Rousseau, Éric Piolle, Jean-Marc Governatori et Delphine Batho.

 

ENTRETIENS

Yannick Jadot : « Un seul objectif, gagner ! »

© Mathieu Génon/Reporterre

Sandrine Rousseau : « On a besoin d’une radicalité écologique »

© Mathieu Génon/Reporterre

Éric Piolle : « Rassembler l’arc humaniste autour de l’écologie politique »

© Mathieu Génon/Reporterre

Jean-Marc Governatori : « Je suis écologiste centriste, pas écologiste de gauche »

© Mathieu Génon/Reporterre

Delphine Batho : « La décroissance est le seul projet politique réellement alternatif »

© Mathieu Génon/Reporterre

PORTRAITS

Yannick Jadot, l’écolo pragmatique

© Mathieu Génon/Reporterre

« Un pilier d’EELV » pour les uns, « trop droitier » pour les autres, l’eurodéputé Yannick Jadot se pose à la primaire écologiste comme le candidat capable de propulser les Verts à la présidentielle de 2022. Reste à convaincre certains militants déçus de son retrait en 2017.


Sandrine Rousseau, l’écoféministe qui dérange

© Mathieu Génon/Reporterre

L’économiste, vice-présidente de l’université de Lille, se présente comme la plus radicale des cinq candidats à la primaire écologiste. Sandrine Rousseau assume une « écologie de transformation », un projet qui lui vaut régulièrement des attaques sur les réseaux sociaux.


Éric Piolle, le maire qui voudrait devenir président

© Mathieu Génon/Reporterre

Il est l’un des seuls candidats à la primaire écologiste à exercer un mandat local. Si Éric Piolle, maire de Grenoble, part dans la course avec un bilan critiqué par une partie du milieu associatif grenoblois, l’homme reste toutefois « focalisé sur cette victoire ».


Jean-Marc Governatori, l’écolo qui ne joue pas collectif

© Mathieu Génon/Reporterre

Réintégré dans la course à la primaire écologiste malgré des désaccords avec EELV, Jean-Marc Governatori défend désormais une « écologie centriste ». Certains propos et rapprochements controversés pèsent toutefois sur le conseiller municipal de Nice.


Delphine Batho, écolo anxieuse mais déterminée

© Mathieu Génon/Reporterre

Venue de la gauche socialiste, ministre courageuse — et limogée — sous François Hollande, Delphine Batho veut redéfinir une écologie fondée sur la décroissance, le féminisme et la laïcité. Avec rigueur et compétence, mais aussi intransigeance, au risque d’irriter.

Alors que les alertes sur le front de l’environnement continuent en ce mois de septembre, nous avons un petit service à vous demander. Nous espérons que les derniers mois de 2023 comporteront de nombreuses avancées pour l’écologie. Quoi qu’il arrive, les journalistes de Reporterre seront là pour vous apporter des informations claires et indépendantes.

Les temps sont difficiles, et nous savons que tout le monde n’a pas la possibilité de payer pour de l’information. Mais nous sommes financés exclusivement par les dons de nos lectrices et lecteurs : nous dépendons de la générosité de celles et ceux qui peuvent se le permettre. Ce soutien vital signifie que des millions de personnes peuvent continuer à s’informer sur le péril environnemental, quelle que soit leur capacité à payer pour cela. Allez-vous nous soutenir cette année ?

Contrairement à beaucoup d’autres, Reporterre n’a pas de propriétaire milliardaire ni d’actionnaires : le média est à but non lucratif. De plus, nous ne diffusons aucune publicité. Ainsi, aucun intérêt financier ne peut influencer notre travail. Être libres de toute ingérence commerciale ou politique nous permet d’enquêter de façon indépendante. Personne ne modifie ce que nous publions, ou ne détourne notre attention de ce qui est le plus important.

Avec votre soutien, nous continuerons à rendre les articles de Reporterre ouverts et gratuits, pour que tout le monde puisse les lire. Ainsi, davantage de personnes peuvent prendre conscience de l’urgence environnementale qui pèse sur la population, et agir. Ensemble, nous pouvons exiger mieux des puissants, et lutter pour la démocratie.

Quel que soit le montant que vous donnez, votre soutien est essentiel pour nous permettre de continuer notre mission d’information pour les années à venir. Si vous le pouvez, choisissez un soutien mensuel, à partir de seulement 1€. Cela prend moins de deux minutes, et vous aurez chaque mois un impact fort en faveur d’un journalisme indépendant dédié à l’écologie. Merci.

Soutenir Reporterre

📨 S’abonner gratuitement aux lettres d’info

Abonnez-vous en moins d'une minute pour recevoir gratuitement par e-mail, au choix tous les jours ou toutes les semaines, une sélection des articles publiés par Reporterre.

S’abonner
Fermer Précedent Suivant

legende