Le bilan de Hollande sur l’écologie : très décevant

13 mai 2017 / Lorène Lavocat (Reporterre)



Dimanche 14 mai, François Hollande sera officiellement remplacé par Emmanuel Macron. Le bilan du président sortant en matière d’écologie est celui « des espoirs déçus », notamment parce que les promesses n’ont guère été suivies par des actes.

Le 14 septembre 2012, quatre mois après son élection à l’Élysée, François Hollande inaugurait sa première conférence environnementale, martelant sa promesse de campagne : « Faire de la France la nation de l’excellence environnementale. » Cinq ans plus tard, les observateurs, amers, expriment leur désillusion. « Ce quinquennat a été celui des espoirs déçus, déclare Jean-François Julliard, directeur de Greenpeace France. Pourtant, au départ, l’accord électoral entre le PS et EELV, ainsi que les engagements du candidat nous laissaient espérer le meilleur. » Fermeture de Fessenheim en 2016, création d’une grande agence de la biodiversité, écotaxe, réforme du code minier, « modernisation » du dialogue environnemental « pour le mettre au même niveau que le dialogue social ». « Notre déception est à la mesure des promesses prises », ajoute Benoît Hartmann, directeur du Cler (Réseau pour la transition énergétique) et ancien porte-parole de France nature environnement.

Pourtant, tout avait bien commencé. En mai 2012, le Premier ministre Jean-Marc Ayrault ravissait les défenseurs de l’environnement en nommant Nicole Bricq ministre de l’Écologie, une sénatrice estimée pour son sérieux et son combat contre le gaz de schiste. Deux écologistes — Cécile Duflot et Pascal Canfin — faisaient leur entrée au gouvernement, au Logement et à la Coopération. Mais Nicole Bricq a été débarquée très vite, car « trop » déterminée à vouloir modifier les conditions d’exploitation des forages pétroliers (notamment ceux de Shell en Guyane). « Elle a été la victime collatérale des lobbies », estime Benoît Hartmann.

Sa remplaçante, Delphine Batho, a été à son tour limogée en juillet 2013, sous la pression du lobby des gaz de schiste et au prétexte qu’elle déplorait la révision à la baisse du budget de son ministère. « Malgré les ambitions, chaque fois qu’il y a eu des arbitrages à faire, ils se sont faits au détriment de l’écologie », observe Jean-François Julliard.

« Le passage à l’acte ne se fait pas »

Si l’arrivée de Ségolène Royal en avril 2014 a redonné un coup de fouet au ministère de l’Écologie (renommée plus tard « ministère de l’Environnement », la numéro 3 du gouvernement n’est pas parvenue à imposer son point de vue sur tous les sujets. « Elle a été sincère dans ses convictions, énergique et très active dans de nombreux dossiers, souligne Benoît Hartman. Mais, avec sa politique papillon, butinant de fleur en fleur écologique, elle a manqué de cohérence et de suivi sur de nombreux sujets. » Par exemple, l’interdiction du bisphénol A dans les biberons ne concerne pas tous les contenants alimentaires ; de même, elle a défendu la fermeture de Fessenheim sans donner une vision claire de l’avenir du parc nucléaire français. « On est resté au milieu du gué », conclut le directeur du Cler.

- Lire aussi : 2 ans à l’Environnement : 8/20, Mme Royal

« L’écologie a été au cœur des discours, mais la mise en œuvre n’a pas suivi, dit Anne Bringault, du Réseau action climat. « L’accord de Paris sur le climat est indéniablement un immense succès diplomatique, dans lequel la France a joué un rôle moteur, mais la concrétisation n’est pas à la hauteur. » Sans écotaxe, sans changement radical de notre mix énergétique vers les renouvelables, sans renoncement au projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, la COP21 restera comme une énième grand-messe, craignent les associatifs.

Idem pour la loi de transition énergétique, ambitieuse sur le papier, mais insuffisante dans sa mise en application : la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) laisse un flou sur le nucléaire et reste lacunaire quant aux moyens à engager pour diviser par deux notre consommation d’énergie.

Ségolène Royal lors de la signature de la convention « Territoire à énergie positive pour la croissance verte », en octobre 2015.

