Je fais un don
OBJECTIF :
120 000 €
60054
COLLECTÉS
50 %

Retour sur 2017 : le climat chauffe, la politique recule

2 janvier 2018 / par Lorène Lavocat (Reporterre)

Quelle année ! Macron est devenu président de la République par surprise, imposant une politique néo-libérale mal cachée par son ministre écolo, M. Hulot. Aux États-Unis, Trump a sapé les politiques environnementales. Pendant ce temps, la dégradation écologique s’est aggravée et le climat a poursuivi son réchauffement. Il va falloir se retrousser les manches en 2018 !

Janvier - la France grelotte, le nucléaire débloque

Alors que le mercure s’installe sous le 0 °C, l’État autorise le redémarrage de plusieurs réacteurs nucléaires à l’arrêt... au détriment de la sécurité ? Reporterre enquête alors sur les déboires du nucléaire français, mettant à jour des irrégularités et des fraudes dans une usine d’Areva.

Tout au long de l’année 2017, incidents et fragilités révélées vont venir confirmer la vulnérabilité et la vétusté du parc nucléaire. Las, les gouvernements successifs n’annonceront aucune fermeture de centrale, ni n’avanceront vers la sortie de l’atome ! Pire, appuyés par l’Autorité de sûreté nucléaire, ils persistent dans leur volonté de construire l’EPR de Flamanville, bien que la cuve soit défectueuse.

Les autres temps forts du mois :


Février - la gauche écologiste restera divisée

Un, deux ou trois candidats pour représenter la gauche écologiste ? Les négociations vont bon train. Finalement, le 23 février, Yannick Jadot se retire de la course électorale ; EELV et le Parti socialiste signent un accord, « la Plateforme présidentielle ». Sans la France insoumise. Il y aura donc deux candidats, Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Les points d’accord — pourtant nombreux — entre les deux leaders de gauche n’ont pas suffi à masquer les divergences, notamment sur l’Europe, et le financement de la transition écologique.

Deux mois plus tard, Jean-Luc Mélenchon réunira 19,58% des voix, tandis que Benoît Hamon atteindra 6,36% des suffrages.

Les autres temps forts du mois :


Mars - Pou La Gwiyann Dekolé !

La Guyane connaît une mobilisation sociale d’une ampleur inédite. Les revendications sont multiples, d’ordre sanitaire, économique, sécuritaire… Parmi les mobilisés de la première heure, on compte des agriculteurs. Ils dénoncent principalement des difficultés dans l’obtention d’aides et des problèmes concernant l’accès au foncier. Les peuples autochtones portent aussi des demandes pour leur dignité, un mieux-vivre, et la protection de l’environnement. Ils s’opposent notamment au projet de mine Montagne d’or, soutenu, entre autres, par Emmanuel Macron.

Les autres temps forts du mois :


Avril - L’écologie politique est morte, vive l’écologie !

Enfin ! Après plusieurs mois d’une campagne tumultueuse, le dimanche 23 avril, les Français sont appelés aux urnes. Avec l’accession au second tour d’Emmanuel Macron et de Marine Le Pen, l’écologie est balayée de la course présidentielle. Au lendemain du premier tour, les mouvements de gauche et écolo ont la gueule de bois. Paradoxalement, l’écologie n’aura jamais été aussi présente dans une campagne présidentielle. A eux deux, Jean-Luc Mélenchon et Benoît Hamon ont réuni plus d’un quart des suffrages.

Les autres temps forts du mois :


Mai - pas de vacances pour Monsieur Hulot !

Dimanche 7 mai, Emmanuel Macron accède à l’Elysée. L’occasion pour Reporterre d’organiser une Alter-soirée électorale pour décrypter les enjeux de cette élection. C’est la fin du quinquennat de François Hollande, qui aura été, sur le plan écolo, très décevant. Macron saura-t-il faire mieux ? Son Premier ministre Edouard Philippe vient d’Areva et n’a pas la fibre écolo.