« L’Accord sur le climat, la loi de transition énergétique, la loi Biodiversité, la loi Alur montrent une prise de conscience, des ambitions fortes à horizon lointain, note Benoît Hartmann. Mais le passage à l’acte ne se fait pas. » Même son de cloche du côté de Stéphanie Pageot, productrice de lait bio en Loire-Atlantique et présidente de la Fédération nationale de l’agriculture biologique (Fnab) : « Entre le programme Ambitions bio, les discours sur l’agroécologie, les plans éco-phyto, Stéphane Le Foll a montré qu’il avait de bonnes intentions, note-t-elle. Mais le budget pour accompagner les conversions et aider les agriculteurs bio n’est pas à la hauteur : 160 millions au lieu des 240 millions d’euros nécessaires, d’après nous. » Résultat, l’objectif de doublement des cultures en bio n’est pas atteint : « Au lieu de passer à 8 % de surfaces cultivées en bio, nous n’en sommes qu’à 6 % ; c’est dommage ! »

« François Hollande a toujours cherché le consensus »

Entre les paroles et les actes, que s’est-il passé ? « Il y a toujours eu une voiture-balai pour passer derrière les annonces ambitieuses et revoir les objectifs à la baisse », estime Benoît Hartmann. Des lobbys puissants et organisés qui ont eu raison des bonnes intentions des gouvernements successifs de Hollande. Claire Nouvian, de l’ONG Bloom, se rappelle ainsi des batailles pour faire interdire le chalutage profond : « Ségolène Royal y était favorable, mais le lobby breton, qui porte les intérêts de la pêche industrielle, avait l’oreille du président : Jean-Yves Le Drian, Frédéric Cuvillier, Alain Vidalies ont tout fait pour torpiller le projet. » Résultat : l’interdiction du chalutage ne sera pas inscrite dans la loi Biodiversité. « Mais la ministre a quand même œuvré à l’échelle européenne pour que la législation sur la pêche en eau profonde soit adoptée, avec succès cette fois-ci », se réjouit Claire Nouvian. L’Agence de la biodiversité a de même été vidée de ses ambitions et de ses moyens par le lobby de la chasse.

Sur de nombreux sujets environnementaux, Hollande et les siens n’ont cessé de ménager la chèvre et le chou. « Pour tenir ses promesses de début de mandat, François Hollande devait porter un changement de modèle énergétique, agricole, social… mais dans les faits, il n’a pas réussi à franchir ce cap », estime Anne Bringault. Plutôt qu’un choix clair, les gouvernements successifs ont opté pour des entre-deux : garder le nucléaire tout en développant les renouvelables, concilier les fermes-usines et l’agriculture paysanne… « François Hollande a toujours cherché le consensus, or gouverner, c’est parfois prendre des décisions fortes, qui ne plaisent pas à tout le monde », insiste Jean-François Julliard.

L’avocat en droit de l’environnement Arnaud Gossement préfère, quant à lui, voir le verre à moitié plein : « Ce quinquennat a permis de définir des objectifs et de construire des consensus : cela prend du temps, mais aujourd’hui personne — pas même Les Républicains — ne remet en cause l’idée qu’il faut réduire la part du nucléaire ou lutter contre le changement climatique. » Bien qu’il regrette comme les autres « un manque de mise en œuvre et de mesures concrètes », l’avocat salue « ce socle d’objectifs partagés en matière d’écologie », qui doit désormais servir de « fondement pour le prochain gouvernement ».

L’agenda que les associations dressent pour Emmanuel Macron ressemble ainsi au bilan en négatif de Hollande : développement des énergies renouvelables, accélération de la rénovation des logements, réforme du Code minier, fiscalité environnementale… mais, surtout, les dossiers brûlants de Notre-Dame-des-Landes ou de Bure. « Alors qu’il s’agissait d’une priorité pour Hollande, la mort de Rémi Fraisse marque une négation totale du dialogue environnemental, observe Benoît Hartmann. Sivens restera une tache indélébile de ce quinquennat. » Pour le directeur du Cler, la démocratie participative reste un des principaux échecs des socialistes : « Il faut associer les populations aux projets de territoire, les écouter ! Marine Le Pen aurait sans doute eu moins de succès si les citoyens n’avaient pas tant l’impression d’être méprisés. »


CINQ ANS D’AVANCÉES ET DE LACUNES

L’inutile projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes n’a pas été abandonné.

Les principales avancées du quinquennat

Les principales lacunes du quinquennat




Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : Le gouvernement continue à agresser l’environnement : déjà 45 mesures hostiles

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Dessin : © Tommy/Reporterre

Photo :
. Royal : Flickr (MEDDE-MLETR B SUARD/CC0)
. Notre-Dame-des-Landes manifestation en novembre 2012 (© Jean-Paul Mathelier/Reporterre)

THEMATIQUE    Politique
29 juillet 2017
Radio Bambou pour les enfants : le camp sans déchets, l’étonnant oiseau batteur, et la Zad de Notre-Dame-des-Landes
Info
1er août 2017
Sous le soleil, ailleurs...
La vie de Reporterre
25 juillet 2017
Les radios pirates sont de retour... avec les luttes
Alternative


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Sur les mêmes thèmes       Politique





Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)