A la surprise générale, le nouveau président parvient à convaincre Nicolas Hulot d’entrer au gouvernement. C’est une grosse prise, et une bonne nouvelle pour l’écologie, à condition qu’Hulot parvienne à peser au sein d’un gouvernement pas très vert. Son arrivée à la tête du ministère de la Transition écologique suscite bien des attentes.

Les autres temps forts du mois :


Juin - Make our planet grey again

« Afin de remplir mon devoir solennel de protection de l’Amérique et de ses citoyens, les Etats-Unis se retireront de l’accord de Paris sur le climat », annonce Donald Trump le 1er juin. Le président étatsunien a donc tenu sa promesse de campagne, celle de sortir d’un accord qui « détruit les emplois américains et creuse les déficits publics ». Mais les citoyens, les entreprises et les villes résistent et lancent des initiatives pour contrecarrer la décision de Trump. Pour Maxime Combes, d’Attac, cet événement oblige la société civile à repenser sa stratégie, et notamment à peser pour des sanctions internationales.

Les autres temps forts du mois :


Juillet - Perturbations endocriniennes à Bruxelles

Les gouvernements européens adoptent le 4 juillet une définition commune des perturbateurs endocriniens. Les dispositions adoptées sont critiquées par les écologistes, qui considèrent que le niveau de preuve demandé pour classer une substance comme perturbatrice endocrinienne est trop élevé, et qui contestent l’exemption accordée aux pesticides. Cela a été possible par le changement de pied de la France : alors que Mme Royal avait bloqué ce texte aux garanties insuffisantes, Nicolas Hulot a cédé.

Cet épisode clôt des négociations interminables. L’Union européenne cherchait depuis des années à réglementer ces substances qui, en affolant nos hormones, posent un problème majeur de santé publique. Les lobbies ont énormément retardé le processus européen, comme l’expliquait en mai à Reporterre la journaliste Stéphane Horel.

Les autres temps forts du mois :


Août : vent chaud, vent du matin

Au Texas, le passage dévastateur de la tempête tropicale Harvey ramène dans le débat la question du rôle du climat. Pour le célèbre climatologue Michael E. Mann, « le changement climatique a aggravé les conséquences de l’ouragan. ». Quelques semaines plus tard, c’est au tour de l’ouragan Irma de balayer les Antilles. Sur Reporterre, la chercheuse Christelle Barthe prévoit que l’intensité des cyclones va continuer à croître avec le dérèglement du climat.

Les autres temps forts du mois :


Septembre - La rue à l’épreuve de la loi Travail

Les ordonnances pour réformer le Code du travail sont présentées au gouvernement et au Parlement. En plus de ces textes, l’Etat annonce la suppression de 260.000 contrats aidés sur deux ans, ce qui constitue un immense plan de licenciement qui affecte durement le secteur associatif.

Dans la rue, la révolte gronde contre cette loi « qui remet radicalement en cause la protection sociale », comme nous l’explique la syndicaliste Verveine Angelli. Tandis que des cyclistes s’organisent en coopérative pour lutter contre l’ubérisation, d’autres planchent sur des réformes alternatives, telle celle proposée par des juristes dont Emmanuel Dockès, pour qui « détruire les protections du travail ne crée pas d’emplois ».

Mais la convergence des luttes tant espérée n’aura pas encore lieu et la mobilisation s’essouffle.

Les autres temps forts du mois :


Octobre - Le rêve de l’autonomie catalane

Dimanche 1er octobre, lors du référendum sur l’indépendance en Catalogne, le « oui » l’emporte dans un climat de violence. Pour l’élu écologiste Gérard Onesta, présent à Barcelone en tant qu’observateur, «  le gouvernement espagnol a bafoué les droits fondamentaux ». Certains espèrent voir émerger une nouvelle forme démocratique à la faveur du processus autonomiste.

Mais le chemin vers l’indépendance s’annonce ardu. Si la région juge avoir les reins économiques assez solides pour devenir un État, elle reste par exemple très peu autonome dans son accès à l’eau. La mise sous tutelle par Madrid et l’annonce d’élections anticipées en décembre plongent la province et le pays dans l’incertitude.

Les autres temps forts du mois :


Novembre - Vous reprendrez bien un peu de glyphosate ?

Lundi 27 novembre, une majorité d’États de l’Union européenne votent pour la réautorisation du glyphosate pour cinq ans. Après deux ans d’atermoiements, un changement de position de l’Allemagne a permis d’arriver à un accord.

Celui-ci désespère les ONG demandant l’interdiction de cette substance herbicide controversée. Le glyphosate est la matière chimique la plus détectée dans les cours d’eau français et dans la moitié des aliments du quotidien. Un cancérigène potentiel dont les études scientifiques sont soumises à des pressions constantes de l’agro-industrie.

Pourtant, se passer de cet herbicide, c’est possible ! Emmanuel Macron entend sortir du glyphosate en trois ans.... on attend de voir quels moyens il se donne.

Les autres temps forts du mois :


Décembre - Notre-Dame-des-Landes : le suspense continue

Le 13 décembre, les trois médiateurs nommés en juin rendent leur rapport sur l’avenir du projet d’aéroport de Notre-Dame-des-Landes. Pour Édouard Philippe, « Le choix se formalise désormais ainsi : “Notre-Dame-des-Landes ou le réaménagement de Nantes Atlantique” ». Ce rapport ré-évalue positivement l’aménagement de l’aéroport existant de Nantes. Et les médiateurs proposent que la Zad devienne « un terrain d’expérimentation de pratiques agroenvironnementales rénovées ».

Sur la Zad, l’abandon du projet ne peut être vu que comme une étape : « Ici, on incarne la construction de formes de vie autour de communs, dans la solidarité, avec un impact écologique plus léger, loin de la surconsommation. » Certains espèrent que Notre-Dame-des-Landes deviennent un laboratoire écologique et social, géré en commun par tous les habitants de la zone.

Le gouvernement doit rendre une décision sur le projet d’aéroport et sur l’avenir de la Zad avant fin janvier.

Les autres temps forts du mois :


LES TEMPS FORTS DE REPORTERRE EN 2017


ET LES ANNÉES PRÉCÉDENTES



Puisque vous êtes ici…

… nous avons une faveur à vous demander. Il n’y jamais eu autant de monde à lire Reporterre, mais nos revenus ne sont pourtant pas assurés.

Contrairement à une majorité de médias, nous n’affichons aucune publicité, et laissons tous nos articles en libre accès, afin qu’ils restent consultables par tous. Reporterre dépend en grande majorité des dons de ses lecteurs. Le journal, indépendant et à but non lucratif, compte une équipe de journalistes professionnels rémunérés, nécessaire à la production quotidienne d’un contenu de qualité. Nous le faisons car nous croyons que notre point de vue, celui de l’environnement et de l’écologie, compte — car il est aussi peut-être le vôtre.

Notre société a besoin d’un média qui traite des problématiques environnementales de façon objective, libre et indépendante, en restant accessible au plus grand nombre ; soutenir Reporterre est ma manière de contribuer à cette démarche. » Renan G.

Si toutes les personnes qui lisent et apprécient nos articles contribuent financièrement, la vie du journal sera pérennisée. Même pour 1 €, vous pouvez soutenir Reporterre — et cela ne prend qu’une minute. Merci.

Soutenir Reporterre



Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre.

Lire aussi : 2016 en images : montée des tensions, résistance vigoureuse

Source : Lorène Lavocat pour Reporterre

Photo de chapô : Tempête Harvey, aux États-Unis, en août

4 juin 2018
Comment les riches détruisent la planète ! Le 13 juin, Hervé Kempf et deux clowns des Chiche Capon
La vie de Reporterre
16 juin 2018
Radio Bambou : Au procès de l’araignée, le ver de terre prend sa défense
Chronique
18 juin 2018
L’État laisse les grandes surfaces tuer les centres-villes
Info


Vous avez aimé cet article ? Soutenez Reporterre

Du même auteur       Lorène Lavocat (Reporterre